ennemi


Recherches associées à ennemi: ennemi public

ennemi, e

[ ɛnmi] n. et adj. [ lat. inimicus, de amicus, ami ]
1. Personne qui veut du mal, cherche à nuire à qqn : Elle s'est fait un ennemi en s'opposant à ce projet opposant, rival ; ami, partisan
2. (Au pl. ou au sing. collect.) Groupe, pays à qui l'on s'oppose, notamm. en temps de guerre : De nombreux ennemis se sont rendus. Les armées ennemies. Nos missiles ont fait reculer l'ennemi adversaire ; allié
3. (de) Personne qui s'oppose à qqch, qui a de l'aversion pour qqch : Les ennemis de la mondialisation sont venus protester partisan
n.
Ce qui s'oppose à qqch : Le mieux est l'ennemi du bien contraire, inverse
Ennemi public,
malfaiteur jugé particulièrement dangereux.
Passer à l'ennemi,
dans le camp adverse ; trahir.

ennemi

ENNEMI, IE. n. Celui, celle qui veut du mal à quelqu'un. Ennemi déclaré. Ennemi juré, mortel. Ennemi de l'État, de la patrie. Se déclarer ennemi de quelqu'un. Se faire un ennemi, des ennemis. Ennemis politiques. Ennemis littéraires. Par extension, Le chat est ennemi de la souris. L'eau et le feu sont ennemis.

Dans le style de la Chaire, L'ennemi du genre humain, ou, absolument, L'ennemi, Le diable, le démon.

Il se dit très souvent absolument, soit au singulier, soit au pluriel, de la Nation armée avec laquelle une autre nation est en guerre. Devant l'ennemi. À la vue, à l'approche de l'ennemi. Tomber entre les mains des ennemis. Passer à l'ennemi. Repousser l'ennemi, les ennemis. Mettre l'ennemi en fuite. De nouvelles troupes qui n'ont pas encore vu l'ennemi.

Fig., C'est autant de pris sur l'ennemi, C'est toujours avoir obtenu quelque avantage, avoir tiré quelque parti d'une mauvaise affaire.

Il se dit aussi de Celui, de celle qui éprouve de l'aversion pour des choses bonnes ou mauvaise, justes ou injustes. Ennemi de toute violence. Ennemi des procès. Ennemi des cérémonies. Ennemi du repos. Ennemi de la société.

Prov., Le mieux est l'ennemi du bien. Voyez MIEUX.

Il s'emploie aussi comme adjectif dans plusieurs des sens indiqués. Des peuples ennemis, ennemis l'un de l'autre. L'armée ennemie. Se précipiter dans les rangs ennemis. Une terre, une nation ennemie. En pays ennemi. Le chaud et le froid sont des qualités ennemies. Figurément, La fortune ennemie. Les destins ennemis. Les vents ennemis.

En termes de Peinture, Couleurs ennemies, Couleurs qui, par leur opposition, produisent un effet discordant.

ennemi

Ennemi, Hostis, Inimicus, Iniquus, Saeuus.

Ancien ennemi, Hostis veteranus.

L'ennemi commun de tous, Communis hostis.

Un dur ennemi et violent, Aduersarius acerrimus.

Ennemis espandus, Hostes superfusi.

Ennemis espars et mis en fuite, Fusi fugatique inimici.

Ennemi mortel. Aduersarius capitalis, Inimicus acerbissimus.

Ennemi special et formel, Certus inimicus.

Ennemi des vices, Author seuerissimus.

Nostre ennemi qui à guerre contre vous, Perduellis.

Traicter doucement les ennemis vaincus, Hostibus superatis temperare.

Faire selon la volonté de l'ennemi, et s'accorder à ses demandes, Conditionem ab hoste armato accipere.

Tes ennemis deà, Eia autem inimicos.

Qui a force ennemis, Plenus inimicorum.

¶ Estimer ennemi, Pro hoste habere, vel In numero hostium habere.

Vous serez estimez ennemis, Ipsi in hostium numero locoque ducemini.

Se declarer ennemi, Inimicitias indicere, vel denuntiare.

Se constituer ennemi des ennemis de son ami, Communicare inimicitias cum amico.

Se faire ou acquerir un ennemi par prester, Emere talento inimicum.

Ne faire pas aux ennemis vaincus du pis qu'on peut, Hostibus superatis temperare.

Retarger et arrester son ennemi, luy donner empeschement qu'il n'aille si viste qu'il voudroit, Impetum inimici tardare.

Attraire les ennemis au combat, Ad pugnam hostes euocare.

Contraindre les ennemis de se retirer en leur fort, Hostem in castra redigere.

Se rendre aux ennemis, Dedere se hostibus, In deditionem venire.

Se rendre aux ennemis et tenir leur parti, Conferre se ad hostes.

Chasser l'ennemi lors qu'il est sur nous, A ceruicibus depellere hostem.

Chasser les ennemis qui jà estoient maistres du peuple, Auertere hostes a ceruicibus populi.

