ensevelir

(Mot repris de ensevelissiez)

ensevelir

v.t. [ du lat. sepelire ]
1. Litt. Mettre au tombeau ; envelopper dans un linceul : Nous l'avons enseveli dans le caveau familial enterrer, inhumer ; déterrer, exhumer
2. Faire disparaître sous un amoncellement : Des éboulements ont enseveli les habitations engloutir, recouvrir

ensevelir

(ɑ̃səvliʀ) , (ɑ̃səvəliʀ)
verbe transitif
1. faire disparaître sous un amas, recouvrir entièrement La lave du volcan a enseveli toute la ville.
2. déposer en terre, dans une tombe Le fossoyeur du cimetière creuse une tombe pour ensevelir le corps du défunt.

ensevelir


Participe passé: enseveli
Gérondif: ensevelissant

Indicatif présent
j'ensevelis
tu ensevelis
il/elle ensevelit
nous ensevelissons
vous ensevelissez
ils/elles ensevelissent
Passé simple
j'ensevelis
tu ensevelis
il/elle ensevelit
nous ensevelîmes
vous ensevelîtes
ils/elles ensevelirent
Imparfait
j'ensevelissais
tu ensevelissais
il/elle ensevelissait
nous ensevelissions
vous ensevelissiez
ils/elles ensevelissaient
Futur
j'ensevelirai
tu enseveliras
il/elle ensevelira
nous ensevelirons
vous ensevelirez
ils/elles enseveliront
Conditionnel présent
j'ensevelirais
tu ensevelirais
il/elle ensevelirait
nous ensevelirions
vous enseveliriez
ils/elles enseveliraient
Subjonctif imparfait
j'ensevelisse
tu ensevelisses
il/elle ensevelît
nous ensevelissions
vous ensevelissiez
ils/elles ensevelissent
Subjonctif présent
j'ensevelisse
tu ensevelisses
il/elle ensevelisse
nous ensevelissions
vous ensevelissiez
ils/elles ensevelissent
Impératif
ensevelis (tu)
ensevelissons (nous)
ensevelissez (vous)
Plus-que-parfait
j'avais enseveli
tu avais enseveli
il/elle avait enseveli
nous avions enseveli
vous aviez enseveli
ils/elles avaient enseveli
Futur antérieur
j'aurai enseveli
tu auras enseveli
il/elle aura enseveli
nous aurons enseveli
vous aurez enseveli
ils/elles auront enseveli
Passé composé
j'ai enseveli
tu as enseveli
il/elle a enseveli
nous avons enseveli
vous avez enseveli
ils/elles ont enseveli
Conditionnel passé
j'aurais enseveli
tu aurais enseveli
il/elle aurait enseveli
nous aurions enseveli
vous auriez enseveli
ils/elles auraient enseveli
Passé antérieur
j'eus enseveli
tu eus enseveli
il/elle eut enseveli
nous eûmes enseveli
vous eûtes enseveli
ils/elles eurent enseveli
Subjonctif passé
j'aie enseveli
tu aies enseveli
il/elle ait enseveli
nous ayons enseveli
vous ayez enseveli
ils/elles aient enseveli
Subjonctif plus-que-parfait
j'eusse enseveli
tu eusses enseveli
il/elle eût enseveli
nous eussions enseveli
vous eussiez enseveli
ils/elles eussent enseveli

