entre-choquer

ENTRE-CHOQUER (S')

(an-tre-cho-ké) v. réfl.
Se choquer l'un l'autre. En courant ils se sont entrechoqués.
Feront pions et chevaliers S'entre-choquer comme béliers [SCARR., Virg. VI]
On vit les cohortes s'entre-choquer [BOSSUET, Hist. II, 9]
Les vagues qui s'entre-choquent dans une tempête [FÉN., Tél. VI]
C'était un grand et terrible spectacle que de voir la mer couverte de trois cents galères prêtes à s'entre-choquer [ROLLIN, Hist. anc. Œuvres, t. IV. p. 61, dans POUGENS]
Se contredire, s'opposer l'un à l'autre. Ces deux hommes s'entre-choquent sans cesse.
Leurs hypothèses fragiles [des philosophes] s'entre-choquent librement ; leurs querelles ne peuvent avoir des conséquences pour l'État [D'HOLBACH, Essai. Préj. ch. 4, dans DUMARSAIS, Œuvres, t. VI]
Avec ellipse du pronom personnel.
Quel envieux démon et quel charme assez fort Faisait entre-choquer deux volontés d'accord ! [CORN., la Suiv. v, 8]

REMARQUE

  • Gilbert l'a employé activement : Le bouchon saute en l'air ; Le vin brille, le verre entre-choque le verre, De tous les dons du ciel le vin est le plus cher, GILB. le Printemps. Lamartine l'a employé, activement aussi, au sens de pousser l'un contre l'autre.
    [Les passions].... Soufflant de l'enfer sur ce million d'âmes [Paris], Entre-choquent entre eux ces hommes et ces femmes [LAMART., Joc. VIII, 254]
    Les feux croisent les feux ; le fer frappe le fer ; Les rangs entre-choqués lancent un seul éclair [LAMART., Médit. Préludes]
    Ces emplois ne paraissent pas devoir être recommandés.

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    Par cette rencontre d'œillades, comme de deux cailloux qui s'entre-choquent, s'excite un feu.... [YVER, p. 631]

ÉTYMOLOGIE

  • Entre, et choquer.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    ENTRE-CHOQUER. Ajoutez :
    V. a. Choquer des objets l'un contre l'autre.
    Guerrier, il [le Germain] ne quitte jamais ses armes, et il les entrechoque lorsqu'une grave résolution est prise [DE LAVELEYE, Rev. des Deux-Mond. 1er août 1872, p. 516]