envie


Recherches associées à envie: envier

envie

n.f. [ lat. invidia, jalousie, désir ]
1. Sentiment de convoitise à la vue du bonheur, des avantages d'autrui : Le monde observe sa réussite avec envie jalousie
2. Désir soudain et vif d'avoir, de faire qqch : Cet éclair au chocolat me fait envie excite ma convoitise
3. Besoin que l'on désire satisfaire : Avoir envie de dormir.
4. Fam. Tache rouge sur la peau que présentent certains enfants à la naissance.
5. (Surtout au pl.) Fam. Petite pellicule de peau qui se détache autour des ongles.
Remarque: Ne pas confondre avec envi.

ENVIE

(an-vie) s. f.
Chagrin et haine qu'on ressent du bonheur, des succès, des avantages d'autrui.
L'envie, le mépris, le discord inconstant [RÉGNIER, Sat. VI]
La vertu n'est vertu, l'envie la déguise [ID., ib. V]
L'envie avec sa trahison [TRISTAN, M. de Chrispe, III, 1]
La jalousie est en quelque manière juste et raisonnable, puisqu'elle ne tend qu'à conserver un bien qui nous appartient ; au lieu que l'envie est une fureur qui ne peut souffrir le bien des autres [LA ROCHEFOUCAULD, Max. 28]
Il y a encore plus de gens sans intérêt que sans envie [ID., ib. 486]
Est-il rien que l'envie ou n'attaque ou n'infecte ? [ROTR., Bélis. v, 5]
L'envie leur ouvrait les yeux ; c'est un démon qui ne laisse rien échapper, et qui tire conséquence de toutes choses aussi bien que la jalousie [LA FONT., Psyché, I, p. 72]
Toute jalousie n'est point exempte de quelque sorte d'envie, et souvent même ces deux passions se confondent ; l'envie au contraire est quelquefois séparée de la jalousie ; l'envie et la haine s'unissent toujours et se fortifient l'une l'autre dans un même sujet ; et elles ne sont reconnaissables entre elles qu'en ce que l'une s'attache à la personne, l'autre à l'état et à la condition [LA BRUY., XI]
L'homme qui dit qu'il n'est pas heureux pourrait du moins le devenir par le bonheur de ses proches ; l'envie lui ôte cette dernière ressource [ID., ib.]
Écoute, je connais l'envie et l'imposture ; Et quel cœur généreux échappe à leur injure ? [VOLT., Tancr. III, 3]
.... nos tyrans sont nos vices ; Le plus cruel de tous dans ses sombres caprices, Le plus lâche à la fois et le plus acharné, Qui plonge au fond du cœur un trait empoisonné, Ce bourreau de l'esprit, quel est-il ? c'est l'envie [ID., Disc. sur l'envie.]
On pourrait, ce me semble, représenter l'envie, égorgeant d'une main un génie vivant, et de l'autre offrant de l'encens à un génie qui n'est plus [D'ALEMB., Dial. Christ. et Descart.]
Poétiquement.
Ô ciel, pourquoi faut-il que ta secrète envie Ferme à de tels héros le chemin de l'Asie ? [RAC., Iph. I, 2]
Fig. Le serpent, les serpents de l'envie, se dit quelquefois de l'envie et de ses œuvres malignes et perfides. Cette expression vient de la manière dont les poëtes, les peintres et les sculpteurs ont représenté l'Envie.
Là gît la sombre Envie à l'œil timide et louche, Versant sur les lauriers les poisons de sa bouche [VOLT., Henr. chant IV]
Désir de jouir d'un avantage pareil à celui d'autrui.
Que tu tombes au point de me porter envie [CORN., Hor. IV, 5]
Qu'aux honneurs de ta mort je dois porter envie ! [ID., Héracl. IV, 4]
Je porte peu d'envie à sa bonne fortune [ID., Œdipe, I, 3]
J'ai pitié de moi-même et jette un œil d'envie Sur ceux dont notre guerre a consumé la vie [ID., Horace, II, 3]
Et ce pays si beau.... Avec un œil d'envie est toujours regardé [ID., Cid, II, 7]
Jamais de tant de soins mon esprit agité Ne porta tant d'envie à sa félicité [RAC., Iphig. IV, 1]
Elle ne veut pas qu'on regarde d'un œil d'envie la prospérité de son frère [MASS., Carême, Vérité de la relig.]
Va, mort ou triomphant, tu feras mon envie [VOLT., Brut. IV, 6]
Faire envie, exciter l'envie, le désir.
Et mon destin doit faire envie [MOL., Amphit. I, 1]
Loin que leur destinée nous fasse envie [MASS., Carême, Salut.]
