essuyé, ée

ESSUYÉ, ÉE

(è-sui-ié, iée) part. passé.
Dont on a ôté l'humidité. Le corps bien essuyé après un bain.
Dans un temps où la terre n'était pas encore bien essuyée des eaux du déluge [DIDER., Opin. des anc. philos. (Chinois).]
Fig.
À peine à demi essuyé du naufrage [MASS., Car. Mélange.]
Enlevé, en parlant d'une humidité. Fig.
Quels pleurs par un amant ne sont pas essuyés ! [RAC., Iphig. II, 3]
Dont on a ôté une tache, un enduit.
Ce n'est plus qu'un cœur bas, un coquin ténébreux ; Son visage essuyé n'a plus rien que d'affreux [BOILEAU, Épît. IX]
Supporté. De mauvais traitements longtemps essuyés.