entendre

entendre

v.t. [ lat. intendere, tourner, diriger, appliquer son esprit ]
1. Percevoir par l'ouïe, par l'oreille : J'entends une voiture qui démarre.
2. (Sans compl.) Avoir une certaine capacité auditive : Elle entend bien de l'oreille droite. Il n'entend pas il est sourd
3. Prêter une oreille attentive à : Ils ont refusé d'entendre les programmes des candidats écouter
4. Litt. Consentir à suivre un conseil, à accéder à une demande : Je le lui avais déconseillé, mais il n'a rien voulu entendre. Nous avons du mal à lui faire entendre raison. Que le ciel vous entende ! exaucer
5. Litt. Percevoir par l'esprit, par l'intelligence : Si j'entends bien, vous acceptez comprendre, interpréter saisir
6. Litt. Donner telle signification à ; vouloir dire : Qu'entendez-vous exactement par le mot « informatisation » concevoir
7. Litt. Avoir une compétence dans un domaine : La génétique, il n'y entend rien connaître
8. Avoir la volonté de : J'entends que personne ne se serve de cet appareil exiger
À l'entendre,
si on l'en croit, si on l'écoute : À les entendre, ils auront fini demain.
Donner à entendre ou laisser entendre,
insinuer.
Faites comme vous l'entendez,
à votre guise.

s'entendre

v.pr.
1. Avoir les mêmes idées, les mêmes goûts ; être d'accord : Elle s'entend à merveille avec tous ses collègues sympathiser
2. Se mettre d'accord : Elles se sont entendues sur l'attitude à adopter s'arranger
3. Avoir des connaissances, de l'habileté en qqch : Elle s'y entend, en électronique.
Cela s'entend,
Litt. cela va de soi.
S'y entendre pour (+ inf.),
avoir toutes les capacités pour réussir qqch (parfois iron.) : Il s'y entend pour embrouiller une discussion il sait parfaitement le faire

entendre


Participe passé: entendu
Gérondif: entendant

Indicatif présent
j'entends
tu entends
il/elle entend
nous entendons
vous entendez
ils/elles entendent
Passé simple
j'entendis
tu entendis
il/elle entendit
nous entendîmes
vous entendîtes
ils/elles entendirent
Imparfait
j'entendais
tu entendais
il/elle entendait
nous entendions
vous entendiez
ils/elles entendaient
Futur
j'entendrai
tu entendras
il/elle entendra
nous entendrons
vous entendrez
ils/elles entendront
Conditionnel présent
j'entendrais
tu entendrais
il/elle entendrait
nous entendrions
vous entendriez
ils/elles entendraient
Subjonctif imparfait
j'entendisse
tu entendisses
il/elle entendît
nous entendissions
vous entendissiez
ils/elles entendissent
Subjonctif présent
j'entende
tu entendes
il/elle entende
nous entendions
vous entendiez
ils/elles entendent
Impératif
entends (tu)
entendons (nous)
entendez (vous)
Plus-que-parfait
j'avais entendu
tu avais entendu
il/elle avait entendu
nous avions entendu
vous aviez entendu
ils/elles avaient entendu
Futur antérieur
j'aurai entendu
tu auras entendu
il/elle aura entendu
nous aurons entendu
vous aurez entendu
ils/elles auront entendu
Passé composé
j'ai entendu
tu as entendu
il/elle a entendu
nous avons entendu
vous avez entendu
ils/elles ont entendu
Conditionnel passé
j'aurais entendu
tu aurais entendu
il/elle aurait entendu
nous aurions entendu
vous auriez entendu
ils/elles auraient entendu
Passé antérieur
j'eus entendu
tu eus entendu
il/elle eut entendu
nous eûmes entendu
vous eûtes entendu
ils/elles eurent entendu
Subjonctif passé
j'aie entendu
tu aies entendu
il/elle ait entendu
nous ayons entendu
vous ayez entendu
ils/elles aient entendu
Subjonctif plus-que-parfait
j'eusse entendu
tu eusses entendu
il/elle eût entendu
nous eussions entendu
vous eussiez entendu
ils/elles eussent entendu

