entacher

(Mot repris de entachaient)

entacher

v.t. [ de tache ]
Sout. Souiller moralement : Sa mise en examen a entaché son honneur salir, ternir

entacher


Participe passé: entaché
Gérondif: entachant

Indicatif présent
j'entache
tu entaches
il/elle entache
nous entachons
vous entachez
ils/elles entachent
Passé simple
j'entachai
tu entachas
il/elle entacha
nous entachâmes
vous entachâtes
ils/elles entachèrent
Imparfait
j'entachais
tu entachais
il/elle entachait
nous entachions
vous entachiez
ils/elles entachaient
Futur
j'entacherai
tu entacheras
il/elle entachera
nous entacherons
vous entacherez
ils/elles entacheront
Conditionnel présent
j'entacherais
tu entacherais
il/elle entacherait
nous entacherions
vous entacheriez
ils/elles entacheraient
Subjonctif imparfait
j'entachasse
tu entachasses
il/elle entachât
nous entachassions
vous entachassiez
ils/elles entachassent
Subjonctif présent
j'entache
tu entaches
il/elle entache
nous entachions
vous entachiez
ils/elles entachent
Impératif
entache (tu)
entachons (nous)
entachez (vous)
Plus-que-parfait
j'avais entaché
tu avais entaché
il/elle avait entaché
nous avions entaché
vous aviez entaché
ils/elles avaient entaché
Futur antérieur
j'aurai entaché
tu auras entaché
il/elle aura entaché
nous aurons entaché
vous aurez entaché
ils/elles auront entaché
Passé composé
j'ai entaché
tu as entaché
il/elle a entaché
nous avons entaché
vous avez entaché
ils/elles ont entaché
Conditionnel passé
j'aurais entaché
tu aurais entaché
il/elle aurait entaché
nous aurions entaché
vous auriez entaché
ils/elles auraient entaché
Passé antérieur
j'eus entaché
tu eus entaché
il/elle eut entaché
nous eûmes entaché
vous eûtes entaché
ils/elles eurent entaché
Subjonctif passé
j'aie entaché
tu aies entaché
il/elle ait entaché
nous ayons entaché
vous ayez entaché
ils/elles aient entaché
Subjonctif plus-que-parfait
j'eusse entaché
tu eusses entaché
il/elle eût entaché
nous eussions entaché
vous eussiez entaché
ils/elles eussent entaché

ENTACHER

(an-ta-ché) v. a.
Gâter par quelque maladie qui agit comme une tache. Son mauvais régime l'a entaché de scrofules. Peu usité en cet emploi.
Fig. Marquer d'une tache, d'une souillure. Cet arrêt l'entache dans son honneur.
S'entacher, v. réfl. Devenir entaché. Il s'est entaché dans son administration, par sa cupidité.

REMARQUE

  • Les puristes du XVIIe siècle, Vaugelas, Marg. Buffet, condamnaient entacher, tandis que de bons auteurs l'employaient (voy. les exemples au participe). Ce mot a triomphé de cette condamnation, il était d'ailleurs défendu par Lamothe le Vayer et par l'Académie.

HISTORIQUE

  • XVe s.
    Messire Jean de Hollande, qui veoit ses compagnons et ses amis entachés de celle maladie dont nul n'en rechappoit, oyoit les plaintes des uns et des autres [FROISS., II, III, 84]
    Et est signe qu'il [le prince] n'est point entaché de ce fort vice et peché d'orgueil qui procure hayne envers toute personne [COMM., I, 9]
    Elle, par la vertueuse et noble renommée de lui, en estoit très fort entachée [entichée] [LOUIS XI, Nouv. XCVIII]
    Pour oster le venin dont la plaie avoit esté entachée du jour de devant [, Perceforest, t. II, f° 26]
    Il estoit damoiseau de trop grant et gracieuse beaulté, et entaché [doué] de toutes bonnes mœurs [, Chr. de St. Denis, t. I, f° 255, dans LACURNE]
  • XVIe s.
    Indelebile, comme si l'huile ne se pouvoit oster et nettoyer de poudre et de sel ; ou, si elle est trop fort entachée, de savon [CALV., Instit. 1185]
    Estans jà plusieurs entachez de ceste conjuration, Aristides en sentit le vent [AMYOT, Arist. 32]
    Tant il y avoit desjà d'hommes qui en estoient entachez, corrompuz et gastez [des délices] [ID., Caton, 36]
    L'ambition est un vice fort odieux, et qui suscite grande envie contre celuy qui en est entaché [ID., Arist. et Caton comp. 11]

ÉTYMOLOGIE

  • En 1, et tacher ; prov. entacar, entachar, entecar ; ital. intaccare. Entacher se prenait pour enticher ; il s'employait aussi dans un sens favorable, vu que tache (voy. l'hist. de ce mot) se disait, souvent et avec justesse, de qualités.

entacher

ENTACHER. v. tr. Marquer, salir d'une tache. Il n'est guère d'usage qu'au figuré. Cet arrêt l'entache en son honneur, dans son honneur. Un acte entaché d'avarice, entaché de nullité.

entacher

Entacher, Contagione labefacere, B. ex Columel. Dici etiam potest Inficere.

N'estre point entaché ou entiché de vices, A vitiis abesse.

Il y en avoit bien peu qui estoyent entachez de ce cas, Erant perpauci quos ea infamia attingeret.

entacher


ENTACHER, v. act. [Antaché: 1re lon. 2e br. 3e é fer.] Infecter, gâter. Il est vieux, et n'est plus en usage qu'au participe. "Entaché de lèpre; famille entachée de ladrerie. — Et figurément (style simple et médiocre) entaché d'avarice.
   REM. 1°. Vaugelas n'aimait pas ce mot: il le trouvait extrêmement bâs, et voulait qu'on dît toujours souillé. — La Mothe le Vayer le trouvait significatif et digne d'être conservé. Chapelain disait qu'il était bon. Th. Corneille ne l'admettait que dans le discours familier, et pensait qu'on ne devait pas l'écrire. L'Auteur des Observations sur les Remarques disait qu'il était encôre un peu en usage (à la fin du dernier siècle) soit, dans le propre, soit dans le figuré, et cependant il ne citait des exemples que du dernier. — L'Acad. ne l'admet qu'au participe. Il est assez à la mode dans le sens métaphorique. "Fuyez tous ceux, qui sont entachés de quelque vice grossier. Du Plaisir. "Florence... devenue dabord la dot d'une bâtarde, sacrifiée par un Pape (Clement VII) entaché lui-même du soupçon d'illégitimité, à l'ambition d'agrandir sa maison. Linguet.
   2°. Dans ces derniers temps on a fait un grand usage de ce mot employé au mode actif, pour dire, imprimer une tache à... "Ils laisserent le Duc de... jouir de son triomphe, sans même l'entacher, comme ils firent quelques années après au Duc de... Anon. "Le seul M... est resté entaché, et s'en est moqué. Id.

Synonymes et Contraires

entacher

verbe entacher
Porter atteinte à.
-littéraire: laver.
Traductions

entacher

bevlekken

entacher

[ɑ̃taʃe] vt → to soil