La terre ainsi devint une image des cieux, Et le séjour de l'homme eût fait envie aux dieux [DELILLE, Parad. VII]
L'odieux d'une chose.
De Mesmes n'avait rien oublié pour jeter sur moi toute l'envie de la collusion avec les ennemis de l'État [RETZ, II, 251]
Désir, volonté.
En vain, pour satisfaire à nos lâches envies, Nous passons près des rois tout le temps de nos vies à souffrir des mépris, à ployer les genoux [MALH., I, 3]
L'avis que l'on m'a donné.... m'a fait naître l'envie et le loisir de faire cette promenade [VOIT., Lett. 39]
Vous n'avez pu former une si noble envie [CORN., Pomp. III, 2]
Nous autres asservis à nos lâches envies, Sur des biens passagers nous occupons nos vies [ID., Imitation, I, 11]
Sans pouvoir satisfaire à leurs vaines envies [LA FONT., Fabl. III, 12]
Ce que veut la raison, l'amour me le défend Et m'en ôte l'envie [RAC., Théb. v, 1]
Elle implore à grands cris le fer et le poison, Vous seul vous lui pouvez arracher cette envie [ID., Bér. IV, 7]
Quoi ! vous ne perdrez point cette cruelle envie [de vous donner la mort] ? [ID., Phèd. I, 3]
N'eût-il pas sans regret secondé mon envie ? [ID., Baj. III, 7]
Avoir envie, avoir désir.
Je m'aime un peu moi-même et n'ai pas grande envie De vous sacrifier le repos de ma vie [CORN., Othon, II, 5]
Pour moi je le confesse, Moron, cette faute m'a choquée et j'ai toutes les envies du monde de l'engager pour rabattre un peu son orgueil [MOL., Princ. d'Él. III, 2]
J'aurais toute l'envie du monde de vous croire [ID., le Fest. II, 2]
Si vous avez envie de répondre à mes causeries [SÉV., 539]
Si elle ne le trompait, elle en avait bien envie [HAMILT., Gramm. 8]
Il avait envie d'aller se jeter à son cou [FÉN., Tél. VII]
Faire envie, se dit des choses qui excitent le désir.
Des gâteaux qui lui faisaient grande envie [J. J. ROUSS., Ém. II]
Absolument. Des fruits mûrs à faire envie. Faire envie d'une chose, se dit de quelqu'un qui excite en un autre le désir de cette chose.
Vous ne deviez point.... me montrer ma bonne fortune pour m'en faire seulement envie [BALZ., Lett. II, 6]
À force de baiser, vous m'en feriez envie ; Trêve.... [CORN., Mél. v, 5 (1re édit.).]
Impersonnellement. Il me prend envie, j'ai volonté, désir.
Ah ! sire, plût au ciel qu'il vous eût pris envie De me laisser en Perse abandonner ma vie ! [MAIRET, Soliman, I, 3]
Adieu, si de ma vie Je vous rappelle et qu'il m'en prenne envie [LA FONT., Fabl. VII, 2]
Il me prendrait envie en mon juste courroux De me battre moi-même, et me donner cent coups [MOL., l'Ét. III, 12]
Passer son envie, se satisfaire.
Pour un mouton pourri, pour quelque chien hargneux Dont j'aurai passé mon envie [LA FONT., Fabl. x, 6]
Quelquefois j'en passe mon envie [SÉV., 79]
Faire passer l'envie de quelque chose, en ôter le désir.
Je vous en veux faire passer l'envie [RAC., Plaid. III, 4]
L'envie m'en est passée, je n'en ai plus le désir.
Envie s'applique aussi aux différents besoins corporels. Envie de manger, de boire.
La sécheresse du gosier nous fait envie de boire [DESC., Méd. 6]
Nul mets n'excitait leur envie [LA FONT., Fabl. VII, 1]
Nous avions tous envie de pleurer [SÉV., 129]
Envie de vomir, nausée, soulèvement de cœur. Absolument. Chez les enfants, avoir envie, désirer de faire ses nécessités. Envie de femme grosse, ou, simplement, envie, dépravation de l'appétit qui constitue le pica, et qu'on observe surtout chez les femmes enceintes. Familièrement et fig. Envie de femme grosse, tout désir vif et subit.
Nom donné à de petites portions de peau qui se détachent autour des ongles, et causent une assez vive douleur quand on les arrache.
Nom donné à des taches que les enfants apportent en naissant, et auxquelles on s'imagine trouver de la ressemblance avec certains objets dont la mère a eu envie pendant sa grossesse.
Les envies sont comme des nuées : on y voit ce que l'on veut [BONNET, Consid. corps org. Œuvres, t. VI, p. 400, dans POUGENS]

