fait

1. fait, e

[ fɛ, fɛt] adj.
1. Qui est accompli, constitué de telle façon : Un travail mal fait exécuté, réalisé bâti, charpenté
2. Complètement développé : C'est une femme faite mûr
3. Être parvenu à maturité, en parlant d'un fromage : Un camembert bien fait ou fait à cœur.
Bien fait ou c'est bien fait,
cette punition est méritée : C'est bien fait pour toi.
C'en est fait, c'en est fait de (+ n.),
tout est perdu ; il n'y a plus d'espoir de sauver qqn, de retrouver qqch : C'en est fait, nous ne le retrouverons pas. C'en est fait de lui.
Être fait,
être pris, piégé : Il est fait comme un rat.
Fait à,
habitué à qqch : Elle est peu faite à la fatigue.
Fait pour,
destiné à qqch ; apte à qqch : Déviation faite pour désengorger le périphérique. Il est fait pour être médecin né pour
Tout fait,
préparé à l'avance ; sans originalité : Elle n'achète que des plats tout faits cuisiné

2. fait

[ ou fɛt] n.m. [ lat. factum ]
1. Action de faire ; événement, acte : Le fait de parler aide parfois. Voici comment les faits se sont déroulés chose, histoire
2. Ce qui est fait, ce qui existe : Il y a le fait et la théorie pratique, réalité, réel ; hypothèse
Aller au fait,
à l'essentiel.
Au fait,
à propos, à ce sujet : Au fait, viendras-tu demain ?
C'est un fait,
cela existe réellement ; c'est vrai.
De fait ou en fait ou par le fait,
en réalité, effectivement : De fait, elle n'est pas courageuse.
Dire son fait à qqn,
lui dire la vérité à son sujet, sans ménagements.
Du fait de,
par suite de : Du fait de mon retard, j'ai manqué mon rendez-vous.
En fait de,
en matière de : En fait d'ordinateurs, il s'y connaît.
État de fait,
réalité, situation que l'on ne peut que constater.
Être sûr de son fait,
de ce qu'on avance.
Fait du prince
Haut fait,
exploit : Les hauts faits des secouristes.
Le fait est que...,
introduit l'exposé d'un fait : Le fait est qu'on n'aura pas la place de tout mettre ici.
Mettre au fait,
informer : J'aurais aimé être mise au fait.
Prendre qqn sur le fait,
le surprendre au moment où il agit : Ils ont pris le voleur sur le fait en flagrant délit

