estropier

(Mot repris de estropierait)

estropier

v.t. [ it. stroppiare, du lat. turpis, laid, difforme ]
1. Priver de l'usage d'un ou de plusieurs membres : Le camion fou a estropié trois personnes.
2. Déformer la prononciation ou l'orthographe de : Il estropie les mots anglais écorcher

s'estropier

v.pr.
Perdre l'usage d'un de ses membres : Il s'est estropié avec la tronçonneuse.

estropier

(ɛstʀɔpje)
verbe transitif
1. priver de l'usage d'un membre Un accident de voiture l'a estropié.
2. figuré reproduire en déformant fortement Mon nom est difficile à prononcer et tout le monde l'estropie. estropier un texte

estropier


Participe passé: estropié
Gérondif: estropiant

Indicatif présent
j'estropie
tu estropies
il/elle estropie
nous estropions
vous estropiez
ils/elles estropient
Passé simple
j'estropiai
tu estropias
il/elle estropia
nous estropiâmes
vous estropiâtes
ils/elles estropièrent
Imparfait
j'estropiais
tu estropiais
il/elle estropiait
nous estropiions
vous estropiiez
ils/elles estropiaient
Futur
j'estropierai
tu estropieras
il/elle estropiera
nous estropierons
vous estropierez
ils/elles estropieront
Conditionnel présent
j'estropierais
tu estropierais
il/elle estropierait
nous estropierions
vous estropieriez
ils/elles estropieraient
Subjonctif imparfait
j'estropiasse
tu estropiasses
il/elle estropiât
nous estropiassions
vous estropiassiez
ils/elles estropiassent
Subjonctif présent
j'estropie
tu estropies
il/elle estropie
nous estropiions
vous estropiiez
ils/elles estropient
Impératif
estropie (tu)
estropions (nous)
estropiez (vous)
Plus-que-parfait
j'avais estropié
tu avais estropié
il/elle avait estropié
nous avions estropié
vous aviez estropié
ils/elles avaient estropié
Futur antérieur
j'aurai estropié
tu auras estropié
il/elle aura estropié
nous aurons estropié
vous aurez estropié
ils/elles auront estropié
Passé composé
j'ai estropié
tu as estropié
il/elle a estropié
nous avons estropié
vous avez estropié
ils/elles ont estropié
Conditionnel passé
j'aurais estropié
tu aurais estropié
il/elle aurait estropié
nous aurions estropié
vous auriez estropié
ils/elles auraient estropié
Passé antérieur
j'eus estropié
tu eus estropié
il/elle eut estropié
nous eûmes estropié
vous eûtes estropié
ils/elles eurent estropié
Subjonctif passé
j'aie estropié
tu aies estropié
il/elle ait estropié
nous ayons estropié
vous ayez estropié
ils/elles aient estropié
Subjonctif plus-que-parfait
j'eusse estropié
tu eusses estropié
il/elle eût estropié
nous eussions estropié
vous eussiez estropié
ils/elles eussent estropié

ESTROPIER

(è-stro-pi-é) j'estropiais, nous estropiions, vous estropiiez ; que j'estropie, que nous estropiions, que vous estropiiez v. a.
Priver de l'usage d'un membre par coups ou blessures.
Se faire estropier sur les pas des Césars [BOILEAU, Sat. VIII]
Par extension, en parlant des maladies. Un rhumatisme l'a estropié. Fig.
Chose qui ne peut être révoquée sans estropier la puissance publique [BOSSUET, Var. 10]
Estropier un nom, les mots d'une langue, les défigurer en prononçant ou en écrivant.
Ils prennent par où ils peuvent les termes de l'art qu'ils attrapent, et ne manquent jamais de les estropier et de les mettre hors de place [MOL., Critique, sc. 6]
Le marquis : Tiens, ce que les Anglais ont de mieux, c'est qu'ils parlent français, encore ils l'estropient. - Le baron : Et nous l'estropions nous-mêmes pour la plupart [BOISSY, Français à Lond. sc. 1]
Ribaudier en personne Estropiait alors un discours en latin [VOLT., 3 emper.]
Estropier une pensée, un passage, en altérer le sens, l'expression.
Va, va-t'en faire amende honorable au Parnasse D'avoir fait à tes vers estropier Horace [MOL., Fem. sav. III, 5]
Certains passages de Dictys de Crète que Scaliger avait estropiés [VOLT., Goût.]
Voltaire dans ses derniers jours ne pouvait voir sans un véritable chagrin qu'on se permît ainsi d'estropier nos belles tragédies [MARMONTEL, Élém. littér. t. IX, p. 53, dans POUGENS]
Estropier un vers, en altérer la mesure. Estropier une sonate, une chanson, la jouer mal, la chanter mal.
Terme de peinture. Estropier une figure, n'en pas observer les proportions.
S'estropier, v. réfl.
Quoi ! ces dieux qui s'estropient les uns les autres [FONTEN., Dial. Ésope, Homère.]
Fig.
Voulant se redresser, soi-même on s'estropie, Et d'un original on fait une copie [BOILEAU, Épît. IX]

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    Subjuguez par ung petit homme estropié [RAB., Pant. IV, Nouv. prol.]
    En une battaille, dix mill' hommes sont stropiez ou tuez [MONT., III, 23]
    On a attaché l'honneur à couper bras et jambes, à estropier l'un, à tuer l'autre [LANOUE, 246]
    Les armes d'aujourd'hui sont si griefves, qu'un gentilhomme, à trente et cinq ans, est tout estropié des espaules, d'un tel fardeau [ID., 286]
    Estropié de quelques coups et mesmes de l'honneur [D'AUB., Hist. I, 188]
    Infinis lieux y sont [dans le texte] desesperéement estropiez et mutilez [AMYOT, Moral. Épît. p. 15]

ÉTYMOLOGIE

  • Espagn. et portug. estropear ; ital. stroppiare, storpiare, estropier, stroppio, obstacle, empêchement. Origine inconnue. Diez propose par conjecture le latin ex-torpidare, rendre roide, engourdi. Muratori fait mention de turpis, laid. Tout cela est incertain. Estropier est récent et venu de l'italien.

estropier

ESTROPIER. v. tr. Priver de l'usage d'un membre, soit par une blessure, soit par quelque coup, soit par une maladie. Il a reçu dans le bras, dans le genou un coup de feu qui l'a estropié. Une paralysie l'a cruellement estropié. Substantivement, Un estropié, une estropiée.

Fig., Estropier un passage, une pensée, un exemple, une citation, etc., En retrancher une partie, dont la suppression altère le sens. Estropier un vers, Le dire de telle façon que le rythme disparaît.

Fig. et fam., Estropier un nom propre, Le défigurer en le prononçant ou en l'écrivant. On dit dans le même sens Estropier les mots d'une langue.

estropier


*ESTROPIER, v. act. [Èstropi-é: 1re è moy. dern. é fer.] Casser un brâs, ou une jambe, en sorte qu'on ne puisse s'en servir. Ôter par une blessûre l'usage d'un membre. — On le dit par extension des maladies. "Une paralysie l'a estropié. = On dit figurément, en Peintûre et en Sculptûre, estropier une figûre, n'y pas observer les proportions. — Estropier un passage, une pensée; en ôter quelque chôse, qui en altère le sens.

Synonymes et Contraires

estropier

verbe estropier
Déformer un mot, etc.
Traductions

estropier

verminken, invalide/kreupel maken, verdraaien [taal], misvormen, verlammen

estropier

lemlæste

estropier

lemlästa

estropier

[ɛstʀɔpje] vt [+ personne] → to cripple, to maim