faculté

(Mot repris de faculte)

faculté

n.f. [ lat. facultas, de facere, faire ]
1. Aptitude, capacité physique, morale ou intellectuelle de faire ou d'éprouver qqch : La faculté de courir, de choisir.
2. Droit de faire qqch : Il a la faculté de tout vendre latitude, liberté ; interdiction, obligation
3. Anc. Nom des établissements d'enseignement supérieur, remplacés auj. par les universités (abrév. fam. fac) : La faculté de lettres.
4. Au Canada, unité d'enseignement et de recherche d'une université.
La faculté de médecine ou la Faculté,
Vieilli les médecins : La Faculté lui a interdit le tabac.

facultés

n.f. pl.
Aptitudes d'une personne, en partic. intellectuelles : Ses facultés commencent à baisser lucidité, raison
Ne pas avoir ou ne pas jouir de toutes ses facultés,
être un peu diminué intellectuellement.

FACULTÉ

(fa-kul-té) s. f.
Moyen, pouvoir, droit de faire quelque chose. Je n'ai pas la faculté de délibérer. Si tu veux sortir, en as-tu la faculté ? Je t'en laisse la faculté. La loi interdit aux mineurs la faculté de disposer de leurs biens. La faculté d'un légat, ses pouvoirs.
Puissance physique ou morale, fonction du corps ou de l'esprit.
Avec la faculté de se mouvoir [BOSSUET, III, Vêture, 3]
Toutes les facultés de l'âme se réduisent à sentir et penser ; nos plaisirs consistent à aimer et connaître [DUCLOS, Consid. mœurs, ch. II]
Le caractère qui le distingue des autres phoques est le capuchon d'une peau épaisse et velue qu'il a sur le front et qu'on appelle cache-museau, parce que l'animal a la faculté d'abattre cette peau sur ses yeux, pour se garantir des tourbillons de sable et de neige que le vent chasse trop impétueusement [BUFF., Quadrup. t. XI, p. 162, dans POUGENS]
Ils [les animaux] n'ont ni l'esprit ni l'entendement ni la mémoire comme nous l'avons, parce qu'ils n'ont pas la puissance de comparer leurs sensations et que ces trois facultés de notre âme dépendent de cette puissance [ID., Disc. nat. des anim. Œuv. t. v, p. 315]
La faculté de sentir est bornée comme le sont toutes les facultés de notre être [BONNET, Essai anal. âme.]
Quoiqu'il [Colomb] n'eût que cinquante-neuf ans, ses forces physiques étaient très affaiblies, mais ses facultés morales n'avaient rien perdu de leur énergie [RAYNAL, Hist. phil. VI, 7]
De toutes mes facultés la plus puissante c'est la faculté de souffrir [STAËL, Corinne, IV, 6]
Par extension, vertu d'une substance, pouvoir. L'aimant a la faculté d'attirer le fer.
Facilité, talent. La faculté de bien dire. Il n'avait pas les hautes facultés qu'exige un pareil emploi. Il est doué de brillantes facultés, il a de grands talents, d'heureuses aptitudes.
Au plur. Les biens, les ressources, les moyens dont on dispose. Chacun a été taxé selon ses facultés. Outrepasser ses facultés.
Terme d'économie politique. Facultés industrielles, aptitudes au travail industriel. Facultés productives, aptitudes des hommes et des agents de la nature à concourir à la production.
On peut et l'on doit dire non-seulement les facultés productives de l'homme, mais les facultés productives des capitaux [J. B. SAY, Épitomé, facultés productives.]
Corps scientifique ou littéraire chargé d'un enseignement spécial dans une université, Il y avait autrefois quatre facultés, la faculté de théologie, celle de droit, celle de médecine et celle des arts.
Les animaux ont-ils des universités ? Voit-on fleurir chez eux les quatre facultés ? Y voit-on des savants en droit et médecine Endosser l'écarlate et se fourrer d'hermine ? [BOILEAU, Sat. VIII]
Comme un recteur suivi des quatre facultés [ID., Sat. III]
Depuis l'invention de l'imprimerie, la faculté de Paris s'est arrogé le droit de dire son avis en mauvais latin sur les livres qui lui déplaisent [VOLT., Trois emp. en Sorbonne.]
La première opération de la faculté de théologie avait été d'extraire de mon livre les propositions condamnables [MARMONTEL, Mém. VII]
Depuis la création de l'université impériale, la faculté des arts a été divisée en deux, celle des sciences et celle des lettres, de sorte qu'il y a aujourd'hui cinq facultés. Dans l'usage commun, la faculté de médecine se nomme simplement la faculté.
Pour tout l'or du monde, il ne voudrait pas avoir guéri une personne avec d'autres remèdes que ceux que la faculté permet [MOL., Pourc. I, 7]
Il aurait beau faire et beau dire, je ne lui ordonnerais pas la moindre petite saignée, le moindre petit lavement, et je lui dirais : Crève, crève, cela t'apprendra une autre fois à te jouer de la faculté [ID., Mal. im. III, 3]
Ce n'est pas la première fois que messieurs de la faculté se sont trompés [SÉV., Lett. 24 juillet. 1691]
Dans le langage des classes, il se dit d'un genre d'exercice ou de composition. Le thème latin est sa meilleure faculté. Il a eu des prix en différentes facultés, en histoire, en vers latins, en mathématiques.