FAIT2

(fè ; le t se lie ; un fè-t accompli ; au pluriel, l's se lie : les fè-z accomplis) s. m.
Chose faite, acte, action. Chacun répond de son fait.
Saisir un fait par un mot, et le caractère et les mœurs d'une nation par un fait [STAËL, Corinne, XI, 4]
Pour fait d'outrage aux enfants d'Henri Quatre, De par le roi payez dix mille francs [BÉRANG., Dix mille francs.]
Venir au fait, passer à l'acte.
.... Notre galant n'étale Un long narré ; mais vient d'abord au fait [LA FONT., Magn.]
Au fait et au prendre, au moment d'agir, de parler, etc. Prendre quelqu'un sur le fait, le surprendre dans l'acte même qu'il commet. Fig.
Ah ! disait-il, j'ai pris la nature sur le fait, mais il se trompait sur les apparences, ce qui n'arrive que trop, soit qu'on se serve ou non des microscopes [VOLT., Microm. 5]
Convenir de ses faits, s'entendre d'avance sur ce qu'on fera.
Cette dame et celui-ci convinrent de leurs faits par l'entremise de la duègne [LESAGE, Guzm. d'Alf. ch. 3]
Cela est du fait d'un tel, c'est un tel qui en est l'auteur.
S'il y a de la contradiction, elle est du fait de la nature, et non pas du mien [J. J. ROUSS., Conf. XI]
Au plur.
Belles actions, exploits Elle [mon amitié] est comme tes faits, sans borne et sans mesure [ROTR., Bélis. II, 6]
Quelqu'autre te dira d'une plus forte voix Les faits de tes aïeux et les vertus des rois [LA FONT., Fabl. Dédicace.]
Les faits de guerre ne sont pas trop amusants, et je dis hardiment qu'il n'y a rien de si ennuyeux qu'un récit de batailles inutiles, qui n'ont servi qu'à répandre vainement le sang humain [VOLT., Lett. Mme du Deffant, 22 févr. 1769]
On le joint souvent en ce sens avec une épithète.
Traçant l'histoire De tes faits laborieux [MALH., II, 2]
L'éclat de mes hauts faits fut mon seul partisan [CORN., Cid, I, 3]
Si par d'illustres faits on peut les mériter [RAC., Théb. V, 3]
.... Poursuis, Néron, avec de tels ministres Par des faits glorieux tu vas te signaler [ID., Brit. v, 6]
Faits et gestes d'une personne, se dit, par plaisanterie, de sa conduite.
Fait de guerre, acte qui a le caractère de guerre entre nations. Il se dit aussi pour combat : C'est un brillant fait de guerre. Voie de fait, acte par lequel on s'empare violemment d'une chose ; acte de rigueur.
Il traita durement le peuple par voie de fait [BOSSUET, Hist. III, 7]
Par extension, coups portés, blessure faite par la violence ; en ce sens il se dit surtout au pluriel.
Terme de palais. Prendre le fait de quelqu'un, prendre fait et cause pour quelqu'un, intervenir en cause pour lui. Dans le langage commun, se déclarer pour quelqu'un, prendre son parti.
Vous lui faites trop d'honneur de prendre son fait et cause [SÉV., 514]
Toute chose qui arrive, qui a lieu. Ces faits ne laissent aucun doute sur sa culpabilité. Un fait avéré et public. Dénaturer les faits.
Comme mon intention est de vous faire observer dans cette suite des temps celle de la religion et celle des grands empires ; après avoir fait aller ensemble, selon le cours des années, les faits qui regardent ces deux choses.... [BOSSUET, Hist. Dessein général.]
Après cela, quelque partie de l'histoire ancienne que vous lisiez, tout vous tournera à profit ; il ne passera aucun fait dont vous n'aperceviez les conséquences [ID., ib.]
On ferait des volumes immenses de tous les faits célèbres et reçus dont il faut douter [VOLT., Dict. phil. Histoire.]
Je hais les petits faits, assez d'autres en ont chargé leurs énormes compilations [ID., Lett. Hénault, 8 janv. 1752]
Faits accomplis, questions jugées par l'événement, et qui sont, ou peuvent, ou doivent être tenues pour terminées, des faits sur lesquels il n'y a plus à revenir. Doctrine des faits accomplis, règle en politique, par laquelle on accepte ce qui est fait et accompli. C'est un étrange fait, c'est une chose étrange.
C'est un étrange fait, qu'avec tant de lumières, Vous vous effarouchiez toujours sur ces matières [MOL., Éc. des f. IV, 8]
L'événement, le cas, l'espèce dont il s'agit dans une contestation, dans une discussion, dans une plaidoirie. Il parla pendant une heure sans dire un mot du fait.
