équivoque

(Mot repris de equivoque)

équivoque

[ ekivɔk] adj. [ du lat. aequus, égal, et vox, vocis, voix ]
1. Qui a un double sens (par opp. à univoque) ; dont l'interprétation n'est pas claire : Mot équivoque amphibologique ; précis ambigu ; clair
2. Qui provoque la méfiance : Un comportement équivoque douteux, 1. louche, suspect ; franc, net
n.f.
Situation ou expression qui prête à plusieurs interprétations : Pour dissiper cette équivoque, ils ont publié un communiqué malentendu, quiproquo ambiguïté, amphibologie

ÉQUIVOQUE

(é-ki-vo-k') adj.
Qui peut s'interpréter en différents sens, s'appliquer à différentes choses. Un terme équivoque. Cela est équivoque.
Vous n'avez pas pris garde à ce sens équivoque Qui fait qu'en vous flattant il semble qu'il se moque [MAIR., Soliman, v, 3]
User de mots équivoques sans les expliquer [PASC., Prov. 1]
Ce terme est équivoque, il le faut éclaircir [BOILEAU, Art p. I]
[Qui] D'un songe équivoque envoyé par les dieux Lira d'un œil plus sûr l'avis mystérieux [C. DELAV., Paria, II, 2]
Se dit de tout sur quoi on peut porter des jugements divers. Des traces équivoques. Une expérience équivoque.
Si la machine du corps disséquée et démontrée présente encore tant d'énigmes très difficiles et très obscures, à plus forte raison la machine vivante, où tout est sans comparaison moins exposé à la vue, plus enveloppé, plus équivoque [FONTEN., Du Verney.]
Savez-vous bien qu'ici votre face équivoque, Et rare en son espèce, étrangement nous choque ? [REGNARD, Démocrite, IV, 5]
Il se contenta de sourire, en faisant une mine très équivoque [GENLIS, Ad. et Théod. t. I, lett. 8, p. 37, dans POUGENS]
Terme de médecine. Signe équivoque, signe qui peut convenir à plusieurs maladies.
En mauvaise part, suspect, en parlant des personnes.
Et malgré la vertu dont il faisait parade, Très équivoque ami du jeune Alcibiade [BOILEAU, Sat. XI]
Un homme équivoque, homme à qui l'on ne peut se fier. Il se dit aussi des choses qui excitent quelque soupçon peu honorable.
Sa naissance est un peu équivoque [SÉV., 421]
Ils s'engagent dans des professions équivoques dont ils se cachent longtemps à eux-mêmes les périls et les conséquences [LA BRUY., VI]
Que j'ai toujours aimé, quoique sa conduite à mon égard ait été souvent équivoque [J. J. ROUSS., Confess. VIII]
Rime équivoque, petite pièce de poésie badine autrefois en usage, dans laquelle le son d'un mot placé à la fin d'un vers reparaissait dans le vers consonnant, mais en formant un autre sens. Par exemple : Je viens de faire un vers alexandrin ; Qu'en penses-tu, mon cher Alexandre, hein ?
S. f. Sens équivoque, interprétation à double entente.
Toute cette entrevue se passe dans cette équivoque [l'un des interlocuteurs comprenant une chose, et l'autre une autre] [PASC., Lett. à Jaqueline, 26 janv. 1648]
Si on vous laisse la licence de corrompre les expressions les plus canoniques par les malicieuses subtilités de vos nouvelles équivoques [ID., Prov. 16]
Je m'aperçus qu'il y avait dans ces vers une équivoque de langue [BOILEAU, Sat. XII, Préface]
Ceux de Bâle se montraient fort éloignés et des sentiments de Luther et des équivoques de Bucer [BOSSUET, Var. IV, § 16]
Les équivoques qu'on pourrait faire sur la divinité du fils de Dieu [ID., Euch. 2]
Je dois, pour lever toute équivoque, distinguer deux sortes de mouvements [FÉN., Exist. 279]
Les soupçons et les jalousies se réveillaient ; les équivoques des traités, les questions qu'ils laissaient indécises, ne fournissaient que trop de ces prétextes toujours prêts à servir tous les besoins ou toutes les passions [FONTEN., Rép. card. Dubois, t. III, p. 319, dans POUGENS]
Mauvais jeu de mots, calembour.
La belle chose de faire entrer, aux conversations du Louvre, de vieilles équivoques ramassées parmi les boues des halles et de la place Maubert ! [MOL., Critique, sc. 1]
Ces sources d'un amas d'équivoques infâmes Dont on vient faire insulte à la pudeur des femmes [ID., Fem. sav. III, 6]
Terme de beaux-arts. Défaut de précision dans la pose, l'expression, la couleur, la perspective. Équivoque de mouvements. Équivoque de plan.

REMARQUE

  • Dans le XVIIe siècle, équivoque était indifféremment masculin ou féminin.
    Je vous demande pardon de ce mauvais équivoque [BALZ., liv. III, lett. 9]
    Du langage français bizarre hermaphrodite, De quel genre te faire, équivoque maudite, Ou maudit ? [BOILEAU, Sat. XI]

HISTORIQUE

  • XIVe s.
    L'un [mètre] est de rime serpentine, L'autre equivoque ou leonine [MACHAUT, p. 9]
    Cest nom ici n'est pas dit comme non equivoque à cas d'aventure [ORESME, Eth. VII, 12]
  • XVIe s.
    Les gens de guerre firent courir parmi eux un equivoque un peu gaillard sur le nom de la place et sur ce qui perdoit l'armée [D'AUB., Hist. III, 413]
    Demosthenes disoit que l'effronté n'a pas de prunelles, mais des putains aux yeulx, se jouant en l'equivoque de ce nom Cora, qui signifie une pucelle et la prunelle de l'œil [AMYOT, Mauvaise honte, 1]

ÉTYMOLOGIE

  • Provenç. equivoc ; espagn. et ital. equivoco ; du latin aequivocus, de aequus, égal, semblable, et vox, voix, parole.

