estomac

estomac

[ ɛstɔma] n.m. [ lat. stomachus, du gr. stoma, bouche ]
1. Chez l'homme et chez les animaux, partie du tube digestif renflée en poche, où les aliments sont brassés : Avoir l'estomac barbouillé avoir du mal à digérer
2. Partie du corps qui correspond à l'estomac : Il lui a donné un coup dans l'estomac.
À l'estomac,
Fam. par une audace qui en impose : Elle y est allée à l'estomac au culot [fam.]
Avoir de l'estomac,
Fam. avoir de la hardiesse ou de l'audace.
Avoir l'estomac dans les talons,
Fam. avoir très faim.
Rester sur l'estomac,
Fam. être un motif de rancune : Son attitude me reste sur l'estomac je lui en veux

ESTOMAC

(è-sto-ma ; le c ne se fait jamais sentir ; cependant quelques-uns prononcent le c devant une voyelle, et Chifflet, Gramm. p. 208, en fait un précepte : un è-sto-ma-k affamé ; au pluriel, l's se lie : des è-sto-ma-z affamés ; estomacs rime avec tas, lacs, appâts, etc.) s. m.
Viscère où s'opère la digestion des aliments. Se remplir l'estomac. Les ruminants ont plusieurs estomacs.
Plus l'estomac est bon, plus les membres profitent ; Quand il a de la force, ils sont forts, agissants ; Et quand il est débile, ils sont tous languissants [BOURSAULT, Fabl. d'Ésope, II, 5]
Ne crains pas, mon cher enfant, que l'abondance de l'eau affaiblisse ou refroidisse ton estomac [LESAGE, Gil Blas.]
Car de tous mets sucrés, secs, en pâte ou liquides, Les estomacs dévots furent toujours avides [BOILEAU, Sat. x.]
Ce ne fut que par un poids de 437 livres qu'il parvint à produire dans les tubes des effets semblables à ceux de l'estomac de l'oiseau [BONNET, Contempl. nat. Œuvres, t. VIII, p. 13, note 2]
Avoir l'estomac creux, vide, n'avoir pas mangé. Il a deux estomacs, plusieurs estomacs, se dit d'un gros mangeur. Très populairement. Avoir ou sentir son estomac dans ses talons, avoir très grand'faim. Familièrement. Il a un estomac d'autruche, c'est un estomac d'autruche, se dit d'un homme qui mange beaucoup, sans en être incommodé, parce que c'est une vieille croyance que les autruches digèrent les pierres. Il se dit aussi d'un homme qui digère très vite ; et dans ce sens on dit encore il a l'estomac chaud.
La partie du corps qui répond à l'estomac, la poitrine. Le creux de l'estomac. Recevoir un coup dans l'estomac.
Je vais lui présenter mon estomac ouvert [CORN., Cid, v, 1]
D'une profonde plaie en l'estomac ouverte [ID., Rodog. v, 4]
Le général Hord et le général Dardoff montrèrent au roi leurs estomacs couverts de blessures reçues à son service, et, l'assurant qu'ils étaient prêts à mourir pour lui, ils le supplièrent que ce fût au moins dans une occasion plus nécessaire [qu'à Bender] [VOLT., Charles XII, 6]
Se dit populairement du sein d'une femme. Elle a de l'estomac.
L'estomac d'une volaille ou d'une perdrix, ce qui reste quand les cuisses et les ailes ont été détachées.
Morceau de fer qui fortifie le devant de l'enclume.

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    Cil ki ont l'estomach foible et ki vomissent legierement [ALEBRANT, f° 13]
  • XVe s.
    Respons, et sauve de propre estomac ce que de propre estomac tu as mis avant [G. CHASTEL., Expos. sur la vér. mal prise.]
  • XVIe s.
    Par le poulain on descend le vin en cave, par le jambon en l'estomach [RAB., Garg. I, 5]
    Quand je voy Barbe en habit bien duisant, Qui l'estomac blanc et poly descoeuvre.... [MAROT, III, 126]
    Là il fut receu d'une sentinelle perdue, qui, sans parler, lui planta une harquebusade dans l'estomac de sa cuirasse [D'AUB., Hist. II, 380]
    Je luy ay appris à relever sa ceinture à la fosse de l'estomac, comme le petit Auger barbier de Paris [ID., Conf. II, 1]
    Ledit ventricule a deux orifices, à sçavoir un superieur nommé l'estomach et vulgairement cœur ; et l'autre inferieur nommé pylore [PARÉ, I, 14]
    Chacun n'a pas les muses en partage, Et leur fureur tout estomac ne poind [RONS., 397]
    Quiconque a l'estomach plein peult bien jeusner [GENIN, Récréat. t. II, p. 248]
    Entre la bouche et l'estomach souvent y a guerre [ID., ib. t. II, p. 238]

