escot

(Mot repris de escots)

ESCOT1

(è-sko) s. m.
Terme de commerce. Sorte d'étoffe de laine à tissu croisé, dont on fait des robes de deuil, des vêtements pour religieuses et des tabliers communs.

ÉTYMOLOGIE

  • Escot est peut-être ici pour écossais ; du moins on trouve dans le Tarif du 18 avril 1667 : Serge d'Escosse demy-étroite.... serge de seigneur et d'Ascot, L'Isle, Cipre, Angleterre, et autres païs estrangers.

ESCOT2

(è-sko) s. m.
Terme de marine. Angle le plus bas de la voile latine qui est triangulaire.

ÉTYMOLOGIE

  • Le même que écoute.

escot

ESCOT. s. m. La quote-part que doit chaque personne pour un repas commun. J'ay payé mon escot, payez le vostre.

Il signifie aussi, La despense qu'on fait à l'hostellerie, au cabaret, pour un repas. Gros escot. escot de dix, de vingt francs.

On dit prov. Il a beau se taire de l'escot qui rien n'en paye, pour dire, qu'Un homme ne doit point parler d'une chose qui ne luy couste rien.

On dit prov. & fig. à Un homme qui se mesle de parler à des gens qui ne parlent pas à luy, Parlez à vostre escot. Il est bas.

On dit, d'Un homme qui a bien diverti la compagnie durant un repas, qu'Il a bien payé son escot, quoy qu'il ne luy en couste rien.

On dit fig. qu'Un homme paye bien son escot, Quand il entretient agreablement la compagnie.

escot

Escot, m. C'est le fray de chaque personne pour ce qu'il a mangé et beu en une taverne, hostellerie, ou en un festin où l'on contribue deniers par teste, Matthieu de Westmonstier en son Flores historiar. dit Romescot avoir esté appelée la contribution annuelle d'un denier par feu que Ina Roy des Anglois avoit imposé pour l'entretenement de l'eschole et eglise qu'il avoit fait construire à Rome pour l'instruction et commodité de ses subjects par luy assubjettis au payement dudit Romescot, qui semble estre composé de Rome et escot, Symbolum, Selon ce on dit, Il a payé son escot, Symbolum dedit, Et franc d'escot, celuy qui est desfrayé, Asymbolus, on dit par metaphore payer l'escot, pour porter la peine, au 3. liv. d'Amad. chap. 6. mais le premier qui mettra la main sur moy pour m'outrager payera l'escot pour les autres.