équivoque

ÉQUIVOQUE. adj. des deux genres. Qui a un double sens, qui peut recevoir plusieurs interprétations et qui convient à différentes choses. Ce discours est équivoque. Parole, terme, mot équivoque. Expression équivoque.

Il se dit aussi de Toutes les choses sur lesquelles on peut porter des jugements opposés. Action équivoque. Réputation équivoque. Mérite équivoque. Vertu équivoque. Signe équivoque, non équivoque.

Par extension, Un homme équivoque, Un homme à qui l'on ne peut se fier.

Employé comme nom féminin, il signifie Phrase, parole à double entente, action susceptible d'être diversement interprétée, malentendu. Il y a eu dans sa conduite en cette occasion une équivoque fâcheuse. User d'équivoques. L'équivoque continue. L'équivoque est dissipée, est levée.

Par extension, il se dit de la Difficulté qu'il y a d'interpréter une parole, une action peu claire. Sa conduite prête à l'équivoque.

équivoque


ÉQUIVOQUE, s. f. et adj. ÉQUIVOQUER, v. n. et réc. [ékivoke, voké] Équivoque, qui a un double sens. Équivoquer, user d'équivoque. S' équivoquer, dire un mot pour un aûtre. "Discours, expression équivoque. — Action, réputation équivoque. "C'est une équivoque: user, se servir d'équivoques pour tromper. "Il équivoque continuellement. "Il s'est équivoqué. = Le verbe n'est que du style familier, tant au neutre qu'au réciproque. Le substantif et l'adjectif sont de tous les styles.
   I. REM. 1°. Équivoque, substantif, était autrefois des deux genres, témoin la 12e satire de Boileau, le plus mauvais de ses ouvrages.
   Du Parnasse François bisarre hermaphrodite,
   De quel genre te faire équivoque maudite, ou maudit, etc.
Aujourd'hui et depuis longtems le féminin l'a emporté.
   2°. Équivoque, adjectif, suit presque toujours le nom qu'il modifie, du moins dans la prôse; langage équivoque, démarche équivoque. On peut absolument le faire marcher devant en vers, et dans la prôse poétique et oratoire: équivoque langage, équivoque démarche: mais souvent aussi l' inversion serait dure.
   3°. Un Auteur moderne lui fait régir le datif (la prép. à) "Les signes de plaisir, que donent la plupart des Animaux, nous sont équivoques. Du Plaisir. Cela sent le jargon de l'École.
   4°. Ce mot ne se dit que des chôses qui ont raport aux persones; il ne se dit point des personnes mêmes. On ne dit point un homme, une persone équivoque. Cependant le P. d'Orléans l'a employé plusieurs fois en ce sens là dans son livre des Révolutions d'Angleterre. L'Acad. ne dit point cet adjectif des personnes. L. T.
   II. Les équivoques nuisent beaucoup à la netteté du discours, qui est la plus précieuse qualité du langage. Il vaut mieux être long, que d'être obscur. Brevis esse laboro: obscurus fio. Hor. Et il est quelquefois à propôs d'expliquer ce qu'on veut dire, plutôt que de le laisser à deviner. "Je vous défie tous deux d'aimer mieux Me de Grignan, que moi, c'est à dire, que je l'aime. SEV. que moi étoit-là équivoque; car il pouvait signifier, aimer mieux Mde de Grignan que vous ne m'aimez moi, ou l'aimer mieux que je ne l'aime; moi pouvant être également bien le sujet ou le régime du membre de la phrâse. Me de Sévigné, en déterminant le sens qu'elle lui done, ôte l'équivoque. Mais cela ne fait bien que dans le style familier. Dans le discours soutenu, ces paranthèses ne font qu'embarrasser, et il faut alors ôter l'équivoque, en changeant de tour et de construction. — Il y a aussi une équivoque dans cette phrâse de J. J. Rouss. qui ridiculisant la coutume de haranguer les Princes au berceau, dit: "Les Présidens du Sénat et des Académies commencèrent à composer, raturer, étudier, feuilleter leur Démosthene pour aprendre à parler à un Embryon. Reine Fantasque. Le sens de l'Auteur est pour aprendre à parler eux-mêmes à, etc. Mais ces mots peuvent signifier aussi et signifient plus souvent pour aprendre à l'embryon à parler, et le contexte seul détermine le sens. — Voy. la conjonction ET.

Synonymes et Contraires

équivoque

adjectif équivoque
2.  Qui suscite la méfiance.

équivoque

nom féminin équivoque
1.  Multiplicité de sens.
ambiguïté, amphibologie, obscurité.
2.  Ce qui manque de clarté.
Traductions

équivoque

דו-משמעי (ת), משמעות כפולה (נ), דּוּ-מַשְׁמָעִיdubbelzinnig, onduidelijkmissverständlich, zweideutigequivocal, equivocation, ambiguity, dubiousequívocoequivoco (ekivɔk)
adjectif
1. ambigu un mot équivoque
2. douteux une situation équivoque

équivoque

[ekivɔk]
adj
[sens] → equivocal, ambiguous
(= louche) → dubious
nfambiguity
sans équivoque → unambiguous