enterrer

(Mot repris de enterrées)

enterrer

v.t.
1. Mettre en terre : Ils enterraient les déchets radioactifs en pleine nature enfouir ; déterrer
2. Mettre un mort en terre ensevelir, inhumer ; exhumer
3. Survivre à : Il a enterré ses deux fils.
4. Fig. Mettre fin à une chose en ne s'en occupant plus ou en la plongeant dans l'oubli : Ils ont enterré l'affaire étouffer ; divulguer, ébruiter
Enterrer sa vie de garçon,
passer sa dernière soirée de célibataire en joyeuse compagnie.

s'enterrer

v.pr.
Se retirer du monde ; s'isoler : Ils se sont enterrés dans un village perdu.

enterrer


Participe passé: enterré
Gérondif: enterrant

Indicatif présent
j'enterre
tu enterres
il/elle enterre
nous enterrons
vous enterrez
ils/elles enterrent
Passé simple
j'enterrai
tu enterras
il/elle enterra
nous enterrâmes
vous enterrâtes
ils/elles enterrèrent
Imparfait
j'enterrais
tu enterrais
il/elle enterrait
nous enterrions
vous enterriez
ils/elles enterraient
Futur
j'enterrerai
tu enterreras
il/elle enterrera
nous enterrerons
vous enterrerez
ils/elles enterreront
Conditionnel présent
j'enterrerais
tu enterrerais
il/elle enterrerait
nous enterrerions
vous enterreriez
ils/elles enterreraient
Subjonctif imparfait
j'enterrasse
tu enterrasses
il/elle enterrât
nous enterrassions
vous enterrassiez
ils/elles enterrassent
Subjonctif présent
j'enterre
tu enterres
il/elle enterre
nous enterrions
vous enterriez
ils/elles enterrent
Impératif
enterre (tu)
enterrons (nous)
enterrez (vous)
Plus-que-parfait
j'avais enterré
tu avais enterré
il/elle avait enterré
nous avions enterré
vous aviez enterré
ils/elles avaient enterré
Futur antérieur
j'aurai enterré
tu auras enterré
il/elle aura enterré
nous aurons enterré
vous aurez enterré
ils/elles auront enterré
Passé composé
j'ai enterré
tu as enterré
il/elle a enterré
nous avons enterré
vous avez enterré
ils/elles ont enterré
Conditionnel passé
j'aurais enterré
tu aurais enterré
il/elle aurait enterré
nous aurions enterré
vous auriez enterré
ils/elles auraient enterré
Passé antérieur
j'eus enterré
tu eus enterré
il/elle eut enterré
nous eûmes enterré
vous eûtes enterré
ils/elles eurent enterré
Subjonctif passé
j'aie enterré
tu aies enterré
il/elle ait enterré
nous ayons enterré
vous ayez enterré
ils/elles aient enterré
Subjonctif plus-que-parfait
j'eusse enterré
tu eusses enterré
il/elle eût enterré
nous eussions enterré
vous eussiez enterré
ils/elles eussent enterré