ENTENDRE

(an-tan-dr') , j'entends, tu entends, il entend, nous entendons, vous entendez, ils entendent ; j'entendais ; j'entendis ; j'entendrai ; j'en tendrais ; entends ; que j'entende ; que j'entendisse ; entendant ; entendu.
V. n. Étymologiquement, tendre vers, d'où, avoir intention, dessein, avec un verbe à l'infinitif, ou que et le verbe au subjonctif ou quelquefois au conditionnel. J'ai toujours entendu que l'acte serait enregistré. J'entends qu'on m'obéisse et qu'on n'obéisse qu'à moi. J'entends être obéi. En disant cela j'entends parler de lui, non de vous.
J'entends qu'avec ma cour toute la ville en deuil Demain rende au dernier [Étéocle] les honneurs du cercueil [ROTR., Antig. IV, 1]
Non, s'il vous plaît, je n'entends pas que vous fassiez de dépense, et que vous envoyiez rien acheter pour moi [MOL., Pourc. I, 10]
Il nous faut ton moulin ; que veux-tu qu'on t'en donne ? - Rien du tout ; car j'entends ne le vendre à personne [ANDRIEUX, Meunier.]
Avec le mot indéterminé le, il se prend activement. Je l'entends ainsi, c'est-à-dire je veux que la chose soit ainsi. Faites comme vous l'entendrez. Chacun fait comme il l'entend.
Mercure fait comme il l'entend, il ne vous est pas si nécessaire que moi [DANCOURT, l'Amour charlatan, III, 17]
Comment l'entendez-vous ? c'est-à-dire quelle est votre intention ?
Comment l'entend monsieur mon hôte ? Dit-elle, et de quel droit me donner comme il fait ? [LA FONT., Fiancée.]
Être occupé à. On n'entendit plus à autre chose qu'à faire toute la diligence possible.
De cette façon ayant à faire en deux lieux, et ne pouvant pas entendre partout, il en demeura une partie sur la place, l'autre jeta ses armes et s'enfuit [MALH., Le XXXIIIe livre de T. Live, ch. 9]
Cette femme n'entend qu'à donner des vapeurs [LA CHAUSSÉE, Gouvern. I, 1]
Vieilli en ce sens.
Entendre à, consentir, acquiescer.
Elle ne veut entendre à nulle proposition [SÉV., 267]
Les raisons qu'il a de ne pas entendre à la demande... [LA BRUY., X.]
Tandis qu'il vous restait quelque espérance de vie, aviez-vous voulu entendre à appeler le ministre de Jésus-Christ ? [MASS., Car. Impénit. fin.]
La maréchale de Lorge aimait trop sa fille pour entendre à un mariage qui ne la pouvait rendre heureuse [SAINT-SIMON, 28, 70]
Je savais bien que mon Hollandais n'entendrait à aucune proposition [VOLT., Lett. Prusse, 8]
Les conditions parurent si dures aux réformés qu'ils ne voulurent point y entendre [ANQUET., Ligue, I, 321]
Les uns disent que j'ai bien fait d'entendre à un arrangement [P. L. COUR., II, 316]
V. a. Diriger son oreille vers, d'où recevoir l'impression des sons. Entendre du bruit. J'entends parler dans la chambre à côté. J'entends que vous me dites des nouvelles.
On n'entend pas toujours ce qu'on croit bien entendre [CORN., Perthar. III, 2]
Il entend arriver un carrosse [SÉV., 244]
J'entends déjà partout les charrettes courir, Les maçons travailler, les boutiques s'ouvrir [BOILEAU, Sat. IV]
Le ciel dans tous leurs pleurs ne m'entend pas nommer [RAC., Brit. IV, 3]
J'entends que vous m'offrez un nouveau diadème [ID., Bérén. II, 4]
Il se fait tant de bruit qu'on n'entendrait pas Dieu tonner, se dit d'un très grand bruit. Entendre dire, apprendre par la parole, par ce qui se dit. J'ai entendu dire cette nouvelle. On entend dire dans la ville qu'il y a eu un incendie. La nouvelle que j'ai entendu dire. Entendre parler d'une chose, en être informé par la parole. Entendre parler, signifie aussi avoir dans l'idée. Quand je dis nature, j'entends parler de.... Ne pas vouloir entendre parler d'une chose, la rejeter absolument sans vouloir même y prêter l'oreille.
Il n'en voulut jamais entendre parler [BOSSUET, Var. 1]
Faire entendre, faire parvenir à l'ouïe.
Dans cet oubli profond et de Dieu et d'elle-même où l'âme s'était plongée, ce grand Dieu sait bien la trouver ; il fait entendre sa voix, quand il lui plaît, au milieu du bruit du monde [BOSSUET, La Vallière.]
Si sans trop vous déplaire, .... J'osais vous faire entendre une timide voix [RAC., Bajaz. IV, 5]
Une voix me fit entendre ces paroles [FÉN., Tél. II]
Se faire entendre, être ouï. Une voix se fait entendre. Au milieu de ce tapage je ne pouvais me faire entendre.
Mais le nom de Tarquin vient de se faire entendre [VOLT., Brut. IV, 7]
Être dit de manière à être compris.
Vos ordres sans détour pouvaient se faire entendre [RAC., Iphig. IV, 4]
Se faire entendre à, parler à.
Mais la gloire, madame, Ne s'était point encor fait entendre à mon cœur [RAC., Bérén. IV, 5]
Absolument, entendre, avoir l'ouïe. Parlez plus haut, il n'entend pas. Entendre dur, entendre clair, avoir l'oreille dure, fine. Fig. N'entendre que par, être uniquement dirigé par.
Crésus ne voit, n'entend, n'agit que par vous-même [BOURSAULT, Fabl. d'Ésope, v, 5]
Fig. Il n'entend pas de cette oreille-là, il ne veut pas écouter la proposition qu'on lui fait.
Prêter l'oreille. Que ceux qui m'entendent me jugent. Il est bon d'entendre les deux parties.
Loin de nous entendre, Ils demandent la paix et parlent de se rendre [RAC., Mithr. IV, 6]
Faut-il le condamner avant que de l'entendre ? [ID., Iphig. III, 6]
On voit dans Grégoire de Tours qu'ils faisaient des meurtres de sang-froid, et faisaient mourir des accusés qui n'avaient seulement pas été entendus [MONTESQ., Espr. XXXI, 2]
Entendre en confession, ou, simplement, entendre, se dit du prêtre qui entend la confession d'un pénitent.
Je veux bien vous entendre dans l'octave du St-Sacrement [BOSSUET, Lett. Corn. 35]
Entendre la messe, les vêpres, le sermon, assister à la messe, aux vêpres, au sermon. Aller entendre une pièce, un acteur, un prédicateur, assister à une pièce, au rôle d'un acteur, au sermon d'un prédicateur. Terme de pratique. S'entendre condamner, ouïr le prononcé du jugement qui condamne ; expression qui se trouve dans les assignations ; s'entendre condamner, c'est entendre condamner soi. À l'entendre, c'est-à-dire si on l'en croit, si on lui prête l'oreille. À l'entendre, il n'est pas coupable. À vous entendre, il s'agirait de quelque chose de fort grave. Absolument. Ne pas savoir auquel ou à qui entendre, c'est-à-dire ne pas savoir à qui ou à quoi il importe de faire attention.
Parmi tant de cris différents on ne sait auquel entendre [VAUGELAS, Q. C. 536]
L'homme ne sait donc à qui entendre ; sa volonté est le jouet continuel de divers motifs opposés qui se disputent le droit de le déterminer [HOLBACH, Essai sur les préj. ch. 13, dans DUMARSAIS, Œuvres, t. VI, p. 316]
On dit dans le même sens ne savoir à quoi entendre.
Le tyran ne savait à quoi entendre, ni quels ordres donner, ni où il fallait envoyer du secours [ROLLIN, Hist. anc. Œuvres, t. VIII, p. 316, dans POUGENS]
Populairement. N'entendre ni à hu, ni à dia, ou ni à dia, ni à huraut, c'est-à-dire ne rien entendre du tout, être sourd, être bouché.
Exaucer. Dieu entendit ses vœux. Entendez ma prière.
Apprendre par la renommée.
Il l'écoute sans y avoir aucun intérêt notable, et par simple curiosité d'apprendre ce qu'il pouvait avoir su déjà en la cour d'Égypte, où il était en assez bonne position pour entendre des nouvelles assurées de tout ce qui se passait dans la Syrie [CORN., Ex. de Rodog.]
Avez-vous jamais entendu une victoire plus glorieuse ? [BOSSUET, II, Pent. 1]
Diriger son esprit, d'où par extension, comprendre, saisir le sens.
Des mystères sacrés que nous n'entendons pas [CORN., Poly. IV, 6]
Et par un mouvement que je ne puis entendre, De ma fureur je passe au zèle de mon gendre [ID., ib. v, 6]
Je commence, madame, enfin à vous entendre [ID., Nicom. III, 7]
Dites qu'ils entendent mal Jansénius [PASC., Prov. 18]
Il entend fort finement tout ce qui est bon [SÉV., 453]
Ils n'entendent pas un mot de français [ID., 569]
Si nous entendons du Messie ce grand passage où Isaïe nous représente si vivement l'homme de douleurs frappé pour nos péchés et défiguré comme un lépreux [BOSSUET, Hist. II, 10]
Vous n'aurez point pour moi de langages secrets ; J'entendrai des regards que vous croirez muets [RAC., Brit. II, 3]
J'ignore de son cœur les sentiments secrets ; Mais je m'y soumettrais sans vouloir rien prétendre, Si comme vous, Seigneur, je croyais les entendre [ID., Mithr. I, 3]
Vous résistez en vain et j'entends votre faite [ID., ib. III, 5]
Vous m'entendez assez si vous voulez m'entendre [ID., Iphig. II, 5]
Les sots lisent un livre et ne l'entendent point ; les esprits médiocres croient l'entendre parfaitement ; les grands esprits ne l'entendent quelquefois pas tout entier [LA BRUY., I]
J'estime bien plus ceux qui ne comprennent pas ces mystères-là que ceux qui les comprennent ; mais malheureusement la nature n'a pas fait tout le monde capable de n'y rien entendre [FONTEN., Dial. 2, Morts mod.]
