examinateur, trice

EXAMINATEUR, TRICE

(è-gza-mi-na-teur, tri-s') s. m. et f.
Celui, celle qui examine.
On a des examinateurs à proportion qu'on est élevé [SAINT-ÉVREMOND, dans RICHELET]
Ô fâcheux examen d'un mystère fatal Où l'examinateur souffre seul tout le mal [MOL., Éc. des f. II, 6]
Tous ces sages du paganisme, tous ces examinateurs curieux de la nature et des choses du monde [NICOLE, Essais, t. IX, p. 208, dans POUGENS]
Ces curieux examinateurs des coutumes reçues [PASC., Pensées, t. I, p. 257, éd. Lahure.]
Il faudrait voir les originaux et attendre qu'un grand nombre de savants eût fait cette étude à fond [ancienneté de la Chine], afin que par le grand nombre d'examinateurs la chose pût être pleinement éclaircie [FÉN., t. XIX, p. 151]
Celui, celle qui a pour fonction de faire subir les examens aux candidats pour des grades ou des fonctions. Examinatrice pour l'instruction primaire. Adj. Dames examinatrices, dames chargées de faire subir l'examen aux personnes qui postulent les places de maîtresses de pensions, d'institutrices, de directrices de salles d'asile, etc.

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    Les noms des six jurez examineus sont teil.... [, Liv. des mét. 420]
  • XIVe s.
    Auditeurs, seelleurs, examinateurs [, Ord. des rois de Fr. t. I, p. 467]
  • XVIe s.
    Il faut estre bien aspre et severe examinateur et contrerolleur de ce qui aura esté dit quant à l'usage et à la verité [AMYOT, Comm. il faut ouïr, 11]

ÉTYMOLOGIE

  • Lat. examinatorem, de examinare, examiner.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

  • EXAMINATEUR. - HIST. Ajoutez :
  • XVe s.
    Lequel Phelippe interrogué par ledit examinateur... [, Lettres de rémission, dans Romania, avril 1874, p. 235]