PROVERBE

    Il vaut mieux faire envie que pitié.

SYNONYME

  • ENVIE, JALOUSIE. Tant que le jaloux est seulement jaloux de ce qu'il possède, il n'a rien de commun avec l'envieux ; mais quand il jalouse autrui, alors il y a à distinguer : l'envie est un sentiment de haine et de chagrin à la vue de ce qui est le bien d'autrui ; la jalousie est un sentiment de chagrin de voir en autrui et un désir de voir à soi les avantages qu'un autre possède. Le jaloux est voisin du rival, l'envieux est voisin de l'ennemi.

HISTORIQUE

  • XIIe s.
    Et nostre gent qui d'avoir out envie [, Ronc. p. 147]
    Les douze pairs qui sont mort par envie [, ib. p. 154]
    Mais quant j'aurai de vous haïr envie, Couc. 11. Mais jà d'amors ne me prendra envie [QUESNES, Romanc. p. 86]
    Cuens Tibaut [le comte Thibaut] doré d'envie, De felonie fretté, De faire chevalerie N'estes vous mie alosé [HUES DE LA FERTÉ, Romanc. p. 187]
    [Cil] Qui plus ont esmeü la tançon et l'anvie [, Sax. X]
    Mais plusor losangier qui de nous ont anvie [, ib. XXXII]
    Petiz est cil cui li envie ocit, quar il tesmonget que il menre [plus petit] est de celui cui il portet envie [, Job, p. 517]
  • XIIIe s.
    Envie dure toz jorz et sera tant come li mondes durera [, Merlin, f° 55, verso]
    Se l'on eslit l'un de ces deux haus homes, li autres en aura si grant envie que il enmenra [emmènera] toute sa gent [VILLEH., CIX.]
    Il furent bon ami sans mal et sans envie [, Berte, II]
    Et li autres [eut nom] Heudri, faus fu et pleins d'envie [, ib. LX]
  • XIVe s.
    C'est envie qui est tristesce du bien d'autrui [ORESME, Eth. 46]
  • XVe s.
    De ses paroles, de ses ruses, de ses faits [Jean Balle, qui excitait les serfs contre leurs seigneurs] furent avisés et informés trop grand foison de menues gens en la cité de Londres, qui avoient envie sur les riches et sur les nobles [FROISS., II, II, 106]
    .... Toutes ces guerres murent par envie que les bonnes villes de Flandre avoient l'une sur l'autre [ID., II, II, 52]
    On dit en un commun proverbe que envie en mourut [ID., II, II, 206]
    Tourmentez moi de plus fort en plus fort, Pour en passer tout à cop vostre envie [CH. D'ORL., Chanson.]
    [Charge] de toutes bonnes viandes qui font envye de boire [COMM., IV, 9]
  • XVIe s.
    Bien est vray que toute ma vie j'auray envie que je ne puis faire pour luy office pareil au vostre [MARG., Lett. XX]
    Si vous avés envie que je vive, je vous prie, que je sache de vos nouvelles [ID., ib. LXVII]
    Il lui refroidira l'envie de s'attacher au prince [MONT., I, 167]
    Si vous avez envie qu'il craigne la honte, ne l'y endurcissez pas [ID., I, 183]
    L'ambition, le depit et l'envie l'agitent comme un aultre [ID., I, 327]
    L'envie de vomir luy estoit passée [ID., IV, 2]
    .... Qu'il falloit mieux les faire mourir tous deux, cependant que ce fils en pouvoit porter l'envie [prendre l'odieux] [D'AUB., Hist. I, 103]
    En lisant les faicts heroiques des vaillants hommes, il leur prend envie d'en faire de semblables [AMYOT, Préf. XVIII, 46]
    La fortune dilayant jusques à un autre temps l'execution de l'envie qu'elle porta à un si noble exploit [ID., P. AEM. 37]
    [Le vin] douce liqueur, le plaisir de la vie, Qui au nectar porte bien peu d'envie [DU BELL., VIII, 16, verso.]