Suivons l'avis de Quintilien, et faisons en sorte non-seulement qu'on nous entende, mais qu'on ne puisse pas même, le voulût-on, ne pas nous entendre [D'OLIVET, Rem. sur Racine, § 65]
Tu pouvais de ses yeux entendre le langage [VOLT., Zaïre, III, 7]
Tacite est le livre des vieillards, les jeunes gens ne sont pas faits pour l'entendre [J. J. ROUSS., Ém. IV]
Entendre à demi-mot, comprendre ce qui est dit d'une façon mystérieuse, voilée. Elliptiquement. Vous avez parlé d'une personne et j'ai entendu une autre, c'est-à-dire j'ai compris qu'il s'agissait d'une autre.
C'est, mon père, que je connais que vous avez parlé d'une personne et que j'ai entendu une autre [MOL., Mal. im. I, 5]
Vous m'entendez bien, c'est-à-dire vous savez ce que je veux dire.
Bonhomme, c'est ce coup qu'il faut, vous m'entendez, Qu'il faut fouiller à l'escarcelle [LA FONT., Fabl. IV, 4]
Et s'il dit qu'il n'en fera rien, Qu'il aille.... vous m'entendez bien [SCARRON, Virg. IV]
Familièrement. Entendre l'apologue, comprendre ce dont il s'agit. Terme de manége. Entendre bien les jambes, les talons, se dit du cheval qui semble entendre ce que le cavalier lui demande. Donner à entendre, laisser entendre, faire entendre, insinuer, faire comprendre une chose. Il m'a donné à entendre que vous me blâmiez.
Je ne sais pas, seigneur, ce qu'on vous fait entendre [CORN., Théodore, IV, 4]
Combien était-il important de faire entendre qui vous êtes ! [PASC., Prov. 15]
Je veux seulement vous en faire horreur [de votre malice] à vous-mêmes, et faire entendre à tout le monde qu'après cela il n'y a rien dont vous ne soyez capables [ID., ib. 16]
Et ne devais-je pas, quoi qu'il me fit entendre, Pénétrer les raisons qui vous faisaient attendre ? [TH. CORN., Ariane, III, 3]
Et ce fils si fidèle a dû vous faire entendre Que, des mêmes ardeurs dès longtemps enflammé, Il aime aussi la reine et même en est aimé [RAC., Mithr. III, 2]
Je vais de ce signal faire entendre la cause [ID., Bajaz. III, 2]
Vous, que l'on cherche Aman et qu'on lui fasse entendre Qu'invité chez la reine il ait soin de s'y rendre [ID., Esth. II, 7]
Elle voulut faire entendre que.... [FÉN., Tél. I]
Je veux faire entendre à ces rois que.... [ID., ib. XI]
Se faire entendre, être compris. C'est un homme qui ne sait pas se faire entendre. Je ne sais si je me fais entendre. Absolument. Comprendre. En vain vous feignez de ne pas entendre.
J'entends et Dieu entend : Dieu entend qu'il est ; j'entends que Dieu est, et j'entends que je suis [BOSSUET, Connaiss. IV, 8]
On n'entend jamais mieux que lorsqu'on entend sans secours étrangers [CONDIL., Log. t. XXII, p. 188, dans POUGENS]
J'entends, je comprends bien. Nous entendons, nous comprenons ce que vous voulez dire. Vous entendez, vous voilà bien avertis. On dit dans un sens analogue entendez-vous ? Je suis de vous très mécontente.
Très mécontente, entendez-vous ? [MARMONTEL, Amis de la maison, I, 1]
Se dit simplement aussi pour appuyer un ordre, une menace. Sortez, entendez-vous ?
Entendre, vouloir dire.
Qu'entendez-vous par ces paroles ? Entendant du temple de son corps ce que les juifs entendaient de celui de Salomon [BOSSUET, Var. XI, § 144]
Quand les anciens disent le philosophe, ils entendent Aristote [DU MARSAIS, Tropes, II, 4]
Absolument.
Bientôt elle [la duchesse de Longueville] honora M. Dodart de sa confiance, j'entends de celle que l'on a pour un ami : la grande inégalité des conditions ne lui en retrancha que le titre [FONTEN., Dodart.]
10° Entendre, connaître, être habile dans.
Une personne de qui on peut dire en vérité qu'il n'y a jamais eu une dame qui ait si bien entendu la galanterie ni si mal entendu les galants [VOIT., Lett. 42]
Si j'ai bien entendu tantôt la politique [CORN., Cinna, v, 1]
Ici c'est un métier que je n'entends pas bien [ID., Nicom. III, 1]
M. de la Reynie qui entend si bien la police [SÉV., 454]
Il ne suffit pas d'entendre la guerre [BOSSUET, Hist. III, 6]
Il [Darius] en donna le commandement [de la flotte] à Scylax, Grec, qui entendait parfaitement la marine [ROLLIN, Hist. anc. Œuvres, t. III, p. 106, dans POUGENS]
Elle entend la cuisine et l'office [J. J. ROUSS., Ém. v.]
L'entendre bien, l'entendre mal, le comprendre bien, mal, y être habile, malhabile.
Ce prompt retour me perd et rompt notre entreprise. - Tu l'entends mal, Attale, il la met dans ma main [CORN., Nicom. 1, 4]
Je pensais faire bien. - Oui, c'était fort l'entendre [MOL., l'Étourdi, I, 5]
Vous l'entendez bien peu, me dit-il ; les Pères étaient bons pour la morale de leur temps ; mais ils sont trop éloignés pour celle du nôtre [PASC., Prov. 5]
Bon ! qui l'entendra mieux ne l'entendra pas mal [TH. CORN., le Charme de la voix, II, 2]
Ce n'est pas mal l'entendre, que d'être à la fois héros et chrétien [MAINTENON, Lettres à Mme de Fontanes, 24 mai 1692]
Entendre finesse à quelque chose, y vouloir comprendre plus que la chose ne signifie.
Monsieur n'y entend pas plus de finesse que moi [DANCOURT, les Fonds perdus, III, 10]
Je ne sais pas la finesse qu'elle y a entendue, et tout cela retombe sur moi pourtant [MARIVAUX, Pays. parv. part. 5]
Ne pas y entendre finesse, n'être pas malin, ne pas vouloir faire une malice. Ne pas entendre malice à quelque chose, faire ou dire quelque chose sans mauvaise intention. Entendre raillerie, prendre bien les choses dites en plaisantant, ne pas s'en offenser. Il n'entend pas raillerie, c'est-à-dire il est susceptible ou bien il est sévère. Entendre la raillerie, entendre la plaisanterie, avoir la facilité, l'art, le talent de bien railler. Entendre raison, acquiescer à ce qui est juste et raisonnable. Il n'entend pas raison là-dessus, sur ce point il est opiniâtre, inflexible. N'entendre ni rime, ni raison, ne pas écouter les objections, refuser par entêtement, par humeur.
11° S'entendre, v. réfl. Être entendu, perçu par l'oreille. Sa voix ne s'entend pas.
Mille cris aussitôt de tous côtés s'entendent [CORN., Héracl. v, 7]
Au pied du trône même une voix s'entendit [VOLT., Henr. VII]
Un bruit affreux s'entend [ID., ib. VIII]
S'entendre, s'entendre l'un l'autre. Le bruit est si grand qu'on ne peut s'entendre.
12° Être compris. Ce mot peut s'entendre de diverses manières.
Il est vrai que, dans un autre de ses dialogues [de Perrault], s'il vient à la preuve, et prétend montrer que le commencement de la première ode de ce grand poëte [Pindare] ne s'entend point, c'est ce qu'il prouve admirablement par la traduction qu'il en a faite [BOILEAU, Longin, Subl réfl. 8]
Cela s'entend, cela s'entend bien, cela se suppose ainsi, cela doit être ainsi. S'entend, c'est-à-dire bien entendu, cela va sans dire, locution familière qui se dit par parenthèse.
Ne connaîtrais-tu pas quelque honnête faussaire, Qui servît ses amis, en le payant, s'entend ? [RAC., Plaid. I, 5]
Je me crois libre (jusqu'à un certain point s'entend) [VOLT., Lett. Prusse, 37]
Je ne regrette rien de cette Babylone impure que vous habitez ; s'entend, je n'en regrette que vous [P. L. COUR., Lett. I, 323]
Se comprendre l'un l'autre. Nous nous entendons à demi-mot. Nous ne nous entendons point.
Vous vous entendiez à merveilles [SÉV., 353]
Ils s'entendaient sans rien dire [FÉN., Tél. XXII]
Entendons-nous, comprenons bien ce que chacun de nous dit. S'entendre, se comprendre soi-même.
Tu feras ce que je veux, ou.... suffit, je m'entends bien [DANCOURT, les Trois cousines, II, 8]
13° Se concerter, être d'accord, d'intelligence.
Vous vous êtes entendu avec elle à me nuire [VOIT., Lett. 1]
D'où vient que mon cœur même à demi révolté Semble vouloir s'entendre avec ta lâcheté ? [CORN., Tois. d'or, II, 2]
Je ne veux point m'entendre avec vos ennemis [SÉV., 529]
Dans la première ruine de Jérusalem les Juifs s'entendaient du moins entre eux : dans la dernière, Jérusalem, assiégée par les Romains, était déchirée par trois factions ennemies [BOSSUET, Hist. II, 8]
Mais si dans son devoir votre cœur affermi Voulait ne point s'entendre avec son ennemi [RAC., Brit. III, 1]
Nous nous entendons bien, nous vivons bien ensemble. Entendons-nous bien, soyons bien d'intelligence. Entendons-nous bien, et nous réussirons. S'entendre comme larrons en foire, se dit de gens qui se concertent pour quelque chose de blâmable ou de suspect.
Et toutes [les femmes], se liguant pour nous en faire accroire, S'entendent contre nous comme larrons en foire [VOLT., la Femme qui a raison, II, 6]
14° Être habile dans une chose, se connaître à une chose. Il s'entend en musique, en tableaux. Il s'entend à la culture.
Ah ! que les hommes s'entendent mal en gloire ! [FÉN., Tél. XXII]
Familièrement. Il s'y entend comme à ramer des choux, comme à faire un coffre, il ne comprend rien à ce qu'il fait.

