expédié, ée

EXPÉDIÉ, ÉE

(èk-spé-di-é, ée) part. passé.
Transmis par un moyen de transport. Un ballot expédié par le roulage.
Terminé promptement. Une affaire expédiée à la hâte. De qui on a réglé le compte, l'affaire.
Voilà douze artistes expédiés en douze pages [DIDEROT, Salon de 1767, Œuvres, t. XIV, p. 288, dans POUGENS.]
Mis à mal, perdu, tué.
Les assassins s'étaient sauvés, ne doutant pas qu'il ne fût expédié [HAMILT., Gramm. 11]
Dans l'esprit de Florise il est expédié [GRESSET, Méchant, V, 1]
Mis au net, copié.
À la fin mon père envoya chercher ses provisions de grand écuyer ; elles n'étaient pas, disait-on, expédiées [SAINT-SIMON, 8, 103]
S. f. Expédiée, genre d'écriture courante.