ensuivre

s'ensuivre

v.pr. [ lat. insequi, venir immédiatement après ]
Venir ensuite : La tempête a tout détruit, les mois qui se sont ensuivis ont été consacrés aux réparations suivre
Remarque: Ce verbe ne s'emploie qu'à l'infinitif et à la 3e personne du singulier et du pluriel.
v. impers.
Survenir comme conséquence : Elle a tout nié, il s'ensuit qu'il faut recommencer l'enquête. Il ne s'ensuit pas qu'elle soit coupable.

ensuivre

(sɑ̃sɥivʀ)
verbe pronominal
venir après, découler Il tombe gravement malade, s'ensuivent plusieurs mois d'hospitalisation.
ce qui en découle, tout le reste Ils rêvaient d'une vie à deux et de tout ce qui s'ensuit.
sans s'arrêter, jusqu'au décès de la personne battre qqn jusqu'à ce que mort s'ensuive

ENSUIVRE (S')

(an-sui-vr') v. réfl.ne se conjugue qu'à la 3e personne du singulier ou du pluriel : il s'ensuit ; il s'ensuivait ; il s'ensuivit ; il s'ensuivra ; il s'ensuivrait ; qu'il s'ensuive ; qu'il s'ensuivît ; et avec l'auxiliaire, il s'est ensuivi.
Venir après. La clause relatée audit article et tout ce qui s'ensuit.
Survenir comme effet, découler comme conséquence.
On ne voulut pas quitter les armes que l'effet ne s'en fût ensuivi [RETZ, Mém. t. I, liv. II, p. 197, dans POUGENS]
La guérison qui s'en est ensuivie [MAIR., Sophon. IV, 1]
Vois, si mon cœur n'eût su de froideur se munir, Quels inconvénients auraient pu s'en ensuivre ! [MOL., Amph. II, 3]
Impersonnellement, en ce sens.
Comme une exception ne peut être aussi étendue que la règle, il s'ensuit nécessairement que cette maxime générale.... [PASC., Réfut. de la rép. à la 12e prov.]
D'où il s'ensuit qu'on peut en sûreté de conscience suivre dans la pratique les opinions probables dans la spéculation [ID., ib. 13]
Que s'ensuit-il de tout cela ensemble, sinon.... [ID., ib.]
Il s'en est ensuivi un changement épouvantable [BOSSUET, II, Démons, 1]
De là même il s'ensuit encore quelque chose de plus consolant pour vous [BOURDAL., Nativité de J. Chr. 2e avent, p. 531, dans POUGENS]
Il s'ensuit de ce que vous venez de dire, que les hommes sont condamnés à l'erreur [BERN. DE ST-PIERRE, Chaum. ind.]
Terme d'ancienne procédure. Poursuivre.
Tous les juges devaient être présents, afin qu'ils pussent ensuivre [MONTESQ., Esp. XXVIII, 27]

REMARQUE

  • 1. S'ensuivre est formé comme s'enfuir, et il suit la même construction ; ainsi on dira : Voilà le principe ; la conséquence s'en ensuivra ; comme on dit : Si vous laissez la cage ouverte, l'oiseau s'en enfuira. Les exemples des meilleurs auteurs prouvent qu'il en est ainsi. Il ne faudrait pas croire que l'on pût écrire s'en suivre, en deux mots, pour signifier découler de là ; car se suivre ne se dit pas en ce sens ; c'est suivre, neutre, qui se dit : il suit de là, et non il se suit de là. Ainsi Bernardin de Saint-Pierre a péché quand il a dit : Tantôt elle se reprochait la fin prématurée de sa charmante petite nièce, et la perte de sa mère qui s'en était suivie, Paul et Virg. Il faut : qui s'en était ensuivie.
  • 2. Avec que, s'ensuivre, affirmatif, veut l'indicatif : il s'ensuit de là que vous avez tort ; négatif ou interrogatif, il veut le subjonctif : il ne s'ensuit pas de là, s'ensuit-il de là que vous ayez tort ?

HISTORIQUE

  • XIIe s.
    Je puis bien dire, si m'ensuiront cinq cent [, Ronc. p. 102]
  • XIIIe s.
    Ensi furent de ci à la pentecouste ensivant [VILLEH., CL.]
    Ses tu pas qu'il ne s'ensieut mie, Se lessier veil une folie, Que faire doie autel ou graindre [une semblable ou plus grande ] ? [, la Rose, 5753]
    Ce saint home ama Dieu de tout son cuer et ensuivi ses œuvres [JOINV., 193]
  • XIVe s.
    Les Pitagoriciens furent disciples et ensuivans la dottrine du philosophe appellé Pitagore [ORESME, Eth. 46]
    Et pour ce s'ensuit-il que nostre felicité n'est en nul bien corporel [ID., ib. v, 9]
  • XVe s.
    Ainsi fut-il et avint en Flandre en ce temps, si comme vous pourrez clairement voir et connoistre par les traités de l'ordonnance de la matiere que s'ensuit [FROISS., II, II, 52]
    Et en cas de reffus il protesteroit des maulx qui ensuyvroient [COMM., IV, 5]
    C'est un haut bien qui de ce fait s'en ensuivra [LOUIS XI, Nouv. XI]
  • XVIe s.
    Dont il s'ensuit que.... [CALV., Inst. 814]
    Pour bien entendre la somme de ceste matiere, il nous faut proceder par les degrez qui s'ensuivent [ID., ib. 819]
    Phaeton, ne sçavant ensuyvre la line ecliptique, varia de son chemin [RAB., Pant. II, 2]
    Gargantua feit l'epitaphe pour estre engravé, en la maniere que s'ensuict [ID., ib. II, 3]
    J'aime à les ensuivre, mais non pas si couardement [les lois de la civilité] [MONT., I, 52]
    Ils n'en bougent, jusques à l'equinoxe ensuyvant [ID., II, 196]
    Il attend en repos tout ce qui s'en peult ensuyvre [ID., IV, 154]
    Mais de conclure de là que les riches meubles y sont necessaires, il ne s'ensuit pas [LANOUE, 167]
    Quand la pieté est bien entendue et pratiquée, il s'ensuit beaucoup de contentement [ID., 207]
    Ce fut la source de leur mutuelle bienveillance, et par consequent le fondement de la puissance qui en est ensuivie [AMYOT, Thés. et Rom. comp. 7]

ÉTYMOLOGIE

  • En 2, et suivre ; provenç. enseguir, esseguir, ensegre, essegre. Quand ensuivre, dans les anciens textes, signifie suivre, poursuivre, il vient de en 1, et suivre, du lat. insequi ; quand il signifie découler, il vient de en 2, et suivre, du lat. inde sequi.
Synonymes et Contraires

ensuivre (s')

verbe pronominal ensuivre (s')