PROVERBES

  • Qui n'entend qu'une cloche n'entend qu'un son, il faut entendre les deux parties.
  • Il n'est pire sourd, ou il n'est point de pire sourd que celui qui ne veut pas entendre, se dit d'un homme qui feint de ne pas ouïr ou de ne pas comprendre.

REMARQUE

  • 1. Je l'ai entendu dire à différentes personnes, est une locution à laquelle il faut prendre garde ; car elle est amphibologique. Elle peut signifier : j'ai entendu qu'on le disait à différentes personnes, ou que différentes personnes le disaient. Il faut donc, quand on en use, bien considérer si le sens est suffisamment déterminé par le contexte.
  • 2. Même observation pour la phrase : Je lui ai entendu dire cela ; car elle peut signifier : j'ai entendu qu'il disait cela, ou qu'on lui disait cela.
  • 3. S'il y avait deux régimes, l'amphibologie disparaîtrait.
    Je lui ai entendu dire à un homme d'État fort célèbre [VOLT., Louis XIV, Écrivains, Villars]
    Cette phrase, peu élégante d'ailleurs, signifie sans ambiguïté : j'ai entendu qu'il disait à un homme....
  • 4. Régnier a mis de avec entendre dans le sens de avoir l'intention. Je n'entends, quant à moi, de la prendre à partie, Sat. II.
  • 5. Pour peu qu'on y réfléchisse, on trouvera que, grammaticalement, s'entendre à quelque chose pour y être habile est de difficile explication. Si on prend la locution telle qu'elle se présente, on a : entendre soi ; ce qui, manifestement, ne signifie rien. C'est un archaïsme qui en rend compte ; entendre est proprement un verbe neutre ; il l'est encore aujourd'hui, il l'était dans l'ancienne langue. Or dans cette ancienne langue les verbes neutres avaient la propriété de se construire avec le pronom personnel. S'entendre, en cet emploi, est donc entendre au neutre construit avec se (voy. SE pour cette construction ; voy. aussi APERCEVOIR).