Repoulser l'ennemi des portes, Auertere hostem a portis.

Renverser beaucoup d'ennemis par terre, Stragem hostium facere.

Tuer ses ennemis, Offerre mortem hostibus.

Je l'ay sauvé et delivré du milieu des ennemis, Medio ex hoste recepi.

Un courage d'ennemi, Hostilis in Remp. animus.

En la façon et maniere d'un ennemi, Hostiliter, Inimice.

ennemi


ENNEMI, ou plutôt ÉNEMI, IE, subst. m. et f. [Prononc. dit l'Acad. comme s'il y avait enemi, c. à. d. avec un e ouvert: mais aucun de nos mots, excepté être, ne comence par un ê ouv. L'é d'énemi est fer. comme tous les mots de la Langue qui comencent par un e, et qui ne sont pas suivis d'une m ou d'une n. — Mais si énemi a le 1er é fer., et quand même il aurait cet ê ouvert, pourquoi l'écrire avec 2 n? Cette ortographe est capable d'induire en erreur et le peuple et les étrangers, et à faire prononcer, ou an-nemi, comme on prononce en certaines Provinces, ou du moins anemi, comme on prononce dans, ennoblir, ennui, ennuyer, etc. Voy. ENN. — Ennemi devrait céder à enivrer une n, qui est inutile au 1er, et qui serait nécessaire au second. On devrait écrire énemi et ennivrer. Voy. ENIVRER.] 1°. Celui ou celle qui veut du mal à quelqu'un. "Mon énemi, ses énemis, énemi de Dieu et des hommes, de la Religion, de l'État, etc. = 2°. Le parti contraire, qui fait la guerre. En ce sens, on dit l'Énemi, ou les Énemis. "Repousser l'énemi, les énemis. "En présence de l'énemi. Tomber entre les mains des énemis. = 3°. Relativement aux chôses; qui a de l' aversion pour, qui est oposé à....Énemi des cérémonies, des procès. "Énemi de la vertu, de la raison, de la société. = 4°. Énemi se dit des animaux, et même des chôses inanimées. "Le Chat est l'énemi de la Souris, le Crapaud de la Belette. "Le chou est l'énemi de la vigne. "La débauche est l'énemie de la santé. = 5°. En Poésie, on l'emploie comme adjectif. "Les destins énemis, les vents énemis, la fortune énemie, pour dire, contraires. — On dit, en prose, nation énemie, peuple énemi, en pays énemi. = Il suit toujours, même en vers, le nom qu'il modifie.
  Chasse l'avide oiseau, détruis l' ombre énemie.
       De Lille.
Le même Poète dit du Soleil:
  Si de taches semé, sous un voile énemi,
  Son disque renaissant se dérobe à demi,
  Crains les vents pluvieux.
   On dit, en st. prov. Autant de pris sur l'énemi: c'est toujours beaucoup d'avoir tiré quelque chôse d'une persone avâre, qui ne veut jamais rien doner.
   REM. Énemi régit le datif, mais avec l'article défini. "Les impies sont les énemis de l'État, bien plus encôre que de la Religion. Voyez plus haut plusieurs aûtres exemples. * M. Sabatier de Castres emploie l'article indéfini (la prép. de sans article.) "Ce ton énemi de parûre et de prétention, a vraisemblablement contribué au peu de succès des productions de M. Tanevot, dans un siècle où l'on ne goûte que les pointes, le persiflage, et la fatigante énergie de nos prétendus penseurs en vers. — Je pense que l'Auteur devait dire, ce ton énemi de la parûre, de la prétention; comme on dit, énemi de la joie, de la paix, de la contrainte, et non pas énemi de joie, de paix, de contrainte, etc.

Synonymes et Contraires

ennemi

adjectif ennemi
Qui est hostile à.

ennemi

nom ennemi
Traductions

ennemi

masculin

ennemie

féminin (enəmi)
nom
1. celui, celle que l'on combat Les ennemis ont attaqué.
2. personne hostile à une autre se faire un ennemi

ennemi


ennemie

enemy, hostile, foe, adversary, adversevijand, vijandelijk, vijandig, vijand/-dinאויב (ז), דורש רעה (ז), יריב (ז), משנא (ז), עוין (ת), צר (ז), קם (ז), שונא (ז), שטן (ז), דּוֹרֵשׁ רָעָה, עוֹיֵן, אוֹיֵב, יָרִיב, שׂוֹנֵאvyandenemicfjendeFeindmalamikoenemigoellenségóvinurnemicocolluctator, hostisfiendenieprzyjacielinimigofiende, ovänaduiεχθρόςعَدُوّnepřítelvihollinenneprijatelj원수враг, вражескийศัตรูdüşmankẻ thù敌人враг敵人
adjectif
que l'on combat des chars ennemis

ennemi

[ɛn(ə)mi]
adj [pays] → hostile; [camp, position, troupes] → enemy modif
nm/fenemy