ENTERRER

(an-tè-ré) v. a.
Mettre dans la terre. Enterrer son or, ses bijoux.
La méfiance et la tyrannie font que tout le monde enterre son argent [MONTESQ., Esp. XXII, 1]
Fig. Enterrer de l'argent, le dépenser en travaux, en remuements de terre. Ce jardin lui coûte gros, il y a enterré plus de dix mille francs. Terme de marine. Mettre avec le lest du vaisseau. On a enterré ces futailles.
Inhumer, mettre un corps mort en terre. On l'a enterré avec beaucoup de pompe. On l'enterra sans cérémonie.
On enterrera vif qui l'enterrera mort [Polynice] [ROTR., Antig. III, 5]
Si elle meurt, ne manquez pas de la faire enterrer du mieux que vous pourrez [MOL., Médec. malgré lui, III, 2]
Un mort s'en allait tristement S'emparer de son dernier gîte ; Un curé s'en allait gaiement Enterrer ce mort au plus vite [LA FONT., Fabl. VII, 11]
Ils n'avaient pas de quoi se faire enterrer [BOSSUET, Hist. III, 6]
Criton lui ayant demandé [à Socrate] comment il souhaitait qu'on l'enterrât : comme il vous plaira, dit Socrate, si pourtant vous pouvez me saisir et que je n'échappe pas de vos mains [ROLLIN, Hist. anc. Œuvres, t. IV, p. 437, dans POUGENS]
Absolument.
Sous la première et la seconde race, on n'enterrait pas même dans l'enceinte des villes [SAINT-FOIX, Ess. Paris, Œuvres, t. IV, p. 27, dans POUGENS]
Par extension, survivre à. Il nous enterrera tous. Ce malheureux père a enterré ses enfants.
Je ne savais pas que vous eussiez enterré votre médecin [VOLT., Lett. d'Argental, 6 nov. 1767]
Fig.
Que le monde voit peu de ces femmes dont parle saint Paul, qui, vraiment veuves et désolées, s'ensevelissent, pour ainsi dire, dans le tombeau de leur époux et y enterrent tout amour humain avec ces cendres chéries ! [BOSSUET, Anne de Gonz.]
Par moquerie, en parlant d'un médecin inhabile, faire mourir ou laisser mourir. Encore un malade qu'il vient d'enterrer.
Recouvrir de choses comparées à un tas de terre. La maison tomba et les débris l'enterrèrent. Être enterré sous les décombres d'un édifice.
Obliger à demeurer dans un lieu triste et ennuyeux. Il veut m'enterrer en province.
Mais sur une terreur qui peut être indiscrète, L'enterrer toute vive au fond d'une retraite [LA CHAUSSÉE, Gouvern. II, 10]
Ainsi loin du palais où vous fûtes nourrie, Vous allez, belle Irène, enterrer votre vie [VOLT., Irène, IV, 1]
Il se dit des choses qu'on met comme en terre et qu'on fait oublier.
À qui la peur de perdre enterre le talent [RÉGNIER, Sat. XI]
Cette honte qu'aurait le silence enterrée, Court le pays, et vit du vacarme qu'il fait [LA FONT., Coupe.]
Faire oublier, effacer la réputation de quelqu'un. Ce poëte avait des rivaux, il les a tous enterrés.
Il y a telle femme qui anéantit ou enterre son mari au point qu'il n'en est fait dans le monde aucune mention [LA BRUY., III]
C'est ce qui donna lieu à ce mot de Benserade, où le double sens est assez visible : Si quelqu'un de nous, dit-il à Racine, avait pu prétendre d'enterrer M. Corneille, c'était vous, monsieur ; cependant vous ne l'avez pas fait [D'OLIVET, Hist. Acad. t. II, p. 308, dans POUGENS]
Voir la fin de.
Si nous t'enterrons, Bel art dramatique, Pour toi nous dirons La messe en musique [BÉRANG., Musique.]
Familièrement. Enterrer le carnaval, se livrer aux dernières folies du carnaval. Enterrer la synagogue avec honneur, sortir d'un engagement avec honneur et d'une manière irréprochable (voy. SYNAGOGUE).
Tenir caché. Enterrer ses secrets. Il faut enterrer cela, il n'en faut plus parler.
S'enterrer, v. réfl. Être inhumé. Les morts ne s'enterrent pas dans l'enceinte des villes.
Être recouvert de débris qui s'écroulent. Samson s'enterra sous le temple des Philistins. Fig. S'enterrer sous les ruines d'une place, mourir en défendant une place de guerre. S'enterrer sous les ruines de la patrie, ne pas survivre aux désastres de la patrie.
10° Se mettre dans un lieu retiré, dans une retraite profonde. S'enterrer dans une province, vivre hors de Paris, au fond d'une province.
L'offre que vous me faites de venir à Bourbon est tout à fait héroïque ; mais il n'est pas nécessaire que vous veniez vous enterrer dans le plus vilain lieu du monde [BOILEAU, Lett. à Racine, 13 août 1687]
S'enterrer tout vif, rompre tout commerce avec le monde.
Mon dessein n'est pas de renoncer au monde et de m'enterrer toute vive dans un mari [MOL., G. Dandin, II, 4]
La dame s'enterrait ainsi toute vivante [LA FONT., Matr.]
J'eus en horreur le monde et les maux qu'il enfante ; Loin de lui pour jamais je m'enterrai vivante [VOLT., Olympie, II, 2]
Le marquis de Mirepoix s'amouracha de la fille d'un cabaret en Allemagne, et s'enterra si bien avec elle qu'on ne l'a pas vu depuis [SAINT-SIMON, 69, 127]
11° Terme de manége. On dit qu'un cheval s'enterre quand, cherchant un point d'appui sur la main du cavalier, il baisse la tête et s'abandonne sur les épaules.

