extraordinaire

extraordinaire

adj.
1. Qui sort de l'usage ordinaire ; inhabituel : Une réunion extraordinaire
2. Qui étonne par sa bizarrerie : « C'est un jardin extraordinaire / Il y a des canards qui parlent anglais » [Charles Trenet]
3. Hors du commun : C'est une femme extraordinaire
exceptionnel, remarquable ; falot, quelconque : Ce film est vraiment extraordinaire
4. Très grand, intense, immense : L'extraordinaire richesse de la faune et de la flore d'un pays
Par extraordinaire,
par une éventualité peu probable : Si, par extraordinaire, un incident devait se produire, j'interviendrais

EXTRAORDINAIRE

(èk-stror-di-nê-r'. La prononciation où l'a est nul est encore la plus usitée ; mais l'écriture commence à l'emporter sur l'usage ; plusieurs disent èk-stra-or-di-nê-r', faisant sentir l'a ; prononciation qu'on trouve dans l'Irato de Méhul : Non jamais sur terre On n'aura goûté De félicité Plus extraordinaire ; il y a une note pour a. Marg. Buffet, Observ. p. 49, note, de son temps, comme prononciation vicieuse extreordinaire et extraordinaire) adj.
Qui n'est pas selon l'ordinaire, selon l'ordre. Séance extraordinaire. Action extraordinaire. Événement extraordinaire.
Dieu, qui fait tout en son temps, avait choisi celui-ci pour faire cesser les voies extraordinaires, c'est-à-dire les prophéties [BOSSUET, Hist. II, 4]
Il n'est pas inouï de voir des États hypothéquer leurs fonds pendant la paix même, et employer, pour se ruiner, des moyens qu'ils appellent extraordinaires et qui le sont si fort que le fils de famille le plus dérangé les imagine à peine [MONTESQ., Esp. XIII, 17]
Dépense extraordinaire, dépense qui excède celle que l'on fait ordinairement, ou dépense imprévue que l'on fait en sus de celle qu'on s'était proposé de faire. Conseiller d'État en service extraordinaire, conseiller d'État qui n'a pas de traitement et qui ne remplit pas de fonctions au conseil. Ambassadeur extraordinaire, envoyé extraordinaire, celui qu'un gouvernement envoie en certains cas particuliers. Affaires extraordinaires, se disait, sous l'ancienne monarchie, des ressources financières qu'on se créait en dehors du produit des impôts.
Sous l'administration du grand Colbert, les revenus ordinaires de la couronne n'allaient qu'à cent dix-sept millions, à vingt-sept livres, et puis à vingt-huit livres le marc d'argent ; tout le surplus [des dépenses] fut toujours fourni en affaires extraordinaires [VOLT., Louis XIV, 30]
Aujourd'hui, budget extraordinaire, partie du budget qui comprend les dépenses non obligatoires, et auxquelles on fait face par des ressources extraordinaires. Autrefois, procédure extraordinaire, la procédure criminelle, par opposition à la procédure civile. Juger à l'extraordinaire, juger au criminel. Question extraordinaire, voy. QUESTION.
Singulier, rare, peu commun. Un génie extraordinaire. Un homme extraordinaire. Il est d'une laideur, d'une avarice extraordinaire.
Étrange, bizarre, choquant. Langage, habit extraordinaire. Avoir l'air extraordinaire.
S. m. Chose qui se fait contre l'ordinaire. C'est pour lui un extraordinaire que de boire du vin.
L'extraordinaire est une action qui arrive à la vérité moins souvent que sa contraire, mais qui ne laisse pas d'avoir sa probabilité assez aisée pour n'aller point jusqu'au miracle [CORN., 2e disc. trag.]
Cet extraordinaire que l'on voyait dans les institutions de la Grèce, nous l'avons vu dans la corruption de nos temps modernes [MONTESQ., Esp. IV, 6]
Le goût de l'extraordinaire est le caractère de la médiocrité [DIDEROT, Salon de 1765, Œuv. t. XIII, p. 108, dans POUGENS]
D'extraordinaire, en surplus, non attendu.
Vingt personnes d'extraordinaire à table [SÉV., 430]
Dans les comptes, ce qui est outre la dépense ordinaire, fonds pour y faire face. L'extraordinaire monte à tant. L'extraordinaire est complétement dépensé.
Anciennement. L'extraordinaire des guerres, ou de la guerre, et, absolument, l'extraordinaire, fonds destiné aux dépenses de la guerre.
M. de Louvois, dont un des fils avait appris de lui [Rolle] les éléments de mathématiques, lui donna au bureau de l'extraordinaire des guerres une seconde place qui valait mieux que celle de l'Académie, et pouvait le mener plus loin [FONTEN., Rolle.]
La Tourane et Sauvion, trésoriers de l'extraordinaire des guerres, culbutèrent et firent banqueroute [SAINT-SIMON, 92, 214]
Chamillart chassa d'autorité, pour friponnerie, un principal commis de l'extraordinaire de la guerre, résidant en Flandre [ID., 199, 147]
Trésorier extraordinaire des guerres, employé supérieur des finances qui prenait immédiatement ses fonds au trésor royal pour les dépenses de la guerre.
Nom donné autrefois à un supplément de la gazette, qui contenait les nouvelles étrangères.
En matière ecclésiastique, autorité placée en dehors de celle du diocésain.
M. le Preux peut confesser celles qui ont coutume de s'y confesser à l'ordinaire ou à l'extraordinaire [BOSSUET, Lett. abb. 58]
Terme d'ancienne jurisprudence. Casuel d'une seigneurie.

