entrepris, ise

ENTREPRIS, ISE

(an-tre-pri, pri-z') part. passé d'entreprendre
Qu'on a commencé à faire. La conquête de la Perse entreprise par Alexandre.
Attaqué, pris à partie. Entrepris par un vigoureux adversaire.
Malade de, perclus. Entrepris d'un torticolis.
Ils demeuraient comme entrepris de leurs membres, et l'ennemi survenant ne les réveillait qu'en leur faisant de nouvelles blessures [VAUGEL., Q. C. 275]
Outre que la goutte l'avait pris violemment, un rhumatisme le tenait entrepris de tous ses membres [LESAGE, Gil Blas, I, 10]
Par extension.
Il en a de si pressantes [inquiétudes] au sujet d'une colonie moderne et de la famine qui est dans son pays que sa pauvre petite âme en est toute entreprise [VOLT., Lett. Thibouville, 10 déc. 1770]
Fig. et familièrement, se dit d'un homme embarrassé de sa contenance.