HISTORIQUE

  • XIe s.
    À grant honur puis les ont enterrez [, Ch. de Rol. CCIX]
    Long un autel belement [ils] l'enterrerent [, ib. CCLXXI]
  • XIIe s.
    Baron, dit Charles, nos amis enterrons [, Ronc. p. 154]
    Funt il : que s'a li reis si fort à dementer ? Se il veïst ses fiz e sa femme enterrer, E trestute sa terre ardeir e embraser, Ne deüst il tel duel [deuil] ne faire ne mener [, Th. le mart. 133]
  • XIIIe s.
    Et fu entierée [la reine] en l'eglise Sainte-Crois [, Chr. de Rains, p. 88]
    Si recevez mon palefroi, Et as gens irez demander S'il i a cors à enterrer Ne nul enfant à bautizier [, Ren. 21150]
    Au temps que les corneilles braient, Qui por la froidure s'esmaient, Qui sor les cors lor vient errant, Qu'eles vont ces noiz enterrant Et s'en garnissent por l'yver [RUTEB., II, 66]
  • XVIe s.
    Disant qu'il ne falloit point deterrer Lysandre, ains plus tost enterrer avec luy sa harengue [AMYOT, Lysand. 57]

ÉTYMOLOGIE

  • En 1, et terre ; bourguig. antarré ; provenç. et espagn. enterrar ; ital. interrare.

enterrer

ENTERRER. v. tr. Enfouir, mettre dans la terre. Enterrer des oignons de tulipe. Quand on a arraché du plant, il faut l'enterrer promptement, de peur qu'il ne se sèche. Enterrer de l'argent dans une cave.

Il signifie quelquefois, figurément, Tenir caché. Enterrer son secret. Enterrer ses talents. L'avare enterre ses trésors au lieu d'en jouir.

Fig. et fam., Enterrer beaucoup d'argent en quelque endroit, Y dépenser beaucoup en remuements de terre. Son jardin lui a coûté trop d'argent, il y a enterré une fortune.

Fig. et fam., dans le langage politique ou administratif, Enterrer une proposition, un projet, S'arranger de manière qu'ils n'aboutissent pas.

Il signifie particulièrement Inhumer, mettre un corps en terre. Enterrer un homme, une femme, un enfant. Enterrer en terre sainte, dans un cimetière. Enterrer avec simplicité, avec pompe. Il fut enterré vivant.

Fig. et fam., Enterrer quelqu'un, Vivre plus longtemps que lui. C'est un homme plein de vigueur, et qui nous enterrera tous. Le malade enterra son médecin.

Fig. et fam., Enterrer le carnaval, Faire les dernières réjouissances du carnaval. On dit de même Enterrer la vie de garçon.

Par extension, Être enterré sous les ruines d'un édifice, Être accablé par la chute d'un édifice. Se faire enterrer ou S'enterrer sous les ruines d'une place, Mourir en la défendant plutôt que de la rendre.

En termes de Manège, S'enterrer se dit d'un Cheval qui porte la tête très basse.

S'enterrer dans la province, dans son château, Quitter le monde pour vivre en province, à la campagne.

S'enterrer tout vif, Se retirer entièrement du commerce du monde. Entrer dans un ordre aussi austère, c'est s'enterrer tout vif.

Le participe passé ENTERRÉ, ÉE, s'emploie adjectivement. C'est un homme enterré, C'est un homme tout à fait retiré du monde, ou, quelquefois, Tout à fait oublié. Des vertus enterrées, des talents enterrés, Des vertus, des talents qui sont dérobés à la connaissance du monde.

Il se dit quelquefois d'une Maison, d'un jardin dont la situation est trop basse et la vue bornée. Une maison enterrée. Un jardin enterré.

enterrer

Enterrer, Ad sepulturam dare, Mandare aliquem humo, Humare, Inhumare, Funerare, Defodere, Infodere, Condere terra, Sepelire, Humo condere, vel in humo.

Enterrer la semence, Demergere semen.

Enterré, Coopertus in terra, Infossus, Obrutus in terra.

Estre enterré sans la solennité accoustumée, Iustis exequiarum carere.

Si tost qu'il est enterré, Gleba statim iniecta.

Synonymes et Contraires

enterrer

verbe enterrer
1.  Recouvrir de terre.
2.  Mettre en terre un mort.
inhumer -littéraire: ensevelir.
3.  Recouvrir totalement.
4.  Renoncer à poursuivre quelque chose.
5.  Tenir éloigné du monde.
claquemurer, cloîtrer, confiner, séquestrer -littéraire: reclure.

enterrer (s')

verbe pronominal enterrer (s')
Se retirer du monde.
Traductions

enterrer

bury, inter, shelveהביא לקבורה, הטמין (הפעיל), טמן (פ'), קבר (פ'), קיבר (פיעל), הִטְמִין, קָבַר, טָמַןbegravenmengubur, menguburkanbeerdigen, begrabensoterrar, enterraraffossare, insabbiare, seppellire, sotterrareيَدْفِنpohřbítbegraveθάβωhaudatapokopati埋葬する파묻다begravezakopaćenterrarхоронитьbegravaฝังgömmekchôn掩埋 (ɑ̃teʀe)
verbe transitif
1. mettre le cercueil d'un mort sous terre On l'enterre dans deux jours.
2. mettre qqch dans la terre enterrer un os
3. figuré abandonner enterrer un projet

enterrer

[ɑ̃teʀe] vt → to bury