faillir

faillir

v.i. [ lat. fallere, tromper ]
(Suivi d'un inf.) Être sur le point de faire qqch : J'ai failli arriver en retard manquer de
v.t. ind.
(à)Litt. Ne pas faire ce qu'on s'est engagé à faire : Si nous faillissions à nos promesses, les électeurs nous tourneraient le dos déroger à, manquer à ; tenir

faillir


Participe passé: failli
Gérondif: faillant

Indicatif présent
je faux
tu faux
il/elle faut
nous faillons
vous faillez
ils/elles faillent
Passé simple
je faillis
tu faillis
il/elle faillit
nous faillîmes
vous faillîtes
ils/elles faillirent
Imparfait
je faillais
tu faillais
il/elle faillait
nous faillions
vous failliez
ils/elles faillaient
Futur
je faillirai
tu failliras
il/elle faillira
nous faillirons
vous faillirez
ils/elles failliront
je faudrai
tu faudras
il/elle faudra
nous faudrons
vous faudrez
ils/elles faudront
Conditionnel présent
je faillirais
tu faillirais
il/elle faillirait
nous faillirions
vous failliriez
ils/elles failliraient
je faudrais
tu faudrais
il/elle faudrait
nous faudrions
vous faudriez
ils/elles faudraient
Subjonctif imparfait
je faillisse
tu faillisses
il/elle faillît
nous faillissions
vous faillissiez
ils/elles faillissent
Subjonctif présent
je faillisse
tu faillisses
il/elle faillisse
nous faillissions
vous faillissiez
ils/elles faillissent
je faille
tu failles
il/elle faille
nous faillions
vous failliez
ils/elles faillent
Impératif
Plus-que-parfait
j'avais failli
tu avais failli
il/elle avait failli
nous avions failli
vous aviez failli
ils/elles avaient failli
Futur antérieur
j'aurai failli
tu auras failli
il/elle aura failli
nous aurons failli
vous aurez failli
ils/elles auront failli
Passé composé
j'ai failli
tu as failli
il/elle a failli
nous avons failli
vous avez failli
ils/elles ont failli
Conditionnel passé
j'aurais failli
tu aurais failli
il/elle aurait failli
nous aurions failli
vous auriez failli
ils/elles auraient failli
Passé antérieur
j'eus failli
tu eus failli
il/elle eut failli
nous eûmes failli
vous eûtes failli
ils/elles eurent failli
Subjonctif passé
j'aie failli
tu aies failli
il/elle ait failli
nous ayons failli
vous ayez failli
ils/elles aient failli
Subjonctif plus-que-parfait
j'eusse failli
tu eusses failli
il/elle eût failli
nous eussions failli
vous eussiez failli
ils/elles eussent failli