SYNONYME

  • 1. ENTENDRE, CONCEVOIR, COMPRENDRE. Entendre et comprendre signifient saisir le sens ; ce qui les distingue de concevoir qui signifie embrasser par l'idée : j'entends ou je comprends cette phrase ; et non je la conçois. Au contraire dans le vers de Boileau : Ce qui se conçoit bien s'énonce clairement, entendre ou comprendre ne conviendrait pas. La nuance est autre entre comprendre et entendre. Au fond, l'idée d'entendre est de faire attention à, être habile dans, tandis que celle de comprendre est prendre en soi : j'entends l'allemand, je le sais, j'y suis habile ; je comprends l'allemand dirait moins. D'un autre côté, pour une démonstration, comprendre est le mot propre.
  • 2. ENTENDRE, OUÏR., Ces deux mots, très différents dans l'origine, sont complétement synonymes aujourd'hui. Ouïr était le mot propre, peu à peu écarté par entendre qui est le mot figuré. Ouïr c'est percevoir par l'oreille ; entendre c'est proprement faire attention ; l'usage seul lui a donné le sens détourné d'ouïr. La seule différence qu'il y ait, c'est que ouïr est devenu verbe défectif et d'un usage restreint. Quand le sens peut être louche, il faut, sans hésiter, employer ouïr. Ainsi ce mot de Pacuvius sur les astrologues : Magis audiendum quam auscultandum censeo, se traduira par : Il vaut mieux les ouïr que les écouter. Entendre ferait un contre-sens.
  • 3. ENTENDRE, ÉCOUTER., Entendre c'est être frappé des sons ; écouter c'est prêter l'oreille pour les entendre. Quelquefois on n'entend pas quoiqu'on écoute, et souvent on entend sans écouter.

HISTORIQUE

  • XIe s.
    Et dist al rei : bien l'avez enten. dud [, Ch. de Rol. XVI]
    Un en i ad à qui li autre entendent [, ib. CCLXXV]
  • XIIe s.
    Beau sire Guene, devers moi entendez [, Ronc. p. 31]
    Or me refait Amors à lui entendre [, Couci, v]
    Ele voit bien et conoist et entent Qu'il n'en est plus qui aimt [aime] si leaument [, ib. v]
    Quant plus est li bernages à grant joie antandanz, Atant es un paien qui ot nom Margulanz [, Sax. v]
    Sire, dit li messages, antandez ma raison [, ib. XI]
    Pour lor bonté [je] le di, ne nul mal n'i antant [, ib. XX]
    Laienz entra Thomas od mult poi conpaignuns : Poi i mena des suens, si cum nus l'entenduns [nous l'apprenons] [, Th. le mart. 38]
  • XIIIe s.
    Fille, se vous vouliez entendre à mariage, Fil de roi [je] vous donroie, riche et de haut parage [AUDEFR. LE BAST., Romancero, p. 17]
    Bele Doette, es fenestres seant, Lit en un livre, mais au cuer ne l'entent [maisson cœur n'y est pas] [, ib. p. 48]
    Par huit jors se sont entendu Li baron à grant feste faire ; Puis vait cascuns à son repaire Molt lié [très content], quant le congié a pris [, Roman de Mahomet, p. 64]
    Chacun qui s'entent jugera C'on doit miex mauvese pugnir Que li loial lessier languir [, Bibl. des Chartes, 4e série, t. v, p. 476]
    Et Loeys estoit sages et entendans [, Chr. de Rains, p. 2]
    Cui conscience ne reprent, plus tost au mal qu'au bien entent [, ib. 235]
    Einsi te voloie essaier ; Quar certes je n'i entent mie Ne traïson ne felonie [, Ren. 1803]
    Lors estuet [il convient] jones gens entendre à estre gais et amoureus [, la Rose, 78]
    Plait de murtre est moult soutil, et moult le peut on soutilment plaider qui faire le set, mais que l'on seit bien entendu [, Ass. de Jér. I, 132]
    Lou conseil li loa, si comme l'en [l'on] me donna à entendre, que il s'en venist à Damiete en galies [JOINV., 192]
    Et sachiez que, se il se feussent pris garde de nous, il nous eussent touz mors [tués], mes il entendoient [faisaient attention] au roy et aux autres grosses batailles [ID., 227]
    Et me dist ainsi, que il n'entendoit mie [comprenait pas] comment li roys eut pooir de demourer [ID., 255]
  • XIVe s.
    [Œuvre de chirurgie qui doit être désirée] et de ceux qui s'entendent moiennement, et des ydiots qui se mesconnoissent [H. DE MONDEVILLE, f° 32, verso.]
    Aristote entent tousjours pour fors ceulx qui ont la vertu de fortitude [ORESME, Eth. 79]
    Bienfais n'est point perdus à chelui [celui] qui s'entent [, Baud. de Seb. XII, 770]
  • XVe s.
    Quand ces chevaliers de Bretagne virent venir les Anglois, et qu'ils s'ordonnoient pour eux assieger, si n'en furent mie trop effrayés ; mais entendirent premierement au chastel et puis aux guerites et aux portes [FROISS., I, I, 197]
    Quand vint le matin, de rechef ils commencerent à assaillir fort et appertement en plusieurs lieux, et ensonnierent [inquiétèrent] si ceux de la ville, qu'ils ne savoient auquel entendre [ID., I, I, 224]
    On leur donnoit tant à faire que on ne savoit, par dedans, auquel lez [côté] entendre [ID., II, II, 215]
    [Les Écossais parlant des Français] Ils ne nous entendent point, ni nous eux [ID., II, II, 228]
    Sur ce, s'advise qui a sens, Soit en jeunesse ou en vieillesse ; Et qui ne m'entend, je m'entens, Monstrant que suis dame et maistresse [CH. D'ORL., Ball. 90]
    Qui entend mal, raporte mal [LEROUX DE LINCY, Prov. t. II, p. 390]
    Comme vous entendrez cy après [COMM., I, 1]
    Or il fault entendre que monseigneur du Magne estoit avec sept ou huyt cens hommes d'armes au devant des ducs [ID., I, 3]
    Que on tyreroit vers Paris pour essayer si on pourroit reduyre la ville à vouloir entendre au bien public du royaulme [ID., I, 5]
    Et y en a assez qui ne parlent que après les autres, sans gueres entendre aux matieres [ID., II, 2]
    Il [Louis XI] estoit assez lettré ; il aymoit à demander et à entendre de toutes choses [ID., II, 6]
    À riens ne voulut ledit duc entendre [ID., v, 1]
    Ung des plus sages chevaliers et plus entendus que je cogneus jamais [ID., II, 2]
    Elle se delibera de soy appareiller pour honnestement faire son messaige ; car bien convenoit le faire de bonne sorte, entendu que les pucelles à qui il falloit qu'elle feist les messaiges estoient de grand estat [, Perceforest, t. VI, f° 79]
  • XVIe s.
    J'entendz et veulx que tu apprennes les langues parfaictement [RAB., Pant. II, 8]
    Mon amy, je n'entendz point ce barragouin ; pourtant, si voulez qu'on vous entende, parlez aultre languaige [ID., ib. II, 9]
    Vous y amenerez vostre femme, s'il vous plaist, avecques ses voisines, cela s'entend [ID., ib. III, 31]
    Vous l'avez ouy, l'avez-vous entendu ? [ID., ib. v. Prol.]
    Ny n'entendent les stoïciens que l'ame de leur sage puisse.... [MONT., I, 50]
    Le seigneur de Langey, très entendu en telles choses [ID., I, 58]
    Croesus lui feit entendre qu'il verifioit lors à ses despens l'avertissement de Solon [ID., I, 65]
    Il leur semble bien faire les moderez et les entendus quand.... [ID., I, 204]
    Et encores se moquent-ils des autres qui n'entendent pas le tour du baston, et les appellent lourdauts [LANOUE, 106]
    L'art militaire est aussi mieux entendu qu'il n'estoit [ID., 402]
    La plupart de la noblesse, ayant entendu l'execution de Vassy, se delibera de venir près Paris [ID., 547]
    Chacun s'incitoit à paix, et à persuader les grands d'y entendre [ID., 558]
    En quelque style qu'il soit mis, pourveu qu'il s'entende, il ne peut faillir à estre bien receu [AMYOT, Épit.]
    Je ferois moins de doute de la volonté du pape à nous assister en ceste occasion que de celle du roy catholique ; car sa Sainteté s'est déjà laissé entendre [a donné à entendre] qu'il falloit choisir un prince du sang catholique pour beriter du royaume, après le decès de M. le cardinal de Bourbon [VILLEROY, Mém. t. II, p. 170, dans LACURNE]
    À bon entens-tu il ne faut qu'un mot [COTGRAVE, ]
    Equivoques par amphibologie, vulgairement appellées des entends-trois [DES ACCORDS, Bigarrures, ch. 6]
    On peut faire l'habile, l'empesché et l'entendu, c'est-à-dire le sot et miserable [CHARRON, Sagesse, I, 41]

