endurcissement

endurcissement

n.m.
Fait de s'endurcir ; endurance ; insensibilité.

ENDURCISSEMENT

(an-dur-si-se-man) s. m.
État de ce qui devient dur. Terme de pathologie. Augmentation de la consistance, de la densité d'un organe qui, de mou qu'il était, devient dur. L'endurcissement du tissu cellulaire chez les nouveau-nés.
Fig. Perte de la sensibilité.
Elle pleure au pied de la croix l'endurcissement de ses filles [PATRU, Plaid. 16, dans RICHELET]
État d'une âme qui a perdu tout sentiment de piété, de vertu.
[La vie] Qu'est-elle souvent qu'un amas De sacriléges, d'attentats, D'endurcissements invincibles ? [CORN., Imit. I, 23]
Don Juan, l'endurcissement au péché traîne une mort funeste [MOL., Don Juan, v, 6]
Cette confusion salutaire dont parle l'Écriture, qui est presque l'unique remède d'un endurcissement tel que le vôtre [PASC., Prov. 16]
Opiniâtreté.
Il prenait mon refus [de me rendre à ses raisons] pour endurcissement [ID., Lett. à Jacqueline, 26 janvier 1648]
Action de s'endurcir, de devenir dur à la fatigue, capable de supporter. L'endurcissement du corps aux fatigues.

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    Si telle chose estoit necessaire pour l'endurcissement de l'acier [PARÉ, IX, 16]

ÉTYMOLOGIE

  • Endurcir ; provenç. indurziment ; espag. endurecimiento.

endurcissement

ENDURCISSEMENT. n. m. État d'une âme qui a perdu tout sentiment de piété, de vertu, de bonté. Cela marque un grand endurcissement. Tomber dans l'endurcissement, l'endurcissement de coeur.
Synonymes et Contraires

endurcissement

nom masculin endurcissement
1.  Accroissement de la résistance.
2.  Littéraire. Fait de s'endurcir.
Traductions

endurcissement

התחשלות (נ), חישול (ז), קישוי (ז), חִשּׁוּל

endurcissement

gehardheid

endurcissement

Abhärtung

endurcissement

hardening