FAILLIR

(fa-llir, ll mouillées, et non fa-yir) , je faux, tu faux, il faut, nous faillons, vous faillez, ils faillent ; je faillais, nous faillions ; je faillis, nous faillîmes ; je faudrai, nous faudrons ; je faudrais, nous faudrions ; que je faillisse, que nous faillissions ; faillant ; failli, faillie (les trois personnes du présent au singulier, le futur et le conditionnel vieillissent, et c'est dommage ; les personnes qui ont besoin du futur ou du conditionnel et qui en ignorent la véritable forme, les composent suivant la règle des verbes en ir, et disent : je faillirai, je faillirais ; c'est un barbarisme, mais qui a chance de s'introduire et de devenir correct ; déjà quelques grammairiens disent que ce verbe, dans le sens de faire faillite, se conjugue régulièrement sur finir : Quand un négociant faillit, les créanciers, etc. ; s'il faillissait, vous seriez ruiné ; si la baisse continue. il faillira ; c'est un usage tout moderne qui cherche à s'introduire) v. n.
Manquer le but, ne pas toucher ce qu'on vise.
Son coup [d'épée] par un bonheur coule au long d'une côte ; L'esclave avait failli [DESMARETS, Mirame, V, 8]
Si je faux [avec ma flèche], dis qu'ils [les Perses] ont raison, et que je ne sais ce que je fais [P. L. COUR., II, 157]
Jouer à coup faillant, à coup failli, jouer à la place du premier des joueurs qui manque ; se dit au volant, à la paume, etc.
Faire défaut, manquer à.
Pas n'y faudrai, lui repartit la dame [LA FONT., Coc.]
Deux jours après, la commère ne faut De mettre un fil [ID., Gag.]
M. Jourdain : Il suffit que, si je lui ai prêté de l'argent, il me le rendra bien. - Mme Jourdain : Oui attendez-vous à cela. - Assurément, ne me l'a-t-il pas dit ? - Mme Jourdain : Oui, oui, il ne manquera pas d'y faillir [MOL., Bourg. gent. III, 3]
J'irai là sans faillir, j'irai sans faute, sans y manquer. En parlant des choses, faire défaut.
Supplice qui jamais ne faut Aux désirs qui volent trop haut [MALH., V, 18]
Tour ni détour, ruse ni stratagème Ne vous faudront [LA FONT., Cuv.]
Or la grâce ne peut faillir ; Puisqu'il sème, il doit recueillir [BÉRANG., Mon curé.]
Se tromper, se méprendre en quelque chose. Ce sculpteur a failli dans les proportions.
Tu faux, de Pré, de nous portraire Ce que l'éloquence a d'appas ; Quel besoin as-tu de le faire ? Qui te voit ne la voit-il pas ? [MALH., IV, 13]
Prince, ne cachez plus ce que le ciel découvre, Vous devez être las de nous faire faillir [CORN., D. Sanche, IV, 2]
Mais je dénie qu'ils faillent contre les règles [ID., Épître à la Suite du Menteur.]
Pas ne faillit dedans sa conjecture [LA FONT., Mal.]
Tomber en faute, avoir tort, pécher.
Il n'est pas bienséant à un homme sage d'avoir tant de regret pour une chose où il n'a point failli [VOIT., Lett. 89]
Non pas que je ne faille en cette préférence [CORN., Médée, II, 6]
Quand le bras a failli, l'on en punit la tête [ID., Cid, II, 9]
Qu'une âme généreuse a de peine à faillir ! [ID., Cinna, III, 3]
Ai-je failli de me payer moi-même ? [LA FONT., Rich.]
Si ma femme a failli, qu'elle pleure bien fort ; Mais pourquoi moi pleurer, puisque je n'ai point tort ? [MOL., Sgan. 17]
Les mauvais succès sont les seuls maîtres qui peuvent nous reprendre utilement et nous arracher cet aveu d'avoir failli qui coûte tant à notre orgueil [BOSSUET, Reine d'Anglet.]
Aucuns monstres par moi domptés jusqu'aujourd'hui Ne m'ont acquis le droit de faillir comme lui [RAC., Phèd. I, 1]
Jeune si j'ai failli souvent, que ce jour acquitte ma vie [BEAUMARCH., Mère coup. v, 8]
Céder, manquer. Cet édifice a failli par le pied.
Être au bout, au terme. Le jour commençait à faillir. À jour faillant, à la chute du jour. À jour failli, après la chute du jour.

PROVERBE

    Au bout de l'aune faut le drap, c'est-à-dire à force d'auner on arrive au bout de la pièce de drap, et fig. toutes choses ont leur fin.
Il se dit des fonctions de la vie qui manquent, qui font défaut.
Ne te donna-t-on pas des avis, quand la cause Du marcher et du mouvement Quand les esprits, le sentiment, Quand tout faillit en toi [LA FONT., Fabl. VIII, 1]
Le cœur me faut, se dit quand on sent quelque faiblesse, quelque épuisement, et qu'on a besoin de manger. Le cœur faut, se dit aussi de l'effet d'impressions morales.
Le cœur me faut [MOL., Éc. des f. II, 2]
Quand, debout sur le faîte, Elle vit ce bûcher qui l'allait dévorer, Les bourreaux en suspens, la flamme déjà prête, Sentant son cœur faillir, elle baissa la tête, Et se prit à pleurer [C. DELAVIGNE, Jeanne d'Arc.]
Terme de commerce. Faire faillite. Ce banquier, ce négociant a failli.
Être sur le point de.
Il leur tint un discours qui faillit à les faire tomber de leur haut [BALZ., 6e disc. sur la cour.]
Quand la vieille P.... ...faillit à mourir l'année passée [SÉV., (Bussy à Mme de Sévigné), 16 oct. 1677, éd. RÉGNIER.]
Je faillis à mourir de rire [HAMILT., Gramm. 3]
Cette proposition faillit à reculer les affaires pour un temps, au lieu de les avancer [VOLT., Charles XII, 8]
Le jeune homme faillit à se trouver mal [J. J. ROUSS., Ém. IV]
On peut supprimer, et aujourd'hui on supprime communément la préposition à.
On prétend qu'on faillit tout gâter en 1694 par l'ordre qu'on voulut mettre au blé [MAINTENON, Lett. à Mme de Brinon, t. II, p. 254, dans POUGENS]
On dit aussi faillir de. J'ai failli de tomber. Cette locution, qui s'établit dans le XVIe siècle, s'explique par l'historique, où l'on voit que faillir à signifie proprement ne pas réussir à ; de là le passage est facile au sens de être sur le point de se faire. Cela montre en même temps que la forme la plus correcte, presque exclusivement employée dans le XVIe siècle, est faillir à. Il se conjugue avec l'auxiliaire avoir ; cependant on dira : la mémoire lui a failli ou lui est faillie ; cette race a failli ou est faillie ; ce négociant a failli ou est failli ; suivant qu'on voudra exprimer l'acte ou l'état.