ÉTYMOLOGIE

  • Provenç. enveia, eveia, evea ; catal. enveja ; espagn. envidia ; port. inveja ; ital. invidia ; du latin invidia (voy. ENVIER).

envie

ENVIE. n. f. Chagrin qu'on ressent du bonheur, des succès, des avantages d'autrui. Envie secrète. Avoir une mortelle envie contre quelqu'un. Être rongé d'envie. L'envie le dévore. Sécher d'envie. Exciter l'envie. Sa nomination lui attire l'envie de bien des gens. Son mérite est au-dessus de l'envie. Se mettre au-dessus de l'envie.

Faire envie, Donner de l'envie, exciter l'envie. On dit, dans ce sens, Il vaut mieux faire envie que pitié.

Porter envie à quelqu'un, Souhaiter un bonheur, un avantage pareil au sien, sans être fâché qu'il en jouisse. Je porte envie à mon ami de ce qu'il a le plaisir d'être avec vous. On emploie ENVIE dans le même sens, lorsqu'on dit Votre sort, votre bonheur est digne d'envie.

Regarder d'un oeil d'envie, jeter un oeil d'envie, se dit pour Regarder avec chagrin, avec convoitise. Il ne faut pas regarder d'un oeil d'envie le bien d'autrui.

Il désigne aussi Certaines nuances du désir tantôt plus faibles, tantôt plus fortes que le désir lui-même. Avoir envie, une extrême envie de dire, de savoir, d'apprendre, etc. Je n'ai nulle envie de vous nuire. Il ne voulait point de cette maison, mais on lui en a fait venir l'envie, on lui en a fait naître l'envie. On lui en a donné envie. Si l'envie lui en prend. L'envie lui a pris d'aller à Rome. Je brûle d'envie, j'ai bonne envie de vous revoir. Je meurs d'envie que vous soyez content. J'ai envie, j'ai bien envie de lui donner une correction. L'envie lui en est passée, lui en a passé, Il ne désire plus telle chose.

Faire passer l'envie de quelque chose à quelqu'un, L'en rassasier ou l'en dégoûter. Je saurai bien vous en faire passer l'envie.

Il se dit quelquefois d'un Besoin que l'on a le désir de satisfaire ou d'une Disposition à quelque chose. J'ai grande envie de boire, de manger. Avoir envie de dormir.

Faire envie, Exciter le désir. Ces beaux fruits lui font envie.

Passer son envie de quelque chose, Satisfaire le désir qu'on a de quelque chose. Cet objet n'était pas tellement cher, vous pouviez bien vous en passer l'envie.

Envie de femme grosse, Désir subit et impulsif, souvent même désordonné, que quelques femmes grosses ont de certaines choses.

ENVIES se dit aussi des Marques que les enfants apportent quelquefois en naissant, et qu'on suppose être une suite des impressions reçues par leurs mères pendant qu'elles étaient grosses.