Et je sais même sur ce fait [garder un secret] Bon nombre d'hommes qui sont femmes [LA FONT., Fabl. VIII, 6]
Si vous, maître et fermier, à qui touche le fait, Dormez sans avoir soin que la porte soit close, Voulez-vous que moi, chien.... [ID., ib. XI, 3]
Pourquoi dire qu'il y a plus de chrétiens que de musulmans sur la terre ? on sait que le fait est au moins très douteux [VOLT., Cons. à Louis Rac.]
Aller au fait, venir au fait, s'occuper du point de la discussion. Venez au fait, et, elliptiquement, au fait.
M. Claude allait au fait et se présentait à la difficulté sans reculer [BOSSUET, Conf. avec Claude, 2]
Cette question n'allait pas au fait [HAMILT., Gramm. 8]
Au fait, est ma devise [VOLT., Lett. d'Argenson, 28 juill. 1739]
Familièrement. Aller au fait, venir au fait, en venir à l'essentiel, au principal, à l'intéressant.
Cette pauvre B*** est devenue passionnée de l'insensible C*** ; il l'a vue s'enflammer ; d'abord il a été au fait, et lui a fait mettre en gage ses perles pour soutenir un peu la bassette [SÉV., 400]
Elliptiquement. Au fait, c'est-à-dire que voulez-vous de moi ? En un autre sens, tout bien considéré.
Au fait, que risqué-je ? Au fait, pourquoi pensionner Ma muse indépendante et vraie ? [BÉRANG., Refus.]
Erreur de fait, se dit quand on s'appuie sur un fait qui n'est pas réel. C'est un fait à part, c'est un autre fait, c'est autre chose, c'est une autre affaire.
Albert : Hé bien ! bonjour, te dis-je. - Mascarille : Oui, mais je viens encore Vous saluer au nom du seigneur Polidore. Albert : Ah ! c'est un autre fait ; ton maître t'a chargé De me saluer ? [MOL., Dép. amour. III, 2]
Le fait est que.... la vérité est que.... C'est un fait, cela est de fait, il est de fait que, c'est-à-dire il est constant, reconnu que. Il est de fait que Cicéron parla ainsi.
Comment croire que son épouse ne l'ait jamais aimé ? c'est un fait pourtant [GENLIS, Mlle de la Fayette, p. 260, dans POUGENS]
On dit dans le même sens : C'est un point de fait.
C'est un point de fait, les hommes dégénèrent [FONTEN., Socrate, Montaigne.]
Mettre, poser en fait, avancer une proposition comme incontestable.
Je mets en fait qu'une honnête femme ne la [la comédie de l'École des femmes] saurait voir sans confusion [MOL., Critique, 3]
Je mets en fait que, si tous les hommes savaient ce qu'ils disent les uns des autres, il n'y aurait pas quatre amis dans le monde [PASC., Pensées, t. I, p. 283, édit. LAHURE.]
Je mets en fait qu'il n'y a aucun peuple chez lequel il soit juste, beau, convenable, honnête, de refuser la nourriture à son père et à sa mère quand on peut leur en donner [VOLT., Philos. ignor. quest. 32]
Familièrement. Pour la rareté du fait, à cause de la singularité de la chose. On dit de même : pour la beauté du fait.
.... Je voudrais, m'en coûtât-il grand'chose, Pour la beauté du fait, avoir perdu ma cause [MOL., Mis. I, 1]
Être sûr de son fait, être sûr de ce qu'on avance ou du succès de ce qu'on entreprend.
Si le roi le peut voir [mon projet], je suis sûr de mon fait [MOL., Fâcheux, III, 2]
Descartes est si sûr de son fait quand il se trompe grossièrement en physique, que je dois me défier de ce qu'il me dit sur l'âme [VOLT., Phil. ignor. 5]
Être sûr de son fait signifie aussi obtenir une certitude. Il surprend sa femme, et le voilà sûr de son fait. Entendre bien son fait, être habile dans sa profession. Être au fait, être instruit d'une chose, habitué à un travail. Ce domestique est au fait du service.
D'abord il a été au fait [SÉV., 400]
Qui les aurait vues sans être au fait des intrigues de la cour, aurait cru qu'elles étaient les meilleures amies du monde [Mme DE CAYLUS, Souvenirs, p. 119, dans POUGENS]
Le garde, ravi de trouver un brave de sa province, qui ne paraissait pas au fait des usages de la cour [VOLT., l'Ingénu, 9]
Lorsqu'on est au fait, comme j'y suis, du commerce des fers, on dirait qu'en France on a fait un pacte général de ne se servir que de ce qu'il y a de plus mauvais en ce genre [BUFF., Min. t. VII, p. 87]
La Bruyère a dit, au même sens, être dans le fait :