HISTORIQUE

  • XIe s.
    Il l'ament tant, ne li faldrunt nient [, Ch. de Rol. XXIX]
    Charles, chevauche ; tei ne faldrat clarté [, ib. CLXXV]
  • XIIe s.
    Li cuers lui faut, s'a [s'il a] la bouche serrée [, Ronc. p. 147]
    Se ma vertu ne faut, vous le comparrez [payerez] cher [, ib. p. 195]
    Sur toute joie est cele couronnée, Que j'ai d'amor ; Diex ! i faudrai-je donc [y échouerai-je] ? [, Couci, VI]
    Car s'il [mon cœur] revient à moi, a il failli [, ib. IX]
    S'ele seüst com s'amors me justise [tourmente], Ja ne faussist pitiez ne l'en fust prise [, ib. XVII]
    Pour li [ma dame] [je] m'en vais souspirant en Syrie, Car je ne doi faillir mon creator [QUESNES, Romancero, p. 93]
    Quant Dex verra que ses besoins [de Quesnes] est grans, Il lui faudra, car il lui a failli [HUES D'OISI, ib. p. 103]
    Mielz valt filz à vilain, qui est prouz e senez, Que ne fait gentilz hum failliz e debutez [, Th. le mart. 63]
  • XIIIe s.
    Petit s'en failli que toute l'os [armée] n'en fust perdue [VILLEH., L.]
    Quant il orent tout porté, si i failli-il trente-quatre mil mars d'argent de la convenance [prix convenu] [ID., XXXVII]
    [Qu'] Il confonde Tybert le mauvais, le faillit [, Berte, LIII]
    Mais li cuers lui failloit [, ib. XXX]
    Ci faut [finit] li capitres de l'office as baillis [BEAUMANOIR, 44]
    On ne doit tenir à heritage nule coze qui muire, car ce qui muert faut, et heritages ne pot faillir [ID., XXIII, 8]
    Tandis que il alloit le pertuis estouper, le pié li failli, et cheï [tomba] en l'yaue [JOINV., 287]
  • XVe s.
    Certes, dame, voyez ci votre chevalier qui ne vous fauldroit pour mourir, si tout le monde vous failloit [FROISS., I, I, 14]
    Et se partirent un samedi, après jour faillant, de Cambray [ID., I, I, 100]
    Et pouvoit estre environ jour failli [ID., I, I, 100]
    Le prince votre ains-né fils ne peut faillir qu'il ne soit encore grand sire sans l'heritage de Flandre [les Flamands deputés, vers le roi d'Angleterre] [ID., I, I, 249]
    Pour paour du traict commencerent une grande partie d'eulx à reculer et eux traire en sus, comme lasches et faillis que ils furent [, Boucic. I, 24]
    Le roy faisoit parler à tous ceulx qu'il povoit penser qui lui pourroient ayder, et ne failloit pas à promettre [COMM., II, 9]
    N'estoit point vray, mais toute mensonge, ou peu s'en failloit [ID., III, 2]
  • XVIe s.
    Le dyable me faille, si j'eusse failly de coupper les jarrets à messieurs les apostres [RAB., Garg. I, 39]
    Je vois bien que, s'il avoit besoin d'excuses, ne lui faudriez d'avocat [MARG., Nouv. LXVI]
    Les estançons de bois venus à faillir [MONT., I, 26]
    Icy fault la regle [ID., I, 27]
    Faillant à sa parole [ID., I, 30]
    Ne faillez sur vostre vie à me confesser la verité [ID., I, 127]
    L'archer qui oultrepasse le blanc fault, comme celuy.... [ID., I, 224]
    Voyant que ses gens avoient failly d'enfoncer le battaillon des ennemis [n'avaient pas réussi] [ID., I, 367]
    La navire faillit la Sicile et fut poulsée contre la coste de Tarente [ID., III, 35]
    Je n'eusse gueres failly de faillir plustost que de bien-faire à leur mode [ID., III, 260]
    Quand ce vient à combattre, la moitié [des pistolles, pistolets] faillent [ratent] [LANOUE, 313]
    Ce messager faillit à estre pendu [D'AUB., Hist. I, 241]
    Ce sont coustumierement personnes de cœur failly, desquelles les pensées ne s'estendent point plus avant que les vies [AMYOT, Préf. VI, 32]
    Il mourut sans enfants, de sorte que sa race faillit en luy [ID., Lyc. 67]
    Ils faillirent [ne réussirent pas] à s'entre-rencontrer [ID., Pyrrhus, 14]
    Evalcus se jetta à costé, et luy tira un coup d'espée, duquel il faillit à lui couper la main, mais.... [ID., ib. 70]
    Il lui en prend comme aux poures orphelins qui sont moins avantagez que leurs freres, d'autant que leur pere est failli trop tost [BÉZE, Vie de Calvin, p. 2]