ENSEVELIR

(an-seu-ve-lir ; comme deux syllabes muettes ne peuvent se suivre immédiatement, on donne à la syllabe se le son de seu ; autrefois on prononçait en-sé-ve-lir, du moins Richelet écrit ainsi) v. a.
Dans le style élevé. Déposer dans la sépulture.
Son corps fut enseveli avec les mêmes honneurs et la même pompe que ceux des rois légitimes [ROLLIN, Hist. anc. Œuvr. t. v, p. 239, dans POUGENS]
J'ensevelis pour toujours dans le sein de la terre ce qu'elle avait porté de plus parfait et de plus aimable [L'ABBÉ PRÉVOST, Manon Lescaut, 2e part.]
Absolument.
Qui tôt ensevelit bien souvent assassine, Et tel est cru défunt qui n'en a que la mine [MOL., l'Ét. II, 3]
Par extension, mettre sous quel que chose qui est considéré comme un tas.
C'est sous les ruines du trône et du palais de votre vieux tyran qu'il faut l'ensevelir avec tous ses complices [MARMONTEL, Bélisaire, ch. III]
Le chameau mieux instruit, courbé sous la tempête, Dans le sable du moins ensevelit sa tête [DUCIS, Abufar, II, 7]
Et l'Anio paisible, et l'Eridan fougueux, Qui, roulant à travers des campagnes fécondes, Court dans les vastes mers ensevelir ses ondes [DELILLE, Géorg. IV]
Faire disparaître.
Je ne m'étendrai pas davantage sur ce poëme ; tout irrégulier qu'il est, il faut qu'il ait quelque mérite, puisqu'il a surmonté l'injure des temps et qu'il paraît encore sur nos théâtres, bien qu'il y ait plus de vingt-cinq années qu'il est au monde, et qu'une si longue révolution en ait enseveli beaucoup sous la poussière qui semblaient avoir plus de droit que lui de prétendre à une si heureuse durée [CORN., Ex. de l'Illus. comique.]
Ne pouvant pas me résoudre à ensevelir ma maison dans celle de Mazarin, et n'estimant pas assez la grandeur pour l'acheter par la haine publique [RETZ, Mém. t. II, liv. III, p. 158, dans POUGENS]
Il ne tint presque à rien qu'il n'ensevelît tout le parti de M. le prince [ID., ib. liv. IV, p. 248]
Un homme de cour qui n'a pas un assez beau nom doit l'ensevelir sous un meilleur [LA BRUY., VIII]
Il veut avec leur sœur ensevelir leur nom [RAC., Phèd. I, 1]
Cacher comme dans une sépulture.
Traître ! tu prétendais qu'en un lâche silence Phèdre ensevelirait ta brutale insolence ? [RAC., Phèdre, IV, 2]
Ces trésors dont le ciel voulut vous embellir, Les avez-vous reçus pour les ensevelir ? [ID., Brit. II, 3]
La gloire des monuments que l'orgueil ou l'adulation ont élevés, sera ou ensevelie dans l'oubli par le temps ou effacée par les censures et les jugements plus équitables de la postérité [MASS., Petit car. Respect des grands pour la rel.]
Sur quels bords malheureux, dans quels tristes climats Ensevelir l'horreur qui s'attache à mes pas ? [VOLT., Œdipe, IV, 4]
[L'Arabe] Laissait dans ses déserts ensevelir sa gloire [ID., Fanat. II, 5]
Le secret qu'en ton sein je dois ensevelir [ID., Orphel. I, 6]
Ensevelissons ma vie ainsi que ma douleur dans une éternelle et profonde solitude [Mme DE GENLIS, Mlle de Lafayette, p. 102, dans POUGENS]
Envelopper le corps d'un mort dans un linceul. C'est une œuvre pieuse que d'ensevelir les morts. Par extension, envelopper comme d'un suaire.
Voiles, crêpes, habits, lugubres ornements, Pompe où m'ensevelit sa première victoire [CORN., Cid, IV, 1]
S'ensevelir, v. réfl. Laisser tomber sur soi ce qui est comparé à une sépulture. S'ensevelir sous les ruines de la place, la défendre jusqu'à la mort.
Je m'ensevelirai sous ma propre ruine [CORN., Sert. v, 7]
Fig.
Je suis Héraclius, je suis fils de Maurice ; Sous ces noms précieux je cours m'ensevelir [CORN., Héracl. v, 2]
Se cacher. S'ensevelir dans la retraite, dans la solitude, se retirer du monde.
Moi, renoncer au monde avant que de vieillir, Et dans votre désert aller m'ensevelir ! [MOL., Mis. v, 7]
Par extension, s'absorber, se plonger. S'ensevelir dans les livres, dans la débauche, dans le chagrin.
La belle chose de.... s'ensevelir pour toujours dans une passion [MOL., D. Juan, I, 2]

SYNONYME

  • ENSEVELIR, ENTERRER. Ensevelir, c'est envelopper un corps mort dans le drap appelé linceul. Enterrer, c'est mettre en terre le corps mort. L'historien suisse Ruchat s'est donc exprimé incorrectement dans la phrase suivante : " Calvin mourut le 27 mai (1564) et fut enseveli tout simplement au cimetière commun de Plainpalais. " Il fallait dire, enterré ou inhumé, HUMBERT, Gloss. génev. Il faut distinguer : le fait est que ensevelir a eu de tout temps et a encore le sens de donner la sépulture ; mais il ne l'a que dans le style élevé ; et l'on dira fort bien : il fut enseveli à côté de ses aïeux. Mais, hors de ce style, ensevelir signifie couvrir du linceul ; et c'est pour cela que l'on ne dit pas bien ensevelir au cimetière, et que Humbert a critiqué justement la phrase de Ruchat. Il faut remarquer aussi que toutes les acceptions figurées procèdent de la signification donner la sépulture.

