encrivore

ENCRIVORE

(an-kri-vo-r') adj.
Qui dévore l'encre.
Le bon était, à l'origine, de 105 francs ; le faussaire, en effaçant la mention à l'aide d'une substance que l'on nomme encrivore, l'a transformé en un bon de 5000 francs, dont il a fait la négociation [H. DE PARVILLE, Journ. des Débats, feuilleton, 2e page, 3e col.]