escarre

escarre

ou

eschare

[ ɛskar] n.f. [ gr. eskhara, croûte ]
En médecine, croûte noirâtre et dure qui se forme sur la peau des gens alités, sur une plaie.

escarre

(ɛskaʀ)
nom féminin
médecine croûte noire sur la peau avoir des escarres

ESCARRE1

(è-ska-r') s. f.
Fausse orthographe du Dictionnaire de l'Académie pour eschare. Ce mot n'est pas d'un usage assez vulgaire pour qu'on ne puisse le corriger.

ESCARRE2

(è-ska-r') s. f.
Terme vieilli. Ouverture faite avec violence, avec fracas. Le canon a fait une grande escarre dans ce bataillon, dans ce mur.

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    Aliculi, Cham et Simon allerent au devant, et firent un grand escarre à la teste [front, avant-garde] de Assam ; mais le gros des Turcs arrivant au combat, Aliculi fut pris [D'AUB., Hist. II, 388]

ÉTYMOLOGIE

  • Anglais, scar, cicatrice ; ancien haut allem. scar, couper.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    2. ESCARRE. Ajoutez :
    Éclat, fragment, esquille.
    Ce marbre est le plus dur à travailler, et l'on y taille difficilement des choses fines sans que le fer y produise des escarres [, Œuvres de Benvenuto Cellini, trad. L. Léclanché, Traité de la sculpture, ch. IV, ou t. II, p. 384]

ESCARRE3

(è-ska-r') s. f.
Terme de blason. Pièce qui a la forme d'une équerre.

ÉTYMOLOGIE

  • Le même que équerre.

escarre

ESCARRE. n. f. T. de Médecine. Tissu mortifié ou croûte résultant de la mortification d'un tissu. Il faut attendre que l'escarre tombe.

escarre

Escarre, Crusta, Eschara.

escârre


ESCâRRE, s. f. [Èskâre:r forte: 1re è moy. 2e lon. 3ee muet.] 1°. Croûte noire faite sur la chair ou les plaies. "Il faut atendre que l'escârre tombe. 2°. Ouvertûre faite avec violence. "Le canon a fait une grande escârre dans ce batâillon, dans la murâille de ce bastion.

Traductions

escarre

גלד נמקי (ז), גֶּלֶד נִמְקִי

escarre

Dekubitus

escarre

bedsore

escarre

[ɛskaʀ] nfbedsore