ÉTYMOLOGIE

  • Bourguig. entarre ; provenç. entendre ; catal. entendrer ; espagn. entender ; ital. intendere ; du latin intendere, diriger vers, appliquer, de in, en, et tendere, tendre (voy. ce mot), et, par extension, dans les langues romanes, ouïr et comprendre.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    ENTENDRE. Ajoutez :
    15° Entendre haut, locution provinciale signifiant avoir l'oreille dure.

    ÉTYMOLOGIE

      Ajoutez :
    • 6. On a dit : à double entendre, pour : à double entente.
      On a ordonné aux comédiens italiens de retrancher de leurs pièces tous les mots à double entendre qui sont trop libres [DANGEAU, t. II, p. 101, janv. 1688]

entendre

ENTENDRE. v. tr. Percevoir par l'ouïe. Entendre une voix, un bruit. Entendre le canon, le son des cloches. Nous les entendions marcher, parler, crier, rire, chanter, etc. J'entends venir quelqu'un. Je l'ai entendu dire. J'en ai entendu parler. J'ai entendu faire votre éloge. Au milieu du bruit, il ne put parvenir à faire entendre sa voix, à se faire entendre. Absolument, Je suis trop loin pour entendre.

Entendre la messe, les vêpres, le sermon, Assister à la messe, aux vêpres, au sermon.

Entendre quelqu'un, L'entendre discourir, plaider, professer, déclamer, chanter, jouer d'un instrument, etc. Je n'ai jamais entendu cet orateur, cet avocat, ce professeur. J'ai entendu plusieurs fois ce chanteur, ce musicien, cet acteur.

Le bruit est si grand qu'on ne s'entend pas, Le bruit empêche ceux qui veulent converser d'entendre mutuellement leurs paroles. On dit dans un sens analogue et figurément, Il se fait tant de bruit qu'on n'entendrait pas Dieu tonner.

Prov. et fig., Qui n'entend qu'une cloche n'entend qu'un son. Voyez CLOCHE.

Prov., Il n'est pire sourd qui ne veut entendre, se dit au propre en parlant d'une Personne qui feint de ne pas entendre; et, figurément, d'une Personne qui fait semblant de ne pas comprendre une proposition, une demande à laquelle elle ne veut pas répondre.

Fig., Il n'entend pas de cette oreille-là, se dit de Quelqu'un à qui l'on fait une proposition qu'il ne veut pas écouter.

Il signifie aussi Écouter d'une oreille attentive. Je suis prêt à vous entendre. Il n'a rien voulu entendre. Veuillez entendre mes raisons.

Spécialement, en termes de Jurisprudence, Entendre les avocats des deux parties. Entendre des témoins. On condamna l'accusé sans l'entendre. Entendre les parties ou Les parties entendues. La cause, l'affaire est entendue, Les débats sont clos, il ne reste qu'à délibérer et à prononcer le jugement.

À l'entendre, Si on l'en croit. À les entendre, ils ne sont pas coupables.

Entendre à quelque chose, Y donner son consentement, l'approuver, y acquiescer. Il ne veut entendre à aucun arrangement.

Fam., Ne savoir auquel entendre, à qui entendre, Avoir affaire à plusieurs personnes à la fois et éprouver quelque embarras à les satisfaire. Vous me questionnez, vous me pressez tous à la fois, je ne sais auquel entendre.

Il signifie encore Saisir par l'intelligence. Cet étranger a beaucoup de peine à se faire entendre. Entendre un auteur. Un passage difficile à entendre. Il entend un peu l'anglais. Je n'ai pu parvenir à lui faire entendre cela, à lui faire entendre qu'on n'avait eu aucune intention de l'offenser. L'affaire est tellement embrouillée que je n'y entends plus rien. Vous parliez d'une personne, et j'ai entendu une autre. Entendez-moi bien! J'entends fort bien ce que vous voulez dire, ou, simplement, J'entends. Si vous recommencez, je vous chasse : entendez-vous?

Il signifie également Avoir la connaissance et la pratique d'une chose. Il entend bien son métier. Entendre les affaires, la chicane, etc. En ce sens il vieillit.

Entendre son intérêt, ses intérêts, Savoir très bien comment on doit agir dans son intérêt.

Ne rien entendre à quelque chose, Y être fort inhabile. Cet homme n'entend rien aux affaires, il n'y entend absolument rien. Il n'entend rien au gouvernement.

Il signifie quelquefois Présumer. J'ai toujours entendu que notre arrangement s'exécuterait ainsi.

Entendre à demi-mot, comprendre ce qu'un autre veut dire, sans qu'il se soit entièrement expliqué.