HISTORIQUE

  • XIVe s.
    Et ne souffi t pas la vie ou la faculté d'une personne à ce faire [ORESME, Eth, 287]
  • XVe s.
    Ils estoient richement vestus et estorez de toutes choses, selon leur faculté [CHRIST. DE PISAN, Charles V, I, 18]
  • XVIe s.
    Il faut colloquer les enfants non selon les facultez [richesses] de leur pere, mais selon les facultez de leur ame [MONT., I, 178]
    Et à ceste fin se presentent les facultez [pouvoirs] de tels legats à la cour de parlement, où elles sont veues, examinées, verifiées [P. PITHOU, 11]

ÉTYMOLOGIE

  • Provenç. facultat ; espagn. faculdad ; ital. facultà ; du lat. facultatem, de facilis, facile (voy. ce mot). Facultas est une forme de facilitas.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    FACULTÉ. Ajoutez :
    En termes d'assurances, assurance qui n'est pas bornée à une seule sorte de marchandises.
    Attendu que l'assurance était faite sur facultés, c'est-à-dire portant sur toute espèce de marchandises [, Gaz. des Trib. 29 déc. 1876, p. 1259, 3e col.]
    10° D'après la nouvelle loi sur l'enseignement, faculté libre, un établissement qui ne dépend pas de l'État et où l'enseignement est du même ordre que celui qu'on donne dans les facultés de droit, de médecine, des sciences ou des lettres.

faculté

FACULTÉ. n. f. Puissance physique ou morale qui rend un être capable d'agir de certaine manière, de produire certains effets. Les facultés physiques. Perdre l'usage de ses facultés. Toutes ses facultés semblaient anéanties. Les facultés de l'âme. Les facultés de l'esprit. La faculté de penser, de juger, de raisonner. Cela est au-dessus de nos facultés. La faculté de bien parler, de bien dire. La faculté de parler en public. Un homme doué de facultés peu communes, de facultés brillantes.

Il se dit également en parlant des Choses, surtout en termes de Physique, d'Anatomie, de Médecine, etc. L'aimant a la faculté d'attirer le fer.

Il signifie encore Pouvoir, moyen, droit de faire une chose. Donner, accorder à une personne la faculté de... Pourrez-vous en obtenir la faculté? La faculté vous en est laissée. Vendre avec faculté de rachat. Il est mineur, il n'a pas la faculté de disposer de ses biens.

Au pluriel, il désigne quelquefois les Biens, les ressources, les moyens d'une personne. Chacun a été taxé selon ses facultés. Il a donné un état de ses moyens et facultés. Il a outrepassé ses facultés.

Il signifie en outre Corps d'enseignement supérieur formant une fraction d'une Université. Il y avait autrefois quatre Facultés : la Faculté de Théologie, la Faculté de Droit, la Faculté de Médecine et la Faculté des Arts. La Faculté des Sciences. La Faculté des Lettres. Le doyen d'une Faculté. Les médecins de la Faculté de Paris, de Montpellier.

Il se dit quelquefois, absolument, de la Faculté de Médecine et même il désigne familièrement un Médecin traitant. Par ordonnance de la Faculté. Ce que permet, ce que défend la Faculté.

Dans le langage scolaire, il se dit d'un Genre d'exercice ou de composition. Il a eu le prix en différentes facultés.

faculté

Faculté, Facultas.

Faculté de rachat, Pactum redhibendi. B.

A grande peine ay-je eu faculté ou congé de l'aller veoir, Copia vix fuit eum adeundi.

faculté


FACULTÉ, s. f. [3e é fer.] 1°. Puissance, vertu naturelle. "Les facultés de l'âme. = 2°. Talent. "La faculté de bien parler. = 3°. Le droit de faire... Il n'a pas la faculté de disposer de ses biens. Voy. POUVOIR. = 4°. Corps ou assemblée des Docteurs. "La Faculté de Théologie, de Droit, etc. La Faculté tout court, c'est celle de Médecine. = 5°. Les facultés, les biens de chaque particulier. "Faites l'aumône selon vos facultés. "Chacun a été taxé suivant ses facultés.

Synonymes et Contraires

faculté

nom féminin faculté
1.  Fonction propre à l'être animé.
2.  Aptitude particulière.
Traductions

faculté

Fakultät, Fähigkeit, Collegefaculty, school, department, power, collegefaculteit, vermogen, gave, mogelijkheid, recht, subfaculteit, collegeהיתרות (נ), יכולת (נ), כושר (ז), פקולטה (נ), יְכֹלֶת, כֹּשֶׁרfakultet, collegefakultatofacultad, colegio, universidad学部, カレッジfaculdade, colégiofakultet, läroanstaltфакультет, колледжfacoltà, universitàكُلِّيَّةvysoká školaκολέγιοkorkeakoulukoledž대학collegeuczelniaวิทยาลัยkolejtrường cao đẳng学院Факултет學院 (fakylte)
nom féminin
1. fait d'être capable de faire qqch de bonnes facultés visuelles
2. université s'inscrire à la faculté

faculté

[fakylte] nf
(= capacité) → faculty, power
une grande faculté de concentration → great power of concentration
les facultés intellectuelles → intellectual powers
en possession de toutes ses facultés → in full possession of his faculties
la faculté de → the faculty of
[université] → faculty
faculté de droit → law faculty
faculté de médecine → faculty of medicine
(= université) → university, college (USA)
s'inscrire en faculté → to enrol at university
entrer en faculté → to start university, to start college