fécial

FÉCIAL

(fé-si-al) s. m.
Terme d'antiquité romaine. Nom donné à des prêtres de Jupiter italique, institués à Rome, suivant la tradition, par Numa ou par Ancus Martius, qui jouaient un grand rôle dans les rapports internationaux et dans la conclusion des traités de paix. C'étaient eux qui, dans les querelles que Rome avait avec ses voisins, étaient d'abord envoyés pour demander satisfaction, et puis, en cas de refus, déclaraient la guerre.
Lorsqu'il s'agit de déclarer la guerre à Philippe et à Antiochus, on consulta les féciaux pour savoir s'il fallait la leur dénoncer à eux-mêmes en personne, ou s'il suffirait de le faire à la première place de leur obéissance [ROLLIN, Hist. anc. Œuv. t. XI, 1re part. p. 300, dans POUGENS.]
Adj. Qui appartient aux féciaux. Le droit fécial.

HISTORIQUE

  • XIVe s.
    Fecial prestre estoient certains prestres solempnelz qui estoient par especial ordenez à fere et afermer les aliances [BERCHEURE, f° 2, verso.]

ÉTYMOLOGIE

  • Lat. fecialis ou fetialis. Varron le rattache à fides ; mais, philologiquement, cela est difficile à admettre.

fécial

FÉCIAL. s. m. T. d'Antiq. romaine. Nom de chacun des prêtres ou hérauts dont la fonction principale était d'intervenir dans les déclarations de guerre et dans les traités de paix et d'alliance, et de consacrer ces actes publics par des formalités religieuses. Les féciaux étaient sacrés et inviolables. Le collége des féciaux.