Il se dit encore de Certains petits filets qui se détachent de la peau vers la base des ongles, quelquefois avec douleur. Avoir des envies aux doigts. Couper une envie.

envie

Envie, Inuidia.

Ancienne envie, Inuidia inueterata.

L'envie qui est entre deux compagnons aimans une mesme fille, Riualitas.

Avoir envie, AEmulari, Liuere, Liuescere, Inuidere.

Ils n'ont point d'envie l'un sur l'autre, Neuter vtri inuidet.

A l'envi l'un de l'autre, Certatim.

Condamné par envie, Condemnatus ex inuidia.

Sans envie, Citra inuidiam.

Sans envie, Simpliciter virtutem alicuius aestimare. B. ex Curtio.

Laisser son envie, Ponere inuidiam.

Bailler matiere d'envie, Ignem subiicere.

¶ Estre envié et hay, In inuidia, vel odio esse apud aliquem, Laborare ex inuidia, Flagrare inuidia.

N'estre point si envié, Vti inuidia minore.

Sur lequel on a envie, Inuidiosus.

Nous ne pourrons pas estre enviez, apres qu'on nous aura tout osté nos biens, Non poterimus vlla esse in inuidia spoliati opibus.

¶ Avoir envie sur quelque chose, et la desirer, Adiicere oculos alicui rei, Desyderare.

J'ay envie et volonté d'espier qu'est-ce qu'il fait, Libido est obseruare quid agat.

Mon fils, Cicero a grande envie d'ouir que c'est, etc. Studet meus audire Cicero quaenam sit, etc.

Il print faim et envie à Romule de fonder une ville, Romulum cupido coepit vrbis condendae, Romulum incessit cupido, etc.

envie


ENVIE, s. f. [Envi-e: 2e lon. 3e e muet.] 1°. Déplaisir qu'on a du bien d'autrui. "L'envie le dévore. Il sèche d'envie. "Il est rongé d'envie. Exciter l'envie. — Faire envie. "Il vaut mieux faire envie que pitié. "L'envie dégrade l'humanité: elle est un efet de l'orgueil qui se trouve blessé du mérite des autres hommes. MARIN, l'Homme aimable. Porter envie, se dit de la jalousie, ou quelquefois, d'une noble émulation. "Il ne faut pas porter envie aux heureux du siècle. "Alexandre portoit envie à Achile d' avoir eu un Homère pour chanter ses actions. = 2°. Desir, volonté. Il régit de devant les noms et les verbes "J'ai envie, ou grande envie de cet emploi, de vous voir, etc. = 3°. Marque que les enfans aportent en naissant. C'est un préjugé de croire qu'elles sont les éfets des desirs violens qu'ont eu les mères pendant leur grossesse, et qu'on apèle envies de femme grosse. = 4°. Petits filets, souvent douloureux, qui s'enlèvent de la peau autour des ongles.
   Rem. 1°. Envie, dans les deux sens, a une signification active. Il se dit de celui qui envie, ou qui desire, et non pas de celui qui est envié, ou de ce qui est desiré. Voiture s'est donc mal exprimé, quand il a dit. "Ne vous étonnez donc point qu'avec tant de gloire, vous ayez beaucoup d'envie. Il falait dire, beaucoup d'envieux.
   2°. Prendre envie régit, quand il est impersonel, le datif des noms, et de devant les verbes. "Il me prit envie de savoir ce qu'il diroit.
   3°. Envie se dit sur-tout des chôses; porter envie se dit des chôses et des persones. "Il ne faut pas envier le bien d'autrui.
   Au bonheur du prochain ne portez point envie.
"Moi, qui ne vous envie pas votre esprit, ni votre science, je vous porte envie de ce que vous avez été huit jours à Balsac. Voitûre.
   4°. Avoir envie (desir) régit quelquefois la conjonction que et le subjonctif. "J'ai envie que vous veniez, je n'ai pas envie qu'il vièneRemarquez que le subjonctif se met quand le verbe régi ne se raporte pas au sujet de la phrâse, au nominatif du verbe avoir envie; et l'infinitif, quand il s'y raporte. "J'ai envie qu'il y aille; je n'ai pas envie d'y aller moi-même. — Il en faut dire autant de mourir d'envie. "Je meurs d'envie de m'en retourner, qu' il s'en retourne.
   5°. On doit dire, perdre l'envie, et non pas quitter l'envie de, etc. Vaug. = Passer son envie de quelque chôse, satisfaire le desir qu'on en a. "Nous y vîmes un chat qui vouloit arracher les deux yeux de M. de la Fayette, et qui pensa bien en passer son envie, si vous vous en souvenez. Sév. = Faire passer l'envie de quelque chôse à quelqu'un: l'en rassasier, ou l'en dégoûter.
   6°. Envie, jalousie (synon.) On est jaloux de ce qu'on possède, et envieux de ce que possèdent les aûtres. C'est ainsi qu'un Prince est jaloux de son autorité; et qu'un homme, qui n'a pas de fortune, est envieux de la prospérité d'autrui. "L'homme qui dit qu'il n'est pas né heureux, pourroit du moins le devenir par le bonheur de ses amis ou de ses proches: l'envie lui ôte cette dernière ressource. La Bruy. = Quand ces deux mots sont relatifs à ce que possèdent les autres, envieux dit plus que jaloux. Le 1er marque une disposition habituelle et de caractère: l'autre peut désigner un sentiment passager. Le premier désigne aussi un sentiment actuel, plus fort que le second. On peut être quelquefois jaloux, sans être naturellement envieux, (Encycl.) "La jalousie est l'effet du sentiment de nos désavantages, comparés au bien de quelqu'un. Quand il se joint à cette jalousie de la haine, et une volonté de vengeance, dissimulée par foiblesse, c'est envie. (Conaiss. de l'Esprit humain). Beauzée. = À~ l'envie. Voy. ENVI.

