féer

FÉER

(fé-é) v. a.
Douer de propriétés magiques. Les vieux contes disent souvent : Je vous fée et refée.
Mais qu'au combat où rien ne sert armure, Où rien ne sert qu'on ait féé la peau.... [DESHOUL., Rondeau redoublé au duc de St-Aignan]

HISTORIQUE

  • XIIe s.
    Atant es vous Auberon le faé [, Huon de Bordeaux, v. 3855]
  • XIIIe s.
    Moult ont Jason entr'eus loé ; Bien dient tous qu'il est faé [DU CANGE, fadus.]
  • XVIe s.
    Son mast, de male fortune, toucha un peu on [au] fust de la masse de Loupgarou, qui estoit pheée [RAB., Pant. II, 19]

ÉTYMOLOGIE

  • Fée ; provenç. fadar, faidar ; espagn. hadar ; portug. fadar ; ital. fatare.

féer

FÉER. v. tr. Douer d'un pouvoir magique. Le participe passé FÉÉ, ÉE, se dit d'un Objet qui a reçu un pouvoir magique. Les bottes du Petit Poucet étaient féées. Le balai était féé. Il est très vieux.

féer


FÉER, v. act. FÉERIE, s. f. Le verbe est vieux, et il n'a d'usage que dans les vieux Contes des Fées: "Je te fée et refée; je t' enchante et réenchante. = Féerie, l'art des Fées, enchantement. "Cela me semble n'avoir pu se faire que par Féerie. Voit. Il n'est que du style badin. — On a dit anciènement faérie.

Traductions

féer

feien