Leur avez-vous lu un seul endroit de l'ouvrage ; c'est assez, ils sont dans le fait et entendent l'ouvrage [LA BRUY., I]
Mettre au fait, instruire de quelque chose, habituer à, former à.
Je voudrais mettre au fait celui qui me suivra, Lui laisser mes projets [GRESSET, le Méch. I, 2]
Se mettre au fait, s'instruire de quelque chose, s'y faire, s'y former. Mettez-vous au fait de ma situation.
Mon âme s'instruisait de tout ce qui pouvait l'affliger, elle se mettait au fait de ses malheurs [MARIVAUX, Marianne, 3e part.]
Terme de jurisprudence. Il se dit par opposition à droit. La possession de fait ; la possession de droit. Moyens de fait ; moyens de droit. Dans toutes les affaires on distingue le fait et le droit ; le fait consiste dans ce qui est arrivé, et le droit dépend de l'application de la loi au fait dont il est question, lorsque ce fait est certain.
Pépin fut proclamé roi et sacré par Boniface, archevêque de Mayence ; jamais révolution ne s'opéra avec moins d'effort et de bruit : Pépin possédait le pouvoir ; le fait fut converti en droit [GUIZOT, Hist. de la civil. 19e leçon.]
Question de fait, point de fait, se dit par opposition à question de droit, point de droit.
On examine deux questions, l'une de fait, l'autre de droit [PASC., Prov. 1]
Gouvernement de fait, gouvernement régissant un pays, sans tenir son mandat du droit qui fait les souverains. Terme de procédure. Faits et articles, les faits sur lesquels, en matière civile, l'une des parties fait interroger sa partie adverse. On l'a interrogé sur faits et articles. Faits admissibles et pertinents, ceux qui, appartenant à la cause, peuvent être admis à la preuve. Faits justificatifs, ceux qu'un accusé allègue pour sa défense. Faits nouveaux, ceux qui n'ont pas encore été allégués au procès.
Toute chose dont on a reconnu, constaté la réalité. Les sciences reposent sur l'observation des faits.
Il voyait les faits d'autant plus sûrement qu'il ne les voyait point au travers d'un système déjà formé, qui eût pu les changer à ses yeux [FONTEN., Mery.]
Les faits sont dans les sciences ce qu'est l'expérience dans la vie civile [BUFF., Ois. t. XII, p. 109, dans POUGENS]
Ces phénomènes, dont l'explication a toujours paru difficile, sont de nouvelles preuves de notre théorie et montrent la liaison avec les grands faits de l'histoire du globe [ID., Minér. t. IX, p. 103, dans POUGENS]
Tout ce qui a l'air de faits a droit d'en imposer ; il ne suffit point de s'inscrire en faux contre de telles choses ; il faut prouver qu'elles sont fausses [BONNET, Consid. corps organ. Œuvres, t. VI, p. 500, dans POUGENS.]
Les faits et les objets nous instruisent beaucoup mieux que les livres [GENLIS, Veillées du chât. t. I, p. 149, dans POUGENS]
Dans le langage strictement scientifique. Fait, tout attribut ou propriété d'un corps brut ou organisé, reconnu par l'observation immédiate.
Ce qui concerne quelqu'un, ce qui lui est spécial.
Mais puisque tout le monde est aveugle en son fait [RÉGNIER, Sat. X]
Tout son fait, croyez-moi, n'est rien qu'hypocrisie [MOL., Tart. I, 1]
Je crains fort pour mon fait quelque chose approchant [ID., Amph. II, 3]
Chez la devineuse on courait Pour se faire annoncer ce que l'on désirait : Son fait consistait en adresse, Quelques termes de l'art, beaucoup de hardiesse [LA FONT., Fabl. VII, 15]
L'armée étant une fois établie, elle ne doit pas dépendre immédiatement du corps législatif, mais de la puissance exécutrice ; et cela par la nature de la chose, son fait consistant plus en action qu'en délibération [MONTESQ., Espr. II, 6]
10° Conduite.
La cave et le grenier, Du fait des sœurs maintes choses apprirent [LA FONT., Mazet.]
En raisonnant sur le fait des nonnains [ID., ib.]
Il y a un peu de folie, de malice dans son fait, c'est-à-dire sa conduite témoigne de quelque folie, de quelque malice.
Il y avait plus d'ambition que de religion dans son fait [BOSSUET, Var. 10]
11° Ce qui est convenable à quelqu'un. Cet emploi serait bien son fait.
Critiquer gens m'est fort nouveau, Ce n'est mon fait [LA FONT., Court.]