Entendre finesse, entendre malice à quelque chose, Attribuer un sens fin et malin à quelque chose. Je ne sais pas quelle finesse vous entendez à cela. Il entend finesse à tout. Il n'entend malice à rien.

Ne pas entendre malice à quelque chose signifie aussi Faire ou dire quelque chose sans mauvaise intention. L'offre qu'il vous faisait était désavantageuse pour vous, le discours qu'il vous tenait pouvait vous choquer, a pu vous déplaire, mais il n'y entendait point malice.

Entendre la plaisanterie, entendre bien la plaisanterie, entendre plaisanterie, Prendre bien les choses dites en plaisantant, ne point s'en offenser. On dit de même Entendre raillerie, Ne pas s'offenser des railleries dont on est l'objet. Il n'entend pas plaisanterie, raillerie là-dessus, Il est susceptible sur un certain point.

Il n'entend pas raillerie signifie encore Il est sévère et il veut qu'on soit exact.

Entendre raison, Acquiescer à ce qui est juste et raisonnable. Quelque proposition qu'on lui ait faite, il n'a jamais voulu entendre raison. On n'a jamais pu lui faire entendre raison.

Il n'entend pas raison là-dessus, se dit d'une Personne qui se montre inflexible, opiniâtre, sur quelque point.

Donner à entendre, laisser entendre, faire entendre, Insinuer, dire quelque chose pour faire connaître ou seulement pour faire croire. On lui donna à entendre qu'il ferait bien de se retirer. Il m'avait laissé entendre que vous vous refusiez à tout accommodement. Il veut faire entendre par là que...

Il signifie encore Vouloir dire. Quand je dis qu'il écrit bien, j'entends qu'il écrit purement. Le chrétien (et, par ce mot, j'entends celui qui conforme sa vie à la doctrine évangélique), etc.

Qu'entendez-vous, qu'entend-il par là? Que voulez-vous dire, que veut-il dire par là? Quelles sont vos prétentions, ses prétentions? On dit de même Comment l'entendez-vous? comment l'entend-il? etc.

Il signifie en outre Exiger. Je vous le promets, mais aussi j'entends que vous fassiez telle chose. J'entends que vous restiez avec moi. Je n'entends pas que vous sortiez. J'entends et je prétends que...

Il signifie également Avoir l'intention de. En faisant cela j'entendais agir dans votre intérêt autant que dans le mien.

Faites comme vous l'entendez, Faites comme il vous plaira, comme vous le jugerez à propos. On dit de même Chacun fait comme il l'entend.

S'ENTENDRE signifie Savoir ce qu'on veut dire. Il ne s'entend pas lui-même. Je m'entends, cela suffit.

Il signifie aussi Se comprendre l'un l'autre. Ils s'entendent très bien sans se parler. Ils s'entendirent à demi-mot.

Nous commençons à nous entendre, Nos avis, nos opinions commencent à ne plus différer autant. Entendons-nous, Comprenons-nous bien l'un l'autre, les uns les autres.

Dans le sens passif, Cela s'entend de loin, cela s'entend aisément, cela ne s'entend pas, Cela est facile à comprendre, on ne saurait comprendre cela. On dit aussi Cela s'entend, cela s'entend de reste, Cela doit être ainsi, il faut bien que cela soit ainsi. L'homme est libre, jusqu'à un certain point, s'entend.

S'entendre avec quelqu'un signifie Se concerter avec lui. J'ai besoin de m'entendre avec vous là-dessus. Il signifie aussi Agir de concert et, plus particulièrement, Avoir avec quelqu'un une intelligence secrète. S'entendre avec les ennemis. Ils s'entendaient pour le perdre. On dit en ce sens : Entendons-nous, Soyons bien d'intelligence et de concert entre nous pour réussir dans ce que nous voulons faire. Entendons-nous, et nous réussirons.

S'entendre avec quelqu'un signifie encore Sympathiser, vivre en bonne intelligence avec lui. Il est d'un commerce agréable, et je m'entends fort bien avec lui. Ils ne s'entendent guère ensemble.

Fig. et fam., Ils s'entendent comme larrons en foire, se dit de Gens qui sont d'intelligence pour faire quelque chose que l'on juge blâmable.

S'entendre à une chose, La savoir bien faire, s'y prendre bien. Il s'entend à faire valoir une terre. Il s'entend à mener une intrigue.

Fig. et fam., Il s'y entend comme à ramer des choux. Voyez RAMER.

S'entendre en musique, en tableaux, etc., S'y bien connaître.

C'est une chose entendue, c'est entendu, C'est une chose sur laquelle on s'est entendu, qui est convenue.

Il est bien entendu que, Il a été clairement convenu que... On dit elliptiquement Bien entendu que, ou simplement Bien entendu. Il est bien entendu que vous arriverez à telle heure. Vous arriverez à telle heure, bien entendu.

Dans le langage familier, Entendu! signifie Chose convenue. Entendu, je viendrai à trois heures!

entendre

Entendre, Audire.

Ouyr et entendre la voix d'aucun, Exaudire.

Entendre quelque chose qui estoit fort difficile, Animo comprehendere, Intellectu consequi. Intelligere.

Sçavoir et entendre quelque chose entierement, Scientia comprehendere.

Entendre incontinent, Arripere celeriter aliquid.

Entendre et appercevoir ou cognoistre, Cernere.

Entendre et sçavoir, Tenere.

A ce que je puis entendre Quantum intelligere possum.

Selon que je puis entendre par ses paroles, Quum ego huius verba interpretor.

Entendre diligemment, Attendere diligenter, Animum aduertere.

Entendre patiemment et doulcement, Attendere aequo animo.

Ne vouloir entendre, Aures hebetes vel hebetiores habere.

Donner bien à entendre quelque chose, Perputare.

Donner à entendre par plusieurs manieres, Monstrer par signes ce qu'on veut estre fait, Significationes iacere.

Donner à entendre choses doubteuses, Dubia perspicuis illustrare.

Qui ne sçait donner à entendre en bon langage ce qu'il entend, Indisertus.

¶ Entendre à quelque affaire, Studere.

Entendre à quelque chose, y mettre toute son entente, Alicui rei seruire.

Entendre à quelque chose, s'y addonner, y prendre garde, Vacare, Intendere rei alicui.

Entendre à quelque chose par dessus toutes les autres, Rem aliquam antiquissimam habere.

Prouvoir et entendre au commun proffit de l'un et de l'autre, Consulere in commune, Consulere in medium.

Entendre à ce qu'on fait, et y prendre garde, Aliquid agere.

Entendre au faict de la ferme des forests et herbages pour le fermier, Dare operas in scriptura pro magistro.

