estriver

ESTRIVER

(è-stri-vé) v. n.
Terme vieilli. Être en querelle.
Avecque tes voisins jour et nuit estriver [RÉGNIER, Sat. XII]

HISTORIQUE

  • XIIe s.
    Donc en ont comencié entre eus à estriver [, Th. le mart. 140]
  • XIIIe s.
    Ce dit Renars : n'i a mie ; Fox est qui vers seignor estrive ; Jamais, à nul jor que je vive, Ne ferai rien qui lui desplaise [, Ren. 18263]
  • XVIe s.
    La philosophie n'estrive point contre les voluptés naturelles, pourvu que la mesure y soit jointe [MONT., III, 380]

ÉTYMOLOGIE

  • Estrif.