entregent

(Mot repris de entregents)

entregent

n.m. [ de gent ]
Adresse à se conduire en société, à se faire valoir : Avoir de l'entregent doigté, habileté

ENTREGENT

(an-tre-jan) s. m.
Adresse à se conduire dans le monde, à se lier, à obtenir ce qu'on désire.
Vous êtes honnête homme et savez l'entregent [RÉGNIER, Sat. X]
Est-ce un crime en amour, est-ce de l'entregent, De faire un peu passer de la fausse monnaie Pour beaucoup de bon argent ? [BENSERADE, dans RICHELET]
Le comte de Roucy avait, avec toute sa bêtise, un entregent de cour que l'usage du grand monde lui avait donné [SAINT-SIMON, 39, 199]
Des sous-fermiers, ou d'obligeants notaires, Qui, dans les pressantes affaires, Ont un merveilleux entregent, Pour faire trouver de l'argent [DANCOURT, Enf. de Paris, I, 7]
Ayant vécu dans deux des plus brillantes maisons de Paris, je n'avais pas laissé, malgré mon peu d'entregent, d'y faire quelques connaissances [J. J. ROUSS., Confess. VIII]
Dans votre position, il faut un certain entregent dont, par malheur, vous êtes tout à fait dépourvu [CH. DE BERNARD, la Cinquantaine, § 4]

REMARQUE

  • C'est une expression métaphorique empruntée à la fauconnerie (voy. l'historique).

HISTORIQUE

  • XIVe s.
    Il vous convient continuer à le tenir [le jeune faucon] souvent sur le poing et entre gent tant et si longuement que vous pourrez [, Ménagier, II, 290]
    En cest endroit d'espreveterie, le convient plus que devant tenir sur le poing et le porter aux plais et entre les gens aux eglises et es autres assemblées [, ib. p. 296]
  • XVe s.
    Mais lui, qui sait son entregent, se desarmoit [s'excusait, se déchargeait] gracieusement de tout ce dont charger le vouloient [LOUIS XI, Nouv. LXIII]
  • XVIe s.
    Lascience de l'entregent [les lois de la civilité] [MONT., I, 52]
    Il y a plus de crevecœur que de consolation à prendre congé de ses amis : j'oublie volontiers ce debvoir de nostre entregent [ID., IV, 110]
    Il a meshuy assez de façon et d'entregent pour se presenter en toute bonne compagnie [ID., IV, 337]
    Je veulx que la bienseance esterieure, et l'entregent, et la disposition de la personne se façonne quant et quant l'ame [ID., I, 182]
    Il suivoit, par son entregent, les tables des princes et seigneurs de la cour, pour espargner [CARLOIX, IX, 3]
    Eloquence en son parler, foy en sa parole, bonne grace en son entregens, et amiable recueil à qui avoit à faire à luy [AMYOT, Pomp. 2]
    Vous sçavez mieux votrecourt ; j'ay pensé dire, comme nos docteurs, vostre entregente ; mais il me sembleroit dire entre jambes, tant cela est fat [, Moyen de parvenir, 47, dans LACURNE]
    (L'auteur, comme on voit, blâmait le mot qui pourtant est ancien et remonte au moins au XVe siècle).

ÉTYMOLOGIE

  • Entre, et gens ; c'est-à-dire pour les faucons l'habitude de vivre sans s'effrayer des gens, et pour les hommes l'habileté, l'adresse à se conduire entre les gens.

entregent

ENTREGENT. n. m. Manière adroite de se pousser dans le monde, dans la société, de s'insinuer auprès des personnes utiles, de s'en servir pour ses intérêts. Cet homme ne fera pas fortune, il n'a point d'entregent, il manque d'entregent.

entregent

Entregent. Qui sçait bien son entregent, Vrbanus, Homo frontis vrbanae. B. ex Horat.

Apprendre son entregent, Discere sensum communem. Bud. ex Quintil.

entregent


ENTREGENT, s. m. [Antrejan; 1re lon. 2e e muet.] Il n'est que du style fam. Manière adroite de se conduire dans le monde, ou plutôt dans les afaires. "Pour réussir dans le monde, il faut avoir de l'entregent, de l'intrigue.

Synonymes et Contraires

entregent

nom masculin entregent
Traductions

entregent

[ɑ̃tʀəʒɑ̃] nm (= relations) avoir de l'entregent → to have connections