entêtement


Recherches associées à entêtement: entêter, obstination

entêtement

n.m.
Attachement obstiné à ses idées, à ses goûts, à sa façon d'agir : Son entêtement lui a permis de venir à bout des chicanes de son adversaire obstination, persévérance, ténacité

entêtement

(ɑ̃tɛtmɑ̃)
nom masculin
fait de ne pas changer d'avis, de comportement Son entêtement à refuser mon aide m'exaspère.

ENTÊTEMENT

(an-tê-te-man) s. m.
Action de se porter à la tête, d'affecter la tête. L'entêtement par des parfums.
Fig. État d'un esprit, d'un cœur, d'une âme entêtée.
J'aime la poésie avec entêtement [MOL., Fem. sav. III, 2]
Une fausse gloire, un faux esprit de réforme, une fausse religion, un entêtement de parti, et les aveugles passions qui l'accompagnent [BOSSUET, Var. Avert. V, § 35]
Ç'a été autrefois mon entêtement comme il est le vôtre ; mais il y a trois choses à considérer... [LA BRUY., V]
De là les entêtements en faveur des uns, de là les déchaînements bizarres contre les autres [BOURDALOUE, Homél. sur l'aveugle-né, Domin. t. IV, p. 478]
Un temps a été que les Latins étaient modernes, et alors ils se plaignaient de l'entêtement que l'on avait pour les Grecs qui étaient les anciens [FONTEN., Digr. anc. mod. Œuvr. t. IV, p. 196, dans POUGENS]
Connaissant l'entêtement qu'il avait pour le nom d'érudition [HAMILT., Gramm. 4]
Les deux entêtements de cette dernière [dame] étaient la danse et la parure [ID., ib. 7]
Elle commençait à revenir de l'entêtement qui l'avait séduite en sa faveur [ID., ib. 11]
Tel est aujourd'hui l'entêtement du siècle, de s'y faire des plans de religion [MASS., Myst. Visit.]
On ne revient guère de l'entêtement de la naissance [ID., Av. Dispos.]
La folle opiniâtreté que produit l'entêtement [BAYLE, Lett. à Constant, 4 juill. 1697]
Je n'ai pas l'entêtement des grandes alliances [MARIVAUX, l'Épreuve, sc. 1]
Il se dit de celui qui est un objet d'entêtement.
Si, à votre âge, vous êtes si vif et si impétueux, quel nom, Théobald, fallait-il vous donner dans votre jeunesse, et lorsque vous étiez la coqueluche et l'entêtement de certaines femmes ? [LA BRUY., V]
Attachement excessif d'une personne à ses opinions. Rien n'égale l'entêtement de cette femme.
Outre que l'entêtement est partout vicieux, il ne laisse jamais le cœur dans une disposition paisible, parce qu'il est toujours impatient et violent [BOURD., Pensées, t. I, p. 380]
Rien ne ressemble plus à la vive persuasion que le mauvais entêtement [LA BRUY., XII]
La faiblesse a mille fois plus d'inconvénients que l'entêtement [Mme DE GENLIS, Ad. et Théod. t. I, lett. 26, p. 116, dans POUGENS]

ÉTYMOLOGIE

  • Entêter.

entêtement

ENTÊTEMENT. n. m. Attachement opiniâtre d'une personne à ses opinions, à ses gouts, à ses vues, à ses projets, etc. Son entêtement le perdra. C'est un étrange entêtement que le sien. Il s'est conduit ainsi par entêtement.

Il se dit aussi de l'Engouement pour une personne. Il a un grand entêtement pour cette femme. Ce sens est un peu vieilli.

entêtement


ENTêTEMENT, s. m. ENTêTER, v. act. [Antêteman, ; 2e ê ouv. et long, 3e e muet au 1er, é fer. au 2d.] Entêter, au propre, c'est envoyer à la tête des vapeurs incomodes ou fâcheuses. "Cette odeur m' entête; le tabac entête ceux qui n'y sont pas acoutumés. — Le plus souvent le régime est sous-entendu. "Le charbon entête. "Un vin fumeux entête. = Figurément; "Les louanges entêtent. = Il se dit sur-tout, au fig. pour préocuper, prévenir en faveur de... "Qui vous a entêté de cet homme, de ce systême? "Il s'est entêté de cette femme, de cet Auteur, des nouvelles opinions, etc. = Et sans régime: "Il s'entête.
   ENTêTEMENT, préocupation, atachement aux chôses dont on est prévenu. "L'entêtement est un grand obstacle à la découverte de la vérité. "Il ne faut point avoir de l'entêtement pour les chôses du monde. = Entêtement, comme entêté, ne se disent qu'au figuré: le 1er régit pour, et le 2d de. "Il a un grand entêtement pour cette femme. "Il est entêté d'une folle.
   ENTêTÉ, opiniâtre, têtu, obstiné (synonim.) Tous ces mots marquent un grand atachement à son sens: mais ce défaut, dans un entêté, semble venir d'un excès de prévention; dans un opiniâtre, d'une constance mal-entendue; dans un têtu, de pure indocilité, ou d'une bonne opinion de soi-même; dans un obstiné, d'une espèce de mutinerie afectée, qui le rend intraitable. — Entêté et têtu désignent un défaut, plus fondé sur un esprit trop fortement persuadé, que sur une volonté trop dificile à réduire. Opiniâtre et obstiné désignent, tout au contraire, un défaut, plus fondé sur une volonté revêche, que sur une conviction d'esprit. Gir. Syn.

Synonymes et Contraires

entêtement

nom masculin entêtement
Traductions

entêtement

גחמנות (נ), התעקשות (נ), עיקשות (נ), עקשנות (נ), קשי עורף (ז), הִתְעַקְּשׁוּת, עִקְּשׁוּת

entêtement

Starrsinn

entêtement

固執

entêtement

stædighed

entêtement

고집

entêtement

envishet

entêtement

[ɑ̃tɛtmɑ̃] nmstubbornness [ɑ̃tete] vpr/vi
s'entêter à faire → to insist on doing, to stubbornly do
Il s'entête à refuser de voir le médecin → He stubbornly refuses to go to the doctor.