ÉTYMOLOGIE

  • Namur. failli, amaigri ; provenç. falhir, faillir ; catal. falir, fallir ; portug. falir ; ital. fallire ; du latin fallere, changé par les langues romanes en fallire, d'où faillir, falhir, fallire ; et, par le français, en outre en fallere( le 1er e prend un accent long), d'où falloir (car c'est le même mot) ; comp. le verbe grec traduit par manquer, et l'allem. fallen, tomber ; la racine est le sanscrit sphal, vaciller. Le latin fallere a passé aisément du sens de tromper à celui de faillir.

faillir

FAILLIR. (Il n'est plus guère usité qu'à l'infinitif, au passé simple : Je faillis; et aux temps composés : J'ai, j'avais failli, etc. Faut, 3e personne du singulier du présent de l'indicatif, se rencontre encore dans quelques vieilles locutions telles que Tant s'en faut que. Peu s'en faut que. Il s'en faut de tout.) v. intr. Manquer, faire défaut. Le jour commence à faillir. La mémoire lui a failli. Faillir à une tâche.

Par extension, il signifie Céder, devenir faible. Cet édifice a failli par le pied. Ce cheval commence à faillir par les jambes.

FAILLIR signifie aussi Manquer à exécuter, à faire une chose. J'irai là sans faillir.

Suivi d'un infinitif, il signifie N'être pas loin de faire quelque chose, y manquer de peu. J'ai failli mourir. J'ai failli attendre. Il faillit être assassiné. Il faillit être ministre. J'ai failli l'oublier. L'accident qui faillit nous arriver. Il a failli nous arriver un grand malheur.

Figurément, il signifie Se tromper, se méprendre sur quelque chose. Faillir lourdement. Les plus doctes sont sujets à faillir.

faillir

Faillir, neutr. pen. Se prend ores pour manquer à faire et executer quelque chose, comme, J'ay failly d'estre Consul, Consul iniqua fortuna non sum factus, c. Peu s'en est fallu que je n'aye esté Consul, Parum abfuit quin Consul factus fuerim. Ores pour faire faute, comme, Je me trouveray là le jour devant sans faillir, Quin pridie adsim nulla in me erit mora. Et ores pour commettre cas de crime, comme, Il a grandement failly en son Estat, Ingens in Magistratu crimen admisit. Et ores pour prendre fin et achever, comme, La lignée des Meroviens ou Charliens a failly en un tel, Meroueorum, aut Carolinorum progenies in illo defecit. Sueton. in Serg. Galb. cap. 1. Ce que au 2. chap. Il dit, Nullo gradu contingere Caesarum domum. Estre hors, ou n'estre de la ligne, Qui Reges successere, nullo gradu Meroueorum aut Carolinorum domum contingebant.