J'ai ton fait [MOL., l'Ét. v, 16]
Le mariage n'est guère votre fait [ID., Mar. f. 2]
Et ce n'est pas mon fait que les choses d'esprit [ID., Femm. sav. III, 2]
Ce n'est point là, mon frère, le fait de votre fille, et il se présente un parti plus sortable pour elle [ID., Mal. imag. III, 3]
On dit qu'il n'y a rien de plus beau, voilà votre fait [SÉV., 83]
Une femme si connue du roi [la maréchale de Rochefort] et si fort à toutes mains, était son vrai fait pour mettre auprès de Mme la duchesse de Chartres [SAINT-SIMON, 3, 53]
J'ai peur qu'il ne soit difficile à remplacer [Thiriot] ; il était tout votre fait [VOLT., Lett. Roi de Prusse, 214]
Ce prétendu ami du genre humain, n'est mon fait que quand il dit : Aimer l'agriculture [ID., Lett. Cideville, 25 nov. 1758]
À tes vœux ma raison s'oppose, Un long roman n'est plus mon fait [BÉRANG., Romans.]
12° La part qui revient à quelqu'un. Donner à quelqu'un son fait. On a partagé la succession, chacun a eu son fait. Par extension.
Chacun son fait, nul n'a tout en partage [LA FONT., Mul.]
Fig. Donner à quelqu'un son fait, se venger de lui, le battre dans une discussion, dans une lutte, dans un combat. Avoir son fait, recevoir quelque mécompte, quelque revers, quelque châtiment.
Ton homme a son fait [MOL., Éc. des mar. II, 5]
Pour le pauvre frère Girard, Il avait eu son fait à part [LA FONT., Cord.]
À force de s'exposer il aura son fait [SÉV., 44]
En un autre sens, avoir son fait, recevoir un mauvais compliment.
Chacun a son fait, sans qu'il ait eu l'intention de le lui donner [LA BRUY., V]
Je lui ai bien dit son fait, je lui ai dit ce que je pensais de lui.
Il me donna un soufflet, mais je lui dis bien son fait [MOL., Pourc. I, 6]
Grâce à mes créneaux, à mes arsenaux, Je puis au préfet Dire un peu son fait [BÉRANG., Carabas.]
13° Le bien, la fortune de quelqu'un.
Son fait, dit-on, consiste en des pierres de prix : Un grand coffre en est plein [LA FONT., Fabl. X, 10]
Le malheureux n'osant presque répondre, Court au magot, et dit : c'est tout mon fait [ID., Paysan.]
Bienheureux celui qui a tout son fait bien placé [MOL., l'Av. I, 4]
Les beaux habits, monsieur, mangent mon petit fait [TH. CORN., l'Amour à la mode, I, 5]
Un vagabond, qui mange tout son fait [DANCOURT, Moul. Javelle, sc. 17]
14° Dans le fait, loc. adv. Réellement, effectivement. Malgré les apparences, c'est, dans le fait, un homme dangereux.
15° Par le fait, même sens. Il se trouva, par le fait, maître de tout le pays.
16° De fait, loc. adv. En réalité, véritablement.
Un homme qui fût homme et de fait et de mine [RÉGNIER, Sat. XI]
De fait, en effet, certainement.
De fait, la défiance où madame se treuve Ne peut venir d'ailleurs que d'un manque d'épreuve [MAIRET, Sophon. III, 2]
Et de fait, même sens.
Et de fait, l'Espagne était policée et commerçante, tandis que la Germanie était encore inculte [BUFF., Min. t. v, p. 303, dans POUGENS]
17° En fait de, loc. prép. En ce qui concerne. Maître en fait d'armes. Expert en fait de procès.
L'autre était passé maître en fait de tromperies [LA FONT., Fabl. III, 5]
Il se surpasse en fait de chansons [SÉV., 417]
Tout ce qui est nécessaire et honnête en fait de politique [HAMILT., Gramm. 6]
En fait de procédés, on est bien près du mépris, quand on a droit à l'indulgence [DUCLOS, Consid. mœurs, ch. 4]
Princes, en fait de religion, obéissant plus aux peuples que les peuples ne leur obéissent [VOLT., Mœurs, 180]
En fait de vin, qu'on se montre savant [BÉRANG., Mort viv.]
18° Populairement. Si fait, loc. adv. Au contraire, quand on veut affirmer ce qu'un autre nie.
Je n'y entends rien ; si fait pourtant, j'y entends quelque chose [J. J. ROUSS., Hél. IV, 2]
Si fait, non fait, termes durs et mal polis [DE CAILLIÈRES, 1690]
Si fait se dit encore ; non fait ne se dit plus.
19° Tout à fait, loc. adv. Entièrement.
Je suis chrétien, Néarque, et le suis tout à fait [CORN., Poly. II, 6]
Théglath-Phalasar, premier roi d'Assyrie ou de Ninive, qui réduisit à l'extrémité le royaume d'Israël, et détruisit tout à fait celui de Syrie [BOSSUET, Hist. I, 7]