Entendre à obeyr au commandement d'autruy, Imperium accipere.

N'entendre à affaire quelconque, Vacare ab omni administratione rerum.

¶ S'entendre avec l'accusateur, Praeuaricari accusationi, Colludere.

Se faire mettre en proces par quelqu'un avec qui on s'entend, Adumbrare in causa sibi aduersarium, Apponere praeuaricatorem, Adumbrare personam petitoris in causa, B.

¶ J'enten, Accipio.

Je n'enten point bien ce qu'il dit, Non intelligo satis quae loquatur.

Entendre le fond de la matiere, Enfonser la matiere, In causam se penitus insinuare, B.

Bien entendre et enregistrer, ou rediger par escrit, Scite concipere, et perscribere, B.

Une cause ou un proces bien donné à entendre, Informata causa, B.

Un homme qui entend le train de proces, qui sçait que c'est que de plaider, Homo rerum forensium prudens, aleamque iudiciorum aestimans, B.

Entens tu bien? Intellextin'?

Entens tu que je di? Tenes quid dicam? Hoccine agis?

On entend, Intelligitur.

¶ Entendez, Quaeso animum aduertite.

Entendez ici je vous prie, Hoc agite amabo.

Enten à moy soigneusement, Attende me diligenter.

Tu n'entens pas à ce que je te di, Alias res geris, vel agis?

Entens-là donc principalement, Huic igitur incumbas, B. ex Quintiliano.

Enten à toy, Hoc age, B. ex Gell.

Je vous prie entendez ici, Hoc agite amabo, B. ex Terentio.

Vous le deviez ainsi entendre, Scilicet Bud. ex Terentio.

¶ En quelque maniere que tu l'entendes, In quam partem accipies.

Tu l'entens mal, Peruerse interpretaris.

Il ne les entend point, et n'y voit goutte, Caligat ad eas res animus.

Il a donné faux à entendre à la Cour, Obrepsit Curiae, B. ex Vlpiano.

On entendoit bien ce qu'il vouloit faire, Neminem quid ageretur fallebat, B. ex Liu.

Afin que tu l'entendes, Vt tu sis sciens, Ne erres, Ne frustra sis, B. ex Plaut. et Terent.

J'en feray comme je l'entendray, Agam vt commodum erit, Budaeus ex Cic.

Il faisoit semblant de n'y entendre rien, et de n'y penser pas, Alias res agere simulabat, B. ex Terent.

Qui n'entend rien du monde, Homo omnium rerum imperitus.

Qui ne cognoist et n'entend rien en quelque affaire, Imprudens negotij.

En homme qui n'entend pas ce qu'il dit, Imperitissime dictum.

Entendant bien en eloquence, Consultus eloquentiae.

Ne l'entendant pas, Inscite.

Synonymes et Contraires

entendre

verbe entendre
1.  Percevoir par l'ouïe.
écouter -vieux: ouïr.
2.  Voir les choses d'une manière.
3.  Saisir le sens d'une information.
4.  Avoir l'intention de.

entendre (s')

verbe pronominal entendre (s')
1.  Se mettre d'accord pour.
Traductions

entendre

hören, vernehmen, verstehen, anhören, erfahren, Gehör schenken, mitgeteilt bekommen, sagen hören, zu Ohren kommen, auskommenhear, mean, understand, get along, intendhoren, vernemen, verstaan, bedoelen, begrijpen, luisteren (naar), verlangen, willenהאזין (פיעל), הקשיב (הפעיל), שמע (פ'), תשאל (פיעל), שָׁמַעhoorassabentar-se de, exaudir, oir, sentirhøre, afhøreακούω, εννοώ, νοώaŭdioírkuullahallheyraudire, sentire, ascoltarehøresłyszeć, usłyszećouvir, ouvir dizerauzihöraişitmek, duymakيَسْمَعُslyšetčuti聞く듣다слышатьได้ยินnghe (ɑ̃tɑ̃dʀ)
verbe transitif
1. percevoir les sons entendre un bruit
être informé de qqch As-tu entendu parler de ce livre ?
2. comprendre Je ne l'entends pas de cette manière.

entendre

[ɑ̃tɑ̃dʀ] vt
[+ son, bruit, conversation] → to hear
Je vous entends très mal → I can hardly hear you.
J'ai mal entendu → I didn't hear., I didn't hear properly.
Je ne t'entends pas → I can't hear you.
On entend parler à côté → You can hear people talking next door.
Tu as entendu ce qu'il a dit? → Did you hear what he said?
entendre parler de → to hear of
entendre dire que → to hear that
J'ai entendu dire qu'il est dangereux de nager ici → I've heard that it's dangerous to swim here.
J'ai entendu dire qu'il est très malade → I've heard that he is very ill.
Je suis heureux de vous l'entendre dire → I'm pleased to hear you say it.
Qu'est-ce qu'il ne faut pas entendre! → Whatever next!
entendre raison → to see sense, to listen to reason
(= comprendre) → to understand
ne rien entendre à ... → not to know anything about ...
Il n'entend rien à l'informatique → He doesn't know anything about computers.
laisser entendre que, faire entendre que → to imply that
donner à entendre que → to let it be understood that
(avec valeur emphatique)
Ne recommence pas, tu entends! → Don't do it again, do you hear?
(= vouloir dire) → to mean
entendre que → to mean that
Qu'est-ce que tu entends par là? → What do you mean by that?
J'entends qu'il faut savoir se débrouiller → What I mean is you have to be able to stand on your own two feet.
(= vouloir) entendre que qn fasse → to expect sb to do
entendre faire → to intend to do, to mean to do
J'entends bien récupérer cet argent → I fully intend to get the money back. [ɑ̃tɑ̃dʀ]
vpr/vi
(= s'apprécier) → to get on
s'entendre avec qn → to get on with sb
Il s'entend bien avec sa sœur → He gets on well with his sister.
(= se mettre d'accord) → to agree
s'entendre avec qn pour ... → to come to an understanding with sb to ..., to come to an agreement with sb to ...
Il s'est entendu avec eux pour nous empêcher de gagner → He came to an agreement with them to stop us winning.
(= être compétent) s'entendre à qch → to be good at sth
s'entendre à faire qch → to be good at doing sth
s'y entendre pour ... → to have a knack for ...
Il s'y entend pour foutre la pagaille dans une réunion → He has a knack for causing chaos in meetings.
(autres locutions) je m'entends! → I know what I mean!
entendons-nous! → let's be clear what we mean, let's make sure we understand one another
vpr/récip → to hear each other
On ne s'entend pas, il y a trop de bruit → We can't hear each other, there's too much noise.
vpr/pass (être audible) ça s'entend → you can hear it
Ça s'entendait depuis chez nous → You could hear it from our place.