entassé, ée

ENTASSÉ, ÉE

(an-tâ-sé, sée) part. passé.
Mis en tas. Des pièces de bois entassées.
Que de corps entassés ! que de membres épars ! [RAC., Esther, I, 5]
Les trois quarts de vos biens sont déjà dépensés à faire enfler des sacs l'un sur l'autre entassés [ID., Plaid. III, 1]
Vous avez remarqué ces roches entassées [VOLT., Triumv. IV, 3]
Au-dessous je vis la nature en ruine ; les montagnes écroulées étaient couvertes de leurs débris, et n'offraient que des roches menaçantes et confusément entassées [BARTHÉL., Anach. ch. 35]
Se dit de ce qui ne peut être mis en tas que figurément.
Après tant de forfaits et de morts entassées [CORN., Tite et Bér. I, 1]
Et qui, de mille auteurs retenus mot pour mot, Dans sa tête entassés, n'a souvent fait qu'un sot [BOILEAU, Sat. IV]
Que de mensonges entassés pour cacher un seul fait ! [BEAUMARCH., Barbier, II, 11]
Se dit des hommes ou des animaux rassemblés dans un espace trop étroit.
Les hommes ne sont point faits pour être entassés en fourmilières, mais épars sur la terre qu'ils doivent cultiver [J. J. ROUSS., Ém. I]
Les prisonniers furent entassés dans des carrières, où ils souffrirent des maux incroyables pendant l'espace de huit mois, entassés les uns sur les autres dans ces lieux étroits [ROLLIN, Hist. anc. Œuvres, t. III, p. 718, dans POUGENS]
Pourquoi de ces mortels sur la rive entassés Les uns sont-ils reçus, les autres repoussés ? [DELILLE, Énéide, VI]
Il est entassé, se dit d'un homme contraint dans sa taille et qui a la tête enfoncée dans les épaules.
C'était [M. l'évêque d'Orléans] un homme de moyenne taille, gros, court, entassé, le visage rouge et démêlé [SAINT-SIMON, 32, 115]
Terme de botanique. Feuilles entassées, feuilles nombreuses et très rapprochées les unes des autres sur la tige.