PROVERBE

    La bonne volonté est réputée pour le fait.

HISTORIQUE

  • XIIe s.
    Al roi Marsille [il] a touz les faix contez [, Ronc. p. 69]
    Seignor, dit l'apostoles [le pape], moult est honteus ces fais [ce fait] [, Sax. X]
    Al jour del jugement, quant Dex tiendra ses plais, Auront li pecheor grant gaaing de lor fais [bonnes actions] [, ib.]
  • XIIIe s.
    Bien voient qu'il auront de leur fait la deserte [récompense] [, Berte, XCIV]
    Quiconques vous tiegne pour sage, je vous tieng pour fol, et bien sai que jou meïsmes serai blasmés pour vostre fait [H. DE VALENC., III]
    Et li vaillans hons tant m'amoit, Qu'en tous ses fais me reclamoit [, la Rose, 6206]
    Il renoncerent de fet à toutes les cozes temporex dehors lor eglises [BEAUMANOIR, LVI, 1]
    Mais bien se gart li maris qui tele venjance veut pendre [prendre] de se [sa] feme, qu'il ne laisse passer le fet present [ID., XXX, 104]
    Le [la] quinte cause si est, se cil à qui le [la] dette est demandée, a esté sousaagiés, et on li demande du fet de ses devanciers [ID., VIII, 7]
    Et sachiés que ce fu un tres biau fait d'armes [JOINV., 226]
    Quant il laisse le prologue et vient au fait, et dit la propre chose sur quoi est l'achoisons et la matiere de tot son conte [BRUN. LATINI, Trésor, p. 517]
    Toutes choses qui sont en nos [nous] par nature, sont premierement en pooir, et puis en fait [ID., ib. p. 266]
  • XIVe s.
    Tout le fait, tout le negoce de vertu moial et de politiques [ORESME, Eth. 40]
    Or dittes vostre fait, j'en ai dit ma partie [, Guesclin. 8645]
  • XVe s.
    E+ passerent outre à ce mardi au matin tous ceux de l'avant-garde, et à fait [à mesure] qu'ils venoient, ils se logeoient en la ville [FROISS., II, II, 184]
    Il estoit ordonné que ces gens d'armes devoient aller de fait [de force] en la maison de Jean de Lyon [ID., II, II, 54]
    De fait avisé [à dessein] [ID., I, I, 189]
    Là eut, je vous dis, de premier fait, de belles joustes et de grandes appertises d'armes [ID., II, II, 5]
    Brievement, on ne vit oncques tant de bonnes gens, chevaliers et escuyers qui là estoient, estre perdus à si peu de fait ; car chacun fuyoit qui mieux mieux [ID., I, I, 230]
    Et ne se voulut conjoindre en ces defiances [défis], et dit qu'il feroit son fait à part lui à temps et à point [ID., I, I, 79]
    Or convint là les Anglois souffrir et endurer grand peine, car leurs ennemis estoient quatre contre un et toutes gens de fait et de mer [ID., I, I, 122]
    Nous leur [aux Gantois] avons octroyé que.... nous les aiderions.... contre tous ceux qui par voie de fait les voudroient grever [ID., II, II, 241]
    Et de fait messire Seret de Poix fut rué jus par les gens au duc d'Orliens [FENIN, 1414]
    Or ai-je esté pris sur le fait, Je ne le puis jamais nier [, Patelin]
    Et espie et enquiert, dont il fait que foul ; car noble cuer de homme ne doit point enquerir du fait des femmes [, Les 15 joyes du mariage, p. 65]
    Escripre et mettre par memoire ce que j'ay sceu et congneu des faicts du roy Louis [COMM., Prol.]
    Si le jeune prince s'est allé perdre, ne perdons pas sa maison ni le fait de son pere ni le nostre [ID., I, 13]
    Le roy estoit trop puissant et avoit son fait bien acoustré [ID., III, 2]
    .... Bien montez et bien armez et qui jà longtemps avoient exercé le fait de la guerre [ID., IV, 1]
    Et quant le roy nostre maistre eust entendu le fait de la mer aussi bien qu'il entendoit le fait de la terre, jamais le roy Edouard ne fust passé [en France] [ID., IV, 5]
  • XVIe s.
    Je parle devant ceux qui estoient au fait, ausquels il en souvient, et qui peuvent cestuyci dedire s'il ment [M. DU BELLAY, 225]
    La force de l'amitié se montre bien plus richement en son faict, qu'en celuy d'Aretheus [MONT., I, 217]
    Si je feusse nay d'une complexion plus desreglée, je crains qu'il feust allé piteusement de mon faict [ID., II, 123]
    Seroit-il vray que pour estre bon à faict [entièrement], il nous le faille estre par naturelle proprieté ? [ID., II, 124]
    Tout à faict [MONT., I, 251]
    C'est le fait d'un bon mesnager, de.... [LA BOÉTIE, 112]
    Les jeunes hommes se trouverent estonnez, et restiverent un petit quand ce vint au faict et au prendre [AMYOT, Pélop. 66]
    S'il estoit besoing que toute une trouppe de gens de cheval tournast ensemble à demy ou à faict [ID., Philop. 11]