HISTORIQUE

  • XIIe s.
    Pristrentle corps, si l'ensevelirent el sepulcre sun pere en Bethleem, e Joabe si cumpaignum errerent tute la nuit [, Rois, p. 128]
    Puis morut e fud enseveliz en un hort de sun palais [, ib. 421]
  • XIIIe s.
    E fu ensevelis en la mere eglise [, Chr. de R. p. 17]
    Moult auroies isnel cheval, Se ne te puis livrer estal, Tant que je t'auré trangloti Et de mon ventre enseveli [, Ren. 7748]
    Plusor en cest fleuve s'en entre, Non pas seulement jusqu'au ventre, Ains i sunt tuit enseveli, Tant se plongent es flos de li [, la Rose, 6077]
    Dariere celi qui tenoit les trois coutiaus, avoit un autre qui tenoit un bouqueran entorteillé entour son bras, que il eust presenté au roy pour li ensevelir, se il eust refusée la requeste au vieil de la montagne [JOINV., 259]
    Cuer qui la fin de ce damaige [la mort] N'a tousjours devant son visaige Est presqu'enseveli en fiens [fumier] [J. DE MEUNG, Tr. 1333]
  • XIVe s.
    Pour l'ame la royne dont li corps fu murdris, à l'eglise où son corps estoit ensevelis.... [, Guesclin. 8922]
  • XVIe s.
    Le peuple qui reçoit oppression des soldats, ne les excusera pas tant, pour ce qu'ils le defendent, comme il les maudira pour ce qu'ils le devorent : ensevelissant le souvenir du bien dans le sentiment des maux [LANOUE, 190]
    Timandra alla prendre le corps, qu'elle enveloppa et ensepvelit des meilleurs draps qu'elle eust [AMYOT, Alc. 80]
    La vertu et l'honesteté de Democles est digne de n'estre passée ny ensepvelie en silence [ID., Démétr. 30]
    Combien de belles actions particulieres s'ensepvelissent dans la foule d'une bataille ? [MONT., III, 15]

ÉTYMOLOGIE

  • En 1, et l'anc. français. sevelir, du latin sepelire (voy. SÉPULTURE).

ensevelir

ENSEVELIR. v. tr. Mettre un corps dans le tombeau, inhumer dans le lieu de la sépulture. Les deux armées conclurent un armistice pour ensevelir leurs morts. Par analogie, Il périt enseveli sous les ruines de sa maison. On dit par extension S'ensevelir sous les ruines d'une place, Se faire tuer en défendant une place jusqu'à la dernière extrémité.

Il signifie encore au figuré Cacher profondément. Ce sont des faits qu'il vaut mieux ensevelir dans l'oubli. Vous n'avez pas le droit d'ensevelir vos talents.

Être enseveli dans sa rêverie, Rêver profondément. Être enseveli dans le chagrin, Avoir un chagrin profond.

S'ensevelir dans la retraite, dans la solitude, Se retirer entièrement du monde.

Il signifie spécialement Envelopper dans un linceul. Il est mort si pauvre qu'il n'a pas laissé un drap pour l'ensevelir.

ensevelir

Ensevelir, act. acut. Est composé de En et Sevelir, qu'on escrit communément Ensepvelir (mais erronément, veu que venant du Latin Sepelio, le François trocque la lettre p en v) et signifie generalement mettre un corps mort en terre. Dont procedent ces mots Sepulture, et Sepulcre, imitez du Latin. Mais le François prend aussi en particulier Ensevelir, pour mettre et coudre en linseul un corps mort, disant Enterrer pour le rendre en terre, Syndone insuere, Tumulare, In sepulcro condere.

Le mestier d'ensevelir, ou de vendre les choses necessaires à la sepulture, Libitina.

Qui fait mestier d'ensevelir les corps morts et de fournir et apprester ce qui est necessaire aux funerailles, Libitinarius.

Qui n'est point enseveli, Insepultus, Nudus.

ensevelir


ENSEVELIR, v. a. ENSEVELISSEMENT, s. m. [Anseveli, liceman: 1re lon., 2e et 3e e muet; 5e e muet aussi au 2d.] Ensevelir, c'est proprement enveloper un corps mort dans un suaire, pour lui doner ensuite la sépulture dans la terre. Ensevelissement, c'est l'action d'ensevelir. = Le substantif ne se dit que dans le sens litéral; le verbe s'emploie aussi dans le figuré. "Être enseveli dans le sommeil, dans la retraite, dans les livres, dans le chagrin, dans la débauche. "Son nom est enseveli dans l'oubli, etc.
   "Il faut ensevelir ce secret.
   Un coeur que l'univers eût eu peine à remplir,
   Dans un désert affreux peut-il s' ensevelir?
       CAMPISTRON.
  ...Un gros de soldats, se jetant entre nous,
  Nous a fait, dans la foule, ensevelir nos coups.
       RAC. Alex.

Synonymes et Contraires

ensevelir

verbe ensevelir
1.  Littéraire. Mettre un mort en terre.
2.  Faire disparaître.
3.  Littéraire. Garder secret.
Traductions

ensevelir

הביא לקבורה, קבר (פ'), קיבר (פיעל), קָבַר

ensevelir

bury, inter

ensevelir

sepultar

ensevelir

seppellire

ensevelir

묻어

ensevelir

[ɑ̃səv(ə)liʀ] vt → to bury