esclandre

esclandre

n.m. [ du lat. scandalum, piège, obstacle ]
Tapage provoqué par un incident : Il a fait un esclandre en voyant le désordre éclat, scène scandale

esclandre

(ɛsklɑ̃dʀ)
nom masculin
fait de se plaindre bruyamment en public faire un esclandre

ESCLANDRE

(è-sklan-dr') s. m.
Bruit scandaleux à propos de quelque accident fâcheux, désagréable.
Je ne veux point d'esclandre dans ma maison ; ni moi ni Toinon, nous n'en avons que faire [MARIVAUX, Marianne, 3e part.]
Il n'y aura pas d'esclandre ; mais toute la société est au fait [PICARD, Petite ville, IV, 2]
Croyez-moi, sans esclandre, à nous seuls, étouffons la flamme [P. L. COUR., I, 260]
Faire esclandre ou causer de l'esclandre, faire du tapage.
Tous les amours y [dans mon gîte] mettent garnison ; En vrais soudards ils y faisaient esclandre [BÉRANG., Métempsych.]
Faire esclandre, éclater d'une façon scandaleuse. Les désordres de sa vie ont fini par faire esclandre. Faire un esclandre à quelqu'un, lui faire une querelle publique et scandaleuse.
Attaque, rixe.
Le pauvre loup dans cet esclandre, Empêché par son hoqueton, Ne peut fuir ni se défendre [LA FONT., Fabl. III, 3]
Quand on n'a qu'un endroit à défendre On le munit de peur d'esclandre [ID., ib. X, 9]
Ce n'est coup sûr encontre tous esclandres [ID., On ne s'avise]
Vieux en ce sens.

REMARQUE

  • Esclandre a été du féminin :
    La fortune lui trame en secret cette esclandre [LA FONT., Fianç.]
    Aujourd'hui le genre est fixé ; esclandre est du masculin ; mais plusieurs auteurs s'y trompent encore :
    Si vous vous en étiez souvenu, vous n'auriez pas fait une pareille esclandre [ANCELOT, ]
    et
    Une camarade de pension [DUPORT, II, 13]
    Ah ! ah ! c'est pour cela que vous voulez, ma toute belle, une bonne petite esclandre [FR. SOULIÉ, Les quatre sœurs, part. IV, § 5]
    Condamnons par maintes esclandres.... [SCRIBE, Nouv. Pourc. sc. 3]

HISTORIQUE

  • XIIe s.
    Encuntre tun frere parlowes [tu parlais], e encuntre le fil ta mere posowes [tu mettais] escandle [, Liber psalm. p. 67]
    De sa mortel ovre haïe E de sa laide felonie, Dunt par le munt fu grant esclandres.... [BENOÎT, II, 13417]
    De la descorde sunt entur de conseillier ; Wai [malheur à] celui par qui vient escanles d'escunbrier [, Th. le mart. 89]
  • XIIIe s.
    Mener une vie si deshoneste que ce soit escanlles à li et à son lignage [BEAUMANOIR, XII, 17]
    Mès s'il fussent garnis de meurs et bien letrez, Jamais par symonie ne fussent enmitrez, Dont Diex et la gent laie les tiennent en viltez Por l'erreur et l'esclandre où il se sunt boutez [J. DE MEUNG, Test. 540]
  • XVe s.
    Et tous ces appareils et l'esclandre qui s'en faisoit estoient pour retraire hors le duc de Lancastre et sa route du royaume de Castille [FROISS., II, III, 40]
  • XVIe s.
    ....Pour avoir esté si hardis, que d'avoir fait cette esclandre si près du roi [YVER, p. 615]

ÉTYMOLOGIE

  • Provenç. escandol ; espagn. escandalo ; ital. scandalo ; du latin scandalum, qui, ayant l'accent sur scan, a donné e-sclandre (avec épenthèse de l'e comme dans e-sprit), et qui, beaucoup plus tard, a fourni scandale.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    ESCLANDRE. Ajoutez :
    Désastre, destruction (sens vieilli).
    Gravelines a reçu un horrible esclandre du feu qui a pris aux poudres ; plus de la moitié de la ville a été renversée [GUI PATIN, Lett. t. II, p. 139]

esclandre

ESCLANDRE. n. m. Bruit, éclat scandaleux provenant de quelque acte fâcheux. Il est arrivé un grand esclandre dans cette famille. Faire, causer de l'esclandre.

esclandre

Esclandre, Scandale, Diffamation, Infamia, Sugillatio.

esclandre


ESCLANDRE, s. m. [1re è moy. 2e lon. 3e e muet.] Ce mot n' est pas du beau style. Accident fâcheux qui trouble le cours d'une afaire, qui fait de l'éclat, et qui est acompagné de quelque honte. "Il est arrivé un grand esclandre dans cette ville, dans ce corps, cette famille.

Synonymes et Contraires

esclandre

nom masculin esclandre
Querelle bruyante.
Traductions

esclandre

scandal, scene

esclandre

putiferio, scenata

esclandre

[ɛsklɑ̃dʀ] nmscene, fracas