expectant, ante

EXPECTANT, ANTE

(èk-spè-ktan, ktan-t') adj.
Qui attend. Médecine expectante, celle qui, attendant que la nature agisse par elle-même, emploie des moyens peu actifs. Par extension. Méthode expectante, règle de conduite par laquelle on se comporte comme la médecine expectante.
Elle [la science sociale] a pris une excellente attitude, en recommandant aux gouvernements la méthode expectante, le respect des phénomènes spontanés, le laisser faire [M. ROULLEAUX, Fragm. économiques, p. 221]
Les grandes puissances sont dans une attitude expectante, elles attendent les événements pour se décider.
Qui est dans l'attente d'une place, d'un emploi, d'un payement, etc.
Le capital qui sera liquidé appartiendra aux personnes jouissantes ou expectantes qui y auront droit, [, Décret du 23 floréal an II, Rapport de CAMBON, p. 100]
S. m. Celui qui doit avoir la première place vacante.
Après quelques années de pratique, il fut reçu expectant à l'Hôtel-Dieu [FONTEN., Morin.]
Terme de jardinage. Œil expectant (voy. LATENT).

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    Quand l'ung des dits conjoints va de vie à trepas, delaissant enfant ou enfans ; aux dits enfans appartiennent les heritages en fond et proprieté expectant ; et au survivant le viage et usufruit seulement, sa vie durant [, Nouv. coust. gén. t. I, p. 442]

ÉTYMOLOGIE

  • Lat. exspectans, de exspectare, attendre, de ex, et spectare, regarder (voy. SPECTACLE).