féminin, ine

FÉMININ, INE

(fé-mi-nin, ni-n') adj.
Qui appartient au sexe caractérisé physiologiquement par l'ovaire chez les animaux et chez les plantes. Sexe féminin.
Qui appartient aux femmes ou leur est propre.
Voyant les défauts du féminin ouvrage [de la femme] [RÉGNIER, Sat. VII]
Et ce sont vrais Satans dont la gueule altérée De l'honneur féminin cherche à faire curée [MOL., Éc. des f. III, 1]
La police féminine y triomphe [MAINTENON, Lett. à d'Aubigné, 14 mai 1682]
Abusé fut par le malin esprit, Qu'il épousa sous féminin visage [LA FONT., XIV]
J'admire les ressorts de l'esprit féminin, Quand il est agité de l'amoureux lutin [REGNARD, Fol. amour. II, 10]
Il est certain qu'en général votre espèce féminine va plus loin que la nôtre [VOLT., Lett. Mme du Deffant, 4 mai 1772]
Qui tient de la femme. Cet homme a un visage féminin.
Terme de grammaire. Noms féminins, noms qui représentent les êtres femelles, ou ceux qui sont considérés comme tels. Genre féminin, genre attribué à ces noms. Adjectif féminin, pronom féminin, celui qui a la forme affectée à ce genre. Terminaison féminine, celle que forme l'e muet. Dans le même sens, vers féminin, rime féminine. S. m. Le féminin, le genre féminin. Bon fait bonne au féminin. Le féminin réel, le féminin attribué à ce qui est véritablement femelle ; le féminin de convention, le féminin attribué à des objets qui, par eux-mêmes, n'ont aucun genre.

HISTORIQUE

  • XIIe s.
    E à la pense [pensee] feminine [elle] avoit mis coraige de masle [, Machab. II, 7]
  • XIIIe s.
    Et si li hom a esté nouris en liu de feme, il sera en aucune cose feminins [, Hist. litt. de la Fr. t. XXIII, p. 720]
  • XIVe s.
    Fuir choses penibles et laborieuses, ce est une molesce et vient de feminin et de chetif courage [ORESME, Eth. 83]
  • XVe s.
    Port femenin en corps bien fait et gent.... De ces grands biens est ma dame garnie [CH. D'ORL., Bal. 9]
    Qui les meut à ce ? j'imagine (Sans l'honneur des dames blasmer), Que c'est nature feminine Que tous vivans veulent aymer [VILLON, La belle Heaulmière, l'auteur.]
  • XVIe s.
    Cueur femenin se mue et prent secours, Comme la lune estant en son descours [J. MAROT, p. 229]
    En rimes toutes feminines [YVER, p. 627]
    Ainsi despitant le feminin genre, notre Claribel chevauche l'espace de trois journées [ID., p. 641]

ÉTYMOLOGIE

  • Bourguign. femignin ; génev. fémelin, frêle, délicat ; provenç. femenin, feminin ; catal. femeni ; espagn. femenino ; ital. femminino ; du lat. femininus, de femina, femme. Dans l'ancien français on disait aussi femelin.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    FÉMININ.
    Ajoutez :
  • S. m. Le féminin, ce qui est propre aux femmes.
    C'est un visage exquis, très régulier, du plus pur ovale, avec des yeux d'un brun foncé et respirant toutes les suavités de l'éternel féminin [H. BLAZE DE BURY, Rev. des Deux-Mondes, 15 mars 1877, p. 249]