Synonymes et Contraires

envie

nom féminin envie
Désir de quelque chose.
appétence, attirance, besoin, convoitise, désir, soif, souhait, tentation, vœu -littéraire: faim.
Traductions

envie

Eifersucht, Lust, Neid, Brotneid, Gelüste, Missgunst, Verlangenenvy, jealousy, longing, desire, fancyafgunst, nijd, ijverzucht, jaloezie, naijver, wangunst, zin, lust, moedervlek, trek, animo, verlangen, jaloersheidהתקנאות (נ), חמדנות (נ), מאוויים (ז״ר), עין צרה (נ), ערגה (נ), קנאה (נ), קנאתנות (נ), חַמְדָנוּת, קִנְאָה, הִתְקַנְּאוּת, מַאֲוַיִּים, עֶרְגָּהafgunsenvejamisundelse, skinsygeζήλια, φθόνοςenvio, ĵaluzocelos, envidiaöfundinvidia, gelosia, fregola, vogliaciúme, desejo, inveja, vontadeavund, jalusiзавистьЗавистzávist (ɑ̃vi)
nom féminin
1. désir, besoin avoir envie d'une glace avoir envie de partir
2. jalousie L'envie est un des sept péchés capitaux, selon la religion chrétienne. être dévoré d'envie

envie

[ɑ̃vi] nf
(vis-à-vis de qn d'autre, de ce qu'on n'a pas)envy
(= souhait) → desire, wish
avoir envie de → to feel like
avoir envie de faire → to feel like doing
avoir envie que → to wish that
donner à qn l'envie de faire → to make sb want to do
faire envie à qn
Ça lui fait envie → He would like that.
Cette glace me fait envie → I like the look of that ice cream.
(correspondant à un besoin) une envie pressante → a pressing need
avoir envie de faire → to feel like doing, to want to do
J'avais envie de pleurer → I felt like crying., I wanted to cry.
J'ai envie d'aller aux toilettes → I want to go to the toilet., I need to go to the toilet.
(sexuelle)desire
avoir envie de qn → to want sb
(= tache sur la peau) → birthmark
(= filet de peau) → hangnail