HISTORIQUE

  • XIVe s.
    Les poursuites des crimes sont appellées extraordinaires, parce qu'on n'y observe les anciennes formes [BOUTILIER, Somme rural, p. p. 184, dans LACURNE]
  • XVIe s.
    Il faudroit une extraordinaire valeur aux ennemis, ou une grande lascheté aux nostres pour perdre la bataille [LANOUE, 427]
    La cour advertie de telle venue, accompagnée de mille lances d'extraordinaire, s'avance à Orleans [D'AUB., Hist. I, 101]
    Je vis du jour à la journée, et me contente d'avoir de quoy suffire aux besoins presents et ordinaires ; aux extraordinaires toutes les provisions du monde n'y sçauroient baster [MONT., I, 317]

ÉTYMOLOGIE

  • Provenç. extraordinari ; espagn. extraordinario ; ital. straordinario ; du lat. extra ordinarius, de extra, hors, et ordo, ordinis, ordre.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    EXTRAORDINAIRE. Ajoutez :
    10° Ancien terme de théâtre. Jouer à l'extraordinaire, doubler le prix de certaines places.
    Une ordonnance de police de l'an 1609 avait défendu aux comédiens de prendre plus de cinq sous au parterre et dix sous aux loges et galeries, sauf les cas où, ayant à représenter des pièces pour lesquelles il conviendrait de faire plus de frais, il y serait pourvu exceptionnellement sur leur requête ; les comédiens ne se faisaient pas faute de profiter de cette latitude, et, dès qu'une pièce était supposée devoir attirer la foule, ils jouaient à l'extraordinaire [J. LOISELEUR, le Temps, 31 oct. 1876, 3e page, 4e col.]

extraordinaire

EXTRAORDINAIRE. adj. des deux genres. Qui n'est pas selon l'usage ordinaire, selon l'ordre commun, qui est au-dessus de l'ordinaire. Séance, audience extraordinaire. Par voie extraordinaire. Employer des moyens extraordinaires. C'est une chose bien extraordinaire. Un événement extraordinaire. Il n'y a rien d'extraordinaire à cela. Budget extraordinaire. Dépenses extraordinaires.

Ambassadeur extraordinaire, envoyé extraordinaire, Celui qu'un gouvernement envoie pour traiter et négocier quelque affaire particulière et importante, ou seulement à l'occasion de quelque cérémonie.

Conseiller d'État en service extraordinaire, Conseiller d'État qui ne remplit pas les fonctions ordinaires au conseil et ne touche pas le traitement de conseiller, mais qui représente dans les débats un service public.

Procédure extraordinaire s'est dit autrefois de la Procédure criminelle, par opposition à la Procédure civile. On disait comme nom, dans un sens analogue, Juger à l'extraordinaire, Juger au criminel.

Question extraordinaire se disait de la Torture la plus rude qu'on faisait souffrir à un accusé pour lui arracher quelque aveu. Il fut mis à la question ordinaire et extraordinaire.

Il signifie aussi Qui est singulier, rare, peu commun. Un mérite extraordinaire. Un génie extraordinaire. Un homme extraordinaire dans son art. Une mémoire extraordinaire.

Il signifie souvent en mauvaise part Qui choque par sa bizarrerie, son extravagance. Voilà un personnage bien extraordinaire. Visage extraordinaire. Manières extraordinaires. Quel langage extraordinaire! Propositions extraordinaires. Coiffure extraordinaire. Costume extraordinaire.

