faillance


Recherches associées à faillance: faience

FAILLANCE

(fa-llan-s', ll mouillées) s. f.
Archaïsme. État de celui de qui le courage fait défaut.
Par faillance de cœur et défaut de génie, Louis-Philippe a reconnu des traités qui ne sont point de la nature de la révolution [CHATEAUBR., Mém. d'outre-tombe, éd. de Bruxelles, t. V, Lett. à la duchesse de Berry]

HISTORIQUE

  • XIIe s.
    Parjure sunt vers tei, si veintras sans faillance [WACE, Rou, V. 1432]
    Mais ma dame est de si très grant vaillance, Que son ami faillance ne doit faire [qu'elle ne doit faire faillance à son ami] [, Couci, XXIV]
  • XIIIe s.
    Or entent donc à la provance, Si apareille ta faillance [, Ren. 21226]

ÉTYMOLOGIE

  • Faillir. C'est le simple de defaillance ; il mérite d'être repris à l'exemple de Chateaubriand.