étoupe

(Mot repris de etoupe)

étoupe

n.f. [ lat. stuppa ]
Déchet produit lors du peignage du lin ou du chanvre et utilisé pour calfater ; filasse.

étoupe

(etup)
nom féminin
fibre textile rendre un joint étanche avec de l'étoupe

ÉTOUPE

(é-tou-p') s. f.
La partie la plus grossière de la filasse. Étoupe de chanvre, de lin. Boucher avec de l'étoupe.
Et l'étoupe enflammée et la poix odorante D'une lente fumée exhalent la vapeur [DELILLE, Énéide, V]
Fig. Mettre le feu aux étoupes, exciter à la sédition, aux querelles, aux procès, à faire l'amour, à satisfaire quelque passion emportée.
Je la regardais quelquefois du coin de l'œil, d'une manière qui mettait le feu aux étoupes ; car le jeu commençait à me plaire [LESAGE, Gil Blas, II, 2]
Cette fausse dévote, vrai suppôt de Satan, mit le feu aux étoupes en parlant sans cesse à la dame de l'amour et de la persévérance du Génois [ID., Guzm. d'Alf. I, 3]
On dit dans le même sens, le feu prend aux étoupes.
Terme de marine. Produit de la décomposition de vieux cordages dont on détord les torons et filets. Étoupe noire, celle qui résulte des cordages goudronnés.
Terme de botanique. Substance filamenteuse et compacte que l'on trouve au collet ou dans le fruit de certaines plantes.

HISTORIQUE

  • XVe s.
    Regardez et entendez que monseigneur m'escrit.... Si m'aïst Dieu et les saints, il n'en fera rien ; il aura en bref temps autres estoupes en sa quenouille ; de ce que fol pense assez remaint [reste] [FROISS., III, IV, 17]
  • XVIe s.
    Cela n'estoit que mettre le feu auprès des estoupes [DESPER., Contes, VI]
    Ils avoient porté force estouppe et souffre, avec grande quantité d'argent en la maison de Cethegus [AMYOT, Cicéron, 21]

ÉTYMOLOGIE

  • Wallon, sitop, stop ; provenç. estopa, stopa ; espagn. estopa ; ital. stoppa ; du latin stuppa, étoupe, en grec, le terme correspond à la partie de l'écorce du chanvre la plus voisine du tronc, et provient d'un mot se traduisant par tronc, en latin stipes (voy. ÉTEULE).

étoupe

ÉTOUPE. n. f. La partie la plus grossière de la filasse. Étoupe de chanvre. Étoupe de lin. Paquet d'étoupe. Fil d'étoupe. Toile d'étoupe. Boucher avec de l'étoupe.

Fig. et fam., Mettre le feu aux étoupes, Déterminer tout à coup quelque mouvement impétueux, comme la colère, un amour violent, etc. Quand les esprits sont aigris, il faut peu de chose pour mettre le feu aux étoupes. On dit dans un sens analogue Le feu prend aux étoupes.

étoupe


ÉTOUPE, s. f. ÉTOUPER, v. act. [É-tou-pe, : 1re é fer. 3e e muet au 1er, é fer. au second.] Étoupe est la partie la plus grossière du chanvre ou du lin. Étouper, c'est boucher avec de l' étoupe, ou quelque autre chôse semblable. "Étouper les fentes d'un tonneau. "Étouper les oreilles, etc. = On dit, en style figuré famil. mettre le feu aux étoupes, exciter à la vengeance~, à la révolte; le feu est aux étoupes; les esprits sont échaufés.

Traductions

étoupe

oakum

étoupe

rive

étoupe

estopa

étoupe

[etup] nftow