essénien

ESSÉNIEN

(è-ssé-niin) s. m.
Nom d'une secte de Juifs qui faisaient profession de communauté de biens, qui fuyaient toutes sortes de plaisirs, particulièrement le mariage, condamnaient les serments, ne buvaient que de l'eau, n'offraient à Dieu que des choses inanimées, et observaient le sabbat si scrupuleusement qu'ils n'auraient pas remué un vase.
Philon a distingué deux ordres d'Esséniens : les uns s'attachaient à la pratique, et les autres qu'on nomme Thérapeutes à la contemplation [DIDER., Opin. des anc. philos. (Juifs).]
Josèphe dit dans un autre endroit qu'ils abandonnaient tout à Dieu ; ces paroles font assez entendre le sentiment des Esséniens sur le concours de Dieu [ID., ib.]

ÉTYMOLOGIE

  • Syriaque, asa, soin, guérison.

essénien

ESSÉNIEN. s. m. Il se dit de Certains philosophes juifs, dont les opinions s'accordaient sur beaucoup de points avec celles des pythagoriciens. Il y avait des esséniens pratiques qui habitaient les villes, et des esséniens contemplatifs qui vivaient dans les lieux solitaires. Il y avait aussi des esséniens mitigés.