expert, perte

EXPERT, PERTE

(èk-spêr, spèr-t') adj.
Qui a, par l'expérience, acquis une grande habileté dans un métier, dans quelque chose.
De ses mains à vaincre expertes Étouffant le serpent trompeur [RÉGNIER, Hymne.]
Elle est experte au fait dont il s'agit [LA FONT., Comm. l'esprit.]
Les assaillants.... Étaient les plus experts en l'art de massacrer [ID., Fiancée.]
Voilà le moyen de les engager à se rendre experts en leur art [PASC., Prov. 8]
Le nocher dans son art s'instruit pendant l'orage ; Il n'y devient expert qu'après plus d'un naufrage [PIR., Métrom. v, 2]
Le cœur est expert en tromperies [CHATEAUBR., Génie, I, v, 14]
Substantivement.
Et jusques au manger et au boire, nous n'oserons plus rien trouver de bon, sans le congé de messieurs les experts [MOL., Critique, 7]
Il renferme toujours son conte en quatre vers : Bien ou mal, je le laisse à juger aux experts [LA FONT., Fabl. VI, 1]
S. m.Terme de jurisprudence. Nom donné à des hommes qui, ayant la connaissance acquise de certaines choses, sont commis pour les vérifier et pour en décider. S'en rapporter au dire des experts. À dire d'experts, suivant le dire des experts. L'affaire sera décidée à dire d'experts. Fig. À dire d'experts, sans réserve ; locution qui vient de ce que le dire des experts est définitif et sans réserve.
Pendant la fermentation calomnier à dire d'experts [BEAUMARCH., Barb. de Sév. II, 8]

REMARQUE

  • On dit expert en, dans et à. Avec un infinitif, on dit expert à.

SYNONYME

  • EXPÉRIMENTÉ, EXPERT. Ces deux mots ont même radical, le latin experiri, éprouver. Mais le premier signifie celui qui a de l'expérience, à qui les choses sont connues par un long usage ; le second signifie celui qui a acquis, par l'usage aussi, non pas une connaissance générale, mais une habileté spéciale. Un homme est expérimenté dans les affaires ; mais il est expert dans son métier. Ce chirurgien, très expérimenté, est expert à traiter les maladies des voies urinaires.

HISTORIQUE

  • XIVe s.
    Conoisans et espers en fait de monoyes [, Ordonn. des rois de Fr. I, p. 770]
    Les consuls expert et savant du debat et des dissencions [BERCHEURE, f° 42]
  • XVe s.
    À conseiller sont ces Galois expers, Mais ne scevent leurs consaulx exploiter [E. DESCHAMPS, Conseils des François.]
  • XVIe s.
    Chasque expert doibt estre creu en son art [MONT., II, 286]

ÉTYMOLOGIE

  • Bourguign. expar ; provenç. expert, espert ; espagn. experto ; ital. sperto ; du lat. expertus, qui a éprouvé, part. passé d'experiri, de ex, et d'un radical inusité periri, qui est dans periculum, péril (voy. ce mot), et dans peritus, habile.