ermitage ou hermitage

ERMITAGE ou HERMITAGE

(èr-mi-ta-j') s. m.
Habitation d'un ermite.
Il se dit quelquefois, par abus, pour couvent d'ermites.
Il y avait autrefois un ermitage au mont Valérien, près de Paris [, Dict. de l'Acad.]
Fig. Lieu écarté, solitaire. C'est un véritable ermitage. Par extension, petite maison de campagne simple et modeste. Venez me voir dans mon ermitage.
Vous ne connaissez pas les moulins, l'ermitage [COLLIN D'HARLEV., Châteaux en Espagne, IV, 8]
Vin de l'Hermitage, vin d'un cru fameux dans le Dauphiné.
Un auvernat fumeux qui, mêlé de lignage, Se vendait chez Crenet pour vin de l'Ermitage [BOILEAU, Sat. III]

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    Il commença par grant estude entendre diligemment à piteuses œuvres, les quex li hermitaiges [vie d'ermite] li avoit enseignie [, Légende en prose de Girart, cité dans J. des savants, avril 1860, p. 202]
    Dedenz la lande enz el boscage Ot uns sainz homs son hermitage [, Lai del desiré]
  • XVe s.
    Mon cueur est devenu hermite En l'ermitaige de Pensée [CH. D'ORL., Bal. 42]

ÉTYMOLOGIE

  • Ermite ; provenç. ermitatge et hermitori ; ital. eremitaggio. L'ancienne langue disait aussi ermitoire.