escourgée

ESCOURGÉE

(è-skour-jée) s. f.
Fouet fait de plusieurs lanières de cuir.
En les faisant [les Juifs qui refusaient de manger de la chair de porc] déchirer avec des fouets et des escourgées de cuir de taureau [SACI, Bible, Machab. II, VII, 1]
Coups donnés avec ce fouet.
Chœur et héros s'en allant chargés d'escourgées [BOILEAU, Héros de roman.]

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    Dont fu Renaus Porquès de maintes pars saisis, De corgies noées fu batus et laidis [, Ch. d'Antioch. v, 311]
  • XIVe s.
    Et s'avoit cascun jor batu d'une escorgie La blanche char de lui que toute l'ot sillie [marquée] [, Baud. de Seb. VI, 96]
  • XVe s.
    Avoit l'un de ses bras couvert duquel elle tenoit unes très singlans escourgiées [ALAIN CHART., l'Espérance.]

ÉTYMOLOGIE

  • Wallon, corîhe ; namur. scorie ; rouchi, écorie, écourie ; ital. scoreggia, scorregiata ; escourgie est un renforcement par es prosthétique de corgie, que donne l'historique, qui est le même que courroie (voy. ce mot). Il ne faut donc pas chercher ici une étymologie celtique : bas-breton, skourjez, fouet ; gaélique, sciurs, fouetter. L'italien a aussi scuriada, qui paraît venir d'un autre radical, peut-être le latin corium, cuir.

escourgée

ESCOURGÉE. s. f. Fouet qui est fait de plusieurs courroies de cuir. Fouetter avec des escourgées.

Il se dit aussi Des coups donnés avec cette espèce de fouet. Il reçut une bonne escourgée. Ce mot est vieux.

escourgée

Escourgée, Corrigia, Scutica scuticae, Lorum.

Celuy qui d'escourgées fouëttoit les serfs, Lorarius.

escourgée


ESCOURGÉE, s. f. [èskour-gé-e; 1re. è moy. 3e é fer. & long. 4e e muet]. Fouet, qui est fait de plusieurs courroies de cuir.