encourir

encourir

v.t. [ lat. incurrere ]
Litt. S'exposer à qqch de fâcheux : Elle encourt une peine de un an d'emprisonnement risquer

encourir

(ɑ̃kuʀiʀ)
verbe transitif
s'exposer à qqch d'ennuyeux, de regrettable Avec ce nouvel excès de vitesse, il encourt une lourde amende.

encourir


Participe passé: encouru
Gérondif: encourant

Indicatif présent
j'encours
tu encours
il/elle encourt
nous encourons
vous encourez
ils/elles encourent
Passé simple
j'encourus
tu encourus
il/elle encourut
nous encourûmes
vous encourûtes
ils/elles encoururent
Imparfait
j'encourais
tu encourais
il/elle encourait
nous encourions
vous encouriez
ils/elles encouraient
Futur
j'encourrai
tu encourras
il/elle encourra
nous encourrons
vous encourrez
ils/elles encourront
Conditionnel présent
j'encourrais
tu encourrais
il/elle encourrait
nous encourrions
vous encourriez
ils/elles encourraient
Subjonctif imparfait
j'encourusse
tu encourusses
il/elle encourût
nous encourussions
vous encourussiez
ils/elles encourussent
Subjonctif présent
j'encoure
tu encoures
il/elle encoure
nous encourions
vous encouriez
ils/elles encourent
Impératif
encours (tu)
encourons (nous)
encourez (vous)
Plus-que-parfait
j'avais encouru
tu avais encouru
il/elle avait encouru
nous avions encouru
vous aviez encouru
ils/elles avaient encouru
Futur antérieur
j'aurai encouru
tu auras encouru
il/elle aura encouru
nous aurons encouru
vous aurez encouru
ils/elles auront encouru
Passé composé
j'ai encouru
tu as encouru
il/elle a encouru
nous avons encouru
vous avez encouru
ils/elles ont encouru
Conditionnel passé
j'aurais encouru
tu aurais encouru
il/elle aurait encouru
nous aurions encouru
vous auriez encouru
ils/elles auraient encouru
Passé antérieur
j'eus encouru
tu eus encouru
il/elle eut encouru
nous eûmes encouru
vous eûtes encouru
ils/elles eurent encouru
Subjonctif passé
j'aie encouru
tu aies encouru
il/elle ait encouru
nous ayons encouru
vous ayez encouru
ils/elles aient encouru
Subjonctif plus-que-parfait
j'eusse encouru
tu eusses encouru
il/elle eût encouru
nous eussions encouru
vous eussiez encouru
ils/elles eussent encouru

ENCOURIR1

(an-kou-rir) v. a.Il se conjugue comme courir.
Tomber, par quelque méfait, sous le coup d'une pénalité. Encourir les peines portées par la loi. Encourir une amende.
Ils ne doivent point encourir la peine de cette bulle [PASCAL, Prov. 6]
Le bon roi Robert encourut les censures de l'Église pour avoir épousé sa cousine [SAINT-FOIX, Ess. Paris, Œuvres, t. IV, p. 95, dans POUGENS]
Par extension, s'exposer à.
Je ne puis encourir de honte ni de blâme [TRISTAN, Panthée, II, 1]
Et je n'encourrais point.... Le reproche éternel de les avoir trahis [MAIR., Mort d'Asdrub. II, 1]
Et si pour encourir votre indignation [ROTROU, Vencesl. I, 1]

HISTORIQUE

  • XIIe s.
    À li armer encorent li plusor [, Ronc. p. 53]
  • XIIIe s.
    À ce que il craignent à encourre le vice de parjure, non pas tant seullement pour la paour de Dieu et de nous, mez pour la honte du monde [JOINV., 295]
  • XIVe s.
    La publique honte que il encouroient [BERCHEURE, f° 43, recto.]
    Encourir la doubte d'estre en souspeçon de convoitier le royaume [ID., f° 30, recto.]
  • XVe s.
    Nous sommes obligés, par foi et serment et sur deux millions de florins à la chambre du pape, que nous ne pouvons emouvoir guerre au roi de France, sans estre encourus en cette somme [FROISS., I, I, 95]
    Je n'ai veu nulle occasion pourquoy plus tost il deust avoir encouru l'yre de Dieu, que de ce que... [COMM., v, 9]
  • XVIe s.
    D'où le roy encourut sa derniere ruine [MONT., I, 23]
    [Que] celuy qui s'en venge encoure une peine capitale [ID., I, 119]
    Demetrius donc, après avoir esté trois ans confiné en ceste Chersonese, encourut d'oisiveté, de graisse et d'yvrongnerie, une maladie dont il mourut [AMYOT, Démétr. 74]
    Il se faut bien donner garde de tirer trop fort, de peur d'encourir es accidents susdits [PARÉ, XIII, 4]

ÉTYMOLOGIE

  • Provenç. encorre, encorrer ; espagn. incurrir ; ital. incorrere ; du latin incurrere, de in, en, et currere, courir.

ENCOURIR (S')2

(an-kou-rir) v. réfl.
qui n'est plus usité, mais qui l'a été durant tout le XVIIe siècle. Se mettre à courir.
Afin de la trouver, il s'encourt au trépas [RÉGNIER, Plainte.]
Et dans la galerie, encor que tu lui parles, Il te laisse au roi Jean et s'encourt au roi Charles [ID., Sat. x.]
Il s'encourt tout transporté frapper à la porte de la chambre [SCARRON, Roman com. I, 6]
Ce discours fut à peine proféré, Que l'écoutant s'encourt et tout outré.... [LA FONT., les Aveux indiscrets.]
On écrit aussi s'en courir, en trois mots (voy. COURIR).

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    Par là, soit esté, soit ivers, S'encorent dui flueves [fleuves] divers [, la Rose, 8004]
  • XVIe s.
    Brutus s'encourut incontinent sur la place, criant que son compagnon estoit traistre [AMYOT, Public. 4]

ÉTYMOLOGIE

  • Berry, s'encourir, se mettre à courir ; de courir, non avec en, représentant le latin in, mais avec en, représentant inde, de là (voy. EN 2).
Synonymes et Contraires

encourir

verbe encourir
S'exposer à un péril, une sanction.
Traductions

encourir

incur

encourir

incorrere

encourir

Entstehen

encourir

[ɑ̃kuʀiʀ] vt → to incur