estropiat

ESTROPIAT

(è-stro-pi-a) s. m.
Anciennement, soldat estropié qui mendiait.
Prôner ce qu'on a fait pour le bien de l'État, Et dire : ayez pitié du pauvre estropiat [DU CERCEAU, Le faux duc de Bourg. I, 1]
Aujourd'hui, homme estropié, impotent, et aussi gueux de profession qui est estropié ou qui feint de l'être.

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    Et ainsi espargnant pour les estropiatz et souffreteux [RAB., Pant. III, 2]
    Aux estropiats qui avoient perdu bras et jambes [CARLOIX, III, 9]

ÉTYMOLOGIE

  • Ital. stroppiato (voy. ESTROPIER).

estropiat

Estropiat. s. m. (L's se prononce.) Un miserable, un gueux estropié. Donnez l'aumosne à ce pauvre estropiat.

estropiat

Estropiat, id est, Affolé, Mutilus. Mot Italien, S profertur vt in noster.