Faillir et n'aller pas droit, Delirare.

Faillir grandement, Commerere.

Faillir à parler, Verbo aberrare, Titubare.

Faillir à suyvre un patron, Decidere ab archetypo.

Faillir de promesse, Fallere promissum, Fallere fidem, Non stare promissis, Destituere condictum, Non praestare promissum, Fidem suam labefactare.

Faillir de crainte qu'on a, Timore prolabi.

Faillir de secours à aucun, et le laisser à un besoing, Abesse alicui.

Faillir en quelque chose, Peccare.

Faillir en chose clere, Caligare in sole.

Je puis faillir, Homo sum.

Qui ne peut faillir, Impeccabilis.

Cela fait faillir que, etc. Praebet errorem quod, etc.

Il raconte sans faillir, Memorat memoriter.

Avoir failli, Esse in noxa.

J'absou tes escrivains d'avoir failli, Ego librarios tuos culpa libero.

Ceux à qui on a failli de promesse, Destituti. B.

J'ay failli, je vouloye dire stertit, Stertit volui dicere.

Si tu eusses failli d'une syllabe, Si vnam peccauisses syllabam.

A il failli, ou plustost fait comme un insensé? Errauit, an potius insaniuit?

Si on a failli tant soit peu et chancelé, Si tantulum offensum titubatumque sit.

Ne fauls pas à l'heure, Adsis tempori. B. ex Gell.

Il te faut trop de choses, tu es trop poutieux, Nimias delicias facis. B. ex Plauto.

S'ils ont failli à parler, Si verbo titubarint.

Pourquoy il failloit en escrivant ce mot Verrutius, Cur in Verrutij nomine mendosus esset.

Nous faillons et faisons une faute, Vitiose facimus.

Jamais tu ne fauldras si tu te gouvernes par toy-mesme, Numquam labere, si te audies.

Il faut par ne nous avoir pas bien entendu, De nostris verbis errat videlicet quae hic fuimus locuti.

faillir


FAILLIR, v. n. [Fagli: 1re brève; mouillez les ll.] Il est peu usité au présent. L' Acad. met, je faux, tu faux, il faut, nous faillons, vous faillez, ils faillent. Il n'a point d'imparfait. Pour le futur, les uns voudraient je faudrai, comme l'Acad. d'aûtres je faillirai, mais il est inutile de disputer là dessus, puisqu'on ne s'en sert pas. — Ce verbe ne s'emploie qu'à l'infinitif à l'aoriste, faillir, je faillis, nous faillimes, et aux tems composés, j'ai failli, j' avais failli, j'eusse, j'aurai failli, ayant failli, etc.
   FAILLIR, c'est, 1°. Faire quelque chôse contre son devoir. "Il est de la faiblesse humaine de faillir. = 2°. Se tromper. "Les plus doctes sont sujets à faillir. = 3°. Finir, manquer. "Cet édifice a failli par le pied: "Ce cheval commence à faillir par les jambes. — L'Académie le dit des familles. La branche royale des Valois a failli en la persone de Henri III. * D'Ablancourt a dit: "Il faillit son coup. Il est vieux en ce sens. = 4°. Être sur le point d' arriver. Il régit à ou de. "Il a failli à arriver un grand malheur. "J'ai failli à tomber. "Il a failli à être Pape. "On leur tira quelques coups de Canon, qui faillirent de les submerger. L'Acad. qui parait admettre les deux prépositions, ne done d'exemple que de la première.

Synonymes et Contraires

faillir

verbe intransitif faillir
Être sur le point de.

faillir

verbe transitif indirect faillir
1.  Littéraire. Ne pas tenir sa promesse.
2.  Littéraire. Commettre une faute.
Traductions

faillir

שגה (פ'), שָׁגָהfail, almost, go bankrupt, weaken, without failfalpuŝiĝiversagenmancare, venir meno (fajiʀ)
verbe intransitif
manquer de suivi de l'inf. Il a failli tomber.

faillir

[fajiʀ] vi
faillir faire (= manquer de) → to almost do, to nearly do
J'ai failli tomber → I almost fell., I nearly fell.
J'ai failli lui dire → I almost told him., I nearly told him.
(soutenu) faillir à qch (= ne pas être à la hauteur de) → to fall short of sth
faillir à sa tâche → to fall short of one's task
faillir à son devoir → to fall short of one's duty