enfoncement

enfoncement

n.m.
1. Action d'enfoncer ; fait de s'enfoncer : L'enfoncement d'un bouchon dans une bouteille.
2. Partie en retrait ou en creux : Un enfoncement du sol cavité, dépression

enfoncement

(ɑ̃fɔ̃smɑ̃)
nom masculin
1. objet action de pousser qqch vers le fond, fait d'être poussé l'enfoncement d'un bouton dans l'appareil
2. partie qui est reculée, en retrait placer un meuble dans l'enfoncement du mur

ENFONCEMENT

(an-fon-se-man) s. m.
Action de faire pénétrer profondément. L'enfoncement d'un clou dans la muraille, d'un pieu dans le sol d'une rivière.
Lorsque nous nous sentons enfoncer dans l'eau et dans les corps mous, ce qui nous fait sentir cet enfoncement, c'est que le froid ou le chaud que nous ne sentions qu'à une partie s'étend plus avant [BOSSUET, Conn. III, 8]
Action de rompre, de forcer. L'enfoncement d'une porte, d'une barrière.
Un creux, ainsi dit parce qu'on le compare à une rupture qui serait faite dans la surface. Un enfoncement de terrain.
Il y avait un enfoncement par lequel on pouvait entrer dans le camp, [, Relat. des campagnes de Rocroi et de Fribourg, dans RICHELET]
Il n'y a dans l'île qu'une seule maison, mais vaste et commode où loge le receveur, et située dans un enfoncement qui la tient à l'abri des vents [J. J. ROUSS., Confess. XI]
Vide produit par une paroi en retrait. L'enfoncement d'un mur.
Alamir se cachait dans l'enfoncement d'un portique où il faisait assez obscur [Mme DE LA FAYETTE, Zayd, Œuvres, t. I, p. 341, dans POUGENS]
Une armoire pratiquée dans l'enfoncement d'un mur [MARIV., Marianne, part. I, t. I, p. 6, dans POUGENS]
Partie de façade formant un arrière-corps. La boutique est dans un enfoncement.
Partie la plus reculée. Dans l'enfoncement de la scène on voit un palais.
Là dans l'enfoncement de ces profonds berceaux [DELILLE, Jardins, II]
Quelques lampes éclairaient à peine les enfoncements des voûtes [CHATEAUB., Dern. Abenc. 190]
On voyait un arbre mort que le fer avait dépouillé de son écorce ; cette espèce de fantôme se faisait distinguer par sa pâleur au milieu des noirs enfoncements de la forêt [ID., Mart. 322]
Terme de perspective. La ligne supposée la plus éloignée du plan et qui le termine. Terme de peinture. Il y a beaucoup d'enfoncement dans ce tableau, la perspective des fonds y est bien rendue. Bruns sans reflets qui se trouvent au milieu des plis des draperies.
Terme de construction. Profondeur des fondations d'un bâtiment, d'un édifice. Profondeur d'un puits dont la fouille doit se faire jusqu'à un certain nombre de pieds au-dessous des plus basses eaux.
Terme de marine. Endroit enfoncé dans une baie, dans une rade. Abri pour un vaisseau.

ÉTYMOLOGIE

  • Enfoncer.

enfoncement

ENFONCEMENT. n. m. Action d'enfoncer, de s'enfoncer ou Résultat de cette action. L'enfoncement des pieds dans la boue. L'enfoncement d'un bateau dans l'eau varie suivant le poids qu'il porte.

Il désigne aussi un Lieu, une partie qui n'est pas au niveau du reste et qui forme cavité. Ils se cachèrent dans un enfoncement. Sa boutique est dans un enfoncement. Un enfoncement de terrain. Cette maison est située dans un enfoncement qui la préserve du vent.

Il signifie encore Ce qu'il y a de plus enfoncé, ou de plus éloigné, de plus reculé. Il y avait un ruisseau dans l'enfoncement de la vallée. Dans l'enfoncement de la scène on apercoit un palais. Dans un enfoncement de la place on voit une petite maison.

Il se dit aussi de l'Action d'enfoncer, en brisant, en poussant, en pesant. L'enfoncement d'une porte, d'une barricade.

enfoncement


ENFONCEMENT, s. m. ENFONCER, v. act. [Anfonceman, . 1re et 2e lon. 3e e muet au 1er, é fer. au 2d.] Enfoncement a tantôt le sens actif, tantôt le sens passif, tantôt il se dit de l'action d'enfoncer; l' enfoncement d'une porte: tantôt de ce qui paraît enfoncé, reculé. "Dans l'enfoncement d'une vallée, d' une perspective, d'un tableau, etc.
   Enfoncer est, 1°. Pousser vers le fond; faire pénétrer bien avant. Enfoncer un clou dans la muraille, un poignard dans le sein, une épée jusqu'aux gardes. Enfoncer des pilotis. "Enfoncer son chapeau, faire que la tête entre plus avant dans le chapeau. = 2°. Rompre, briser. "Enfoncer une porte, un cabinet, le plancher. "La bombe enfonça la voûte, etc. — Enfoncer un bataillon, un escadron, les rangs, les percer, les rompre, les renverser. = 3°. V. n. Aller au fond. "La chaloupe enfonça dans l'eau. "Le cheval enfonça dans la boûe jusqu' au poitrail. = 4°. S'enfoncer, pénétrer bien avant dans le fond. "S'enfoncer dans le bois, dans une caverne. — Au fig. S'enfoncer dans l'étude, le jeu, la débaûche, etc. = Enfoncé. "Il a les yeux enfoncés dans la tête; il a l'esprit enfoncé dans la matière. Style simple et familier, et pour le dernier, un peu plaisant et critique.
   REM. Enfoncer, neutre, n'est point d'usage au fig. "Enfonçons davantage, dit Bossuet, dans les sentimens du Ministre. — On dirait plus régulièrement, creusons davantage dans, ou aprofondissons davantage les sentimens, etc. — Cet illustre Auteur fait enfoncer actif dans le même sens; ce qui est encôre plus irrégulier. "Si nous enfonçons avec eux la matière de la Communion, etc. "Rien ne pressoit ces saints Docteurs d'enfoncer le sens caché de l'Apocalypse. Aprofondir est encôre là le terme propre. — La Bruyère a dit aussi des hommes superficiels: "Ils n'ont pas, si je l'ose dire, deux pouces de profondeur: si vous les enfoncez, vous rencontrez le tuf. — Ce verbe est plus suportable dans cette phrâse, parce qu' il est préparé par le mot de profondeur, qui précède; cependant l'expression est encôre hardie.

Synonymes et Contraires

enfoncement

nom masculin enfoncement
Endroit formant un creux.
Traductions

enfoncement

conficcamento

enfoncement

[ɑ̃fɔ̃smɑ̃] nm (= recoin) → nook