ÉTYMOLOGIE

  • Wallon, stoumak ; Berry, estouma, stouma ; provenç. estomach ; espagn. estomago ; ital. stomaco ; du latin stomachus, de la traduction grecque gorge, pharynx, provenant de bouche : qui tient à la bouche. C'est dans le latin que, de pharynx, stomachus a glissé au sens de gaster.

estomac

ESTOMAC. (On ne prononce pas le C.) n. m. Organe intérieur qui, dans le corps de l'homme ou de l'animal, est destiné à recevoir et à digérer les aliments. L'estomac est un viscère. L'orifice supérieur, l'orifice inférieur de l'estomac. Bon estomac. Estomac débile. Mauvais estomac. Estomac plein. Estomac vide. Se remplir l'estomac. Ces viandes sont pesantes sur l'estomac, chargent l'estomac. Son estomac ne digère point. Les animaux ruminants ont plusieurs estomacs.

Fig. et fam., Il a un estomac d'autruche, c'est un estomac d'autruche, il digérerait le fer. Voyez AUTRUCHE.

Fig. et fam., Avoir de l'estomac, Avoir du courage, de la force de résistance, de la ténacité.

Il se prend aussi pour la Partie extérieure du corps qui répond à la poitrine et à l'estomac. Le creux de l'estomac. Il lui donna un coup de poing dans l'estomac.

estomac


ESTOMAC, s. m. S'ESTOMAQUER, v. réc. [èstomak devant une voyelle: mais devant une consonne, èstoma: èstomaké: 1reè moy.] C'est: 1°. Dans le corps de l'animal, la partie qui reçoit les alimens, et où ils se cuisent et se digèrent. Il se dit particulièrement de l'Homme. "Viandes, qui pèsent, qui sont pesantes sur l'estomac, qui chargent l'estomac. "Avoir mal à l'estomac. "Son estomac ne digère point. — Avoir un estomac d'Autruche, (style prov.) Avoir un bon estomac, qui digère bien. = 2°. La partie extérieûre du corps, qui répond à l'estomac. "Le creux de l'estomac. "Il lui dona un violent coup de poing dans l'estomac. = Rem. Quoiqu'on dise estomac, il faut dire stomacal et non pas estomacal, comme disent les Gascons. Mén.
   S'ESTOMAQUER, c'est s'ofenser de ce que quelqu'un dit ou fait. "Il s'est estomaqué de ce que je ne lui ai pas rendu la visite, d'un mot que j'ai dit fort innocemment: il s'en est estomaqué. — * Quelques-uns l'emploient activement pour, chagriner, mortifier. "Vous l' avez estomaqué. "C'est un Provençalisme. — Mde de Genlis l'emploie au passif. "Votre chère mère est-elle bien estomaquée contre elle? Th. d'Éduc. — L'Acad. l'admet au participe, mais sans régime. "Il est estomaqué.

Traductions

estomac

Magenstomachmaag, lef, moedקורקבן (ז), קיבה (נ), קֵבָהmaagestómacmavestomakoestómagostomaco, gozzo胃 (い), 胃alvus, aqualiculus, stomachus, ventermave, mageżołądekstomacmagetumboστομάχιestômagoжелудокمَعِدَةžaludekmahatrbuhท้องmidedạ dàyстомах (ɛstɔma)
nom masculin
organe de la digestion

estomac

[ɛstɔma] nmstomach
avoir mal à l'estomac → to have stomach ache
avoir l'estomac creux → to have an empty stomach