Il est aussi nom masculin et signifie Ce qui dépasse l'ordinaire, ce qui est au-dessus de l'ordinaire. Il a le goût de l'extraordinaire.

Il signifie particulièrement, dans les Comptes, Ce qui est en dehors de la dépense ordinaire. L'extraordinaire monte à tant.

L'extraordinaire des guerres ou de la guerre, Fonds que l'on constituait autrefois pour payer la dépense extraordinaire de la guerre. Trésorier de l'extraordinaire.

extraordinaire

Extraordinaire, Extraordinarius.

Festes extraordinaires et soudaines, commandées pour quelque chose survenuë, Imperatiuae feriae.

extraordinaire


EXTRAORDINAIRE, adj. EXTRAORDINAIREMENT, adv. [Èxstra-ordinère, nè-reman: 1ree moy. 5e è moy. et long, 6ee muet.] Plusieurs prononcent extraordinaire, mais mal.
   Extraordinaire; qui n'est pas suivant la pratique ordinaire. "Langage, habit extraordinaire. = Qui a quelque chôse de plus que l'ordinaire. Dépense extraordinaire. "Accident extraordinaire. = Singulier, qui n'est pas comun, soit en bien, soit en mal: mérite, génie, mémoire extraordinaire. "Avarice, laideur extraordinaire = Ridicule, bisarre, extravagant. "Coifûre extraordinaire; manières extraordinaires. — Il se dit des persones, en ce sens; c'est un homme fort extraordinaire. Cependant quand on ajoute dans sa profession, ou quelque chôse de semblable, il se prend en bonne part, pour une persone d'un grand mérite.
   REM. 1°: Extraordinaire, n'est, généralement parlant, bien placé qu'après le substantif. On peut pâsser à Mme de Sévigné, de dire dans une lettre: "La vie de cet homme est une extraordinaire chôse; et âilleurs; je vous avoûe, que j'ai une extraordinaire envie de savoir de vos nouvelles: mais ordinairement on doit dire, chôse extraordinaire, envie extraordinaire.
   2°. On dit bien, substantivement: c'est un extraordinaire pour lui que de boire du vin, de prendre du café. "Il done tant par repas, et quand il y a de l'extraordinaire~, il le paye. Mais le dit-on au pluriel, comme par exemple dans cette phrâse: les Arabes ne font pas de plus grands extraordinaires? Je n' ose ni le condamner, ni l'aprouver. Il se dit ordinairement au singulier. "Vous soupez aujourd'hui, vous mangez du gibier, vous faites un extraordinaire.
   3°. Rollin fait régir à extraordinaire le datif, comme à ordinaire. "Démosthène et Phocion se trouvèrent d'avis diférens, ce qui ne leur était pas extraordinaire. — Je pense qu'il eût été mieux de suprimer leur, et de dire, ce qui n'était pas extraordinaire.
   EXTRAORDINAIREMENT, d'une façon extraordinaire, bisârre. "Elle est coifée extraordinairement. = Extrêmement. "Extraordinairement riche, puissant, etc.

Traductions

extraordinaire

außerordentlich, außergewöhnlichextraordinary, formidable, fantastic, eccentric, exceptional, unusualbuitengewoon, bijzonder, eigenaardig, enorm, niet alledaags, ontzettend, vreemd, enig, extraבלתי רגיל (ת), חורג (ת), יוצא מן הכלל, עצום (ת), עתק (ת), בִּלְתִּי רָגִיל, חוֹרֵג, יוֹצֵא מִן הַכְּלָלextraordinarieksterordinaraextraordinariostraordinario, eccezionale, insolito, strabiliantenadzwyczajny, niezwykłyextraordinárioutomordentlig, synnerligнеобыкновенный, выдающийсяاِسْتِثْنَائِيّmimořádnýekstraordinærέκτακτοςerikoislaatuinenizvanredan異常な비범한usedvanligผิดธรรมดาolağanüstüphi thường非凡的 (ɛkstʀaɔʀdinɛʀ)
adjectif
1. qui étonne une aventure extraordinaire
2. remarquable un courage extraordinaire

extraordinaire

[ɛkstʀaɔʀdinɛʀ] adj
(= hors du commun) → extraordinary
par un hasard extraordinaire → by an extraordinary coincidence
ambassadeur extraordinaire → ambassador extraordinary
assemblée extraordinaire → extraordinary meeting
(POLITIQUE, ADMINISTRATION)special