escobar

(Mot repris de escobars)

ESCOBAR

(è-sko-bar) s. m.
Nom d'un jésuite, célèbre casuiste, né en 1589 à Valladolid (Espagne).
Quoi ! vous ne savez pas qui est Escobar de notre société, qui a compilé cette Théologie morale de vingt-quatre de nos pères, sur quoi il fait, dans la préface, une allégorie de ce livre à celui de l'Apocalypse qui était scellé de sept sceaux [PASC., Prov. 5]
C'est à bon droit que l'on condamne à Rome L'évêque d'Ypre [Jansénius] auteur de vains débats ; Ses sectateurs nous défendent en somme Tous les plaisirs que l'on goûte ici-bas ; En paradis allant au petit pas, On y parvient, quoi qu'Arnauld nous en die ; La volupté sans cause il a bannie ; Veut-on monter sur les célestes tours ? Chemin pierreux est grande rêverie ; Escobar sait un chemin de velours [LA FONT., Ballade sur Escobar.]
Ouvrage d'Escobar, sa Théologie morale.
J'ai toujours oublié à vous dire qu'il y a des Escobar de différentes impressions [PASC., Prov. 8]
Familièrement. Adroit hypocrite, qui sait résoudre, dans le sens convenable à ses intérêts, les cas de conscience les plus subtils.

escobar

ESCOBAR. n. m. Hypocrite, qui résout au mieux de ses intérêts les cas de conscience les plus délicats.