ÉTYMOLOGIE

  • Provenç. fag, faig, fait ; catal. fet ; espagn. hecho ; portug. feito ; ital. fatto ; du latin factum, fait, neutre de factus, participe passif de facere.

fait

FAIT. n. m. Ce que quelqu'un fait, a fait ou fera. Il nie le fait. On lui impute des faits graves. C'est par des faits que je veux lui prouver mon attachement. Ses faits ne répondent pas à ses promesses. Se vanter ainsi ne peut être que le fait d'un fanfaron. Par le fait d'autrui. Prov., L'intention est réputée pour le fait.

Convenir de ses faits, S'entendre d'avance avec quelqu'un sur ce qu'on fera.

Être sûr de son fait, Être sûr de ce qu'on dit, de Ce qu'on avance ou du succès de ce qu'on a entrepris.

Cela est du fait d'un tel, C'est un tel qui en est l'auteur. Cela est de mon fait. Cela est de votre fait.

Les hauts faits, les beaux faits d'armes, Les exploits militaires.

Fam. et par plaisanterie, Les faits et gestes d'une personne, La vie et les actions d'une personne. On sait ses faits et gestes.

Fam., Entendre bien son fait, Être habile dans sa profession.

En termes de Jurisprudence, Voie de fait. Voyez VOIE.

En venir au fait, En venir à l'exécution. Il allait en venir au fait, si on ne l'eût retenu.

Fam., Au fait et au prendre, Au moment de l'exécution, quand il est question d'agir, de parler. Quand on vint, quand ce fut au fait et au prendre. Il prétendait être au courant; mais, au fait et au prendre, il s'est trouvé ne rien savoir de l'affaire.

Prendre quelqu'un sur le fait, Le surprendre dans le temps même où il fait une action qu'il voulait cacher. Cet employé volait son patron : il a été pris sur le fait.

Dans son fait se dit dans le même sens que Dans son cas. Il y a un peu de malice dans son fait.

En termes de Palais, Prendre fait et cause pour quelqu'un, Intervenir en cause pour lui. Cela signifie aussi, dans le langage ordinaire, Se déclarer pour quelqu'un, prendre son parti, le défendre.

Il signifie en général Toute chose qui arrive, qui a lieu, qui a eu lieu. Un fait singulier. Un fait miraculeux. L'importance d'un fait. C'est un fait unique dans l'histoire. Ces faits sont antérieurs à... Le récit des faits. Les faits historiques. Présenter habilement les faits. Alléguer un fait. Vérifier, constater un fait. Le fait est constant, certain, exact, authentique. Un fait avéré et public. On m'a confirmé le fait. Ces faits ne laissent aucun doute sur sa culpabilité. Les faits seuls réfutent cette calomnie. Articuler des faits. Dénaturer les faits. Rétablir les faits.

Faits divers. Voyez DIVERS.

Un fait accompli, Une chose faite et sur laquelle il semble qu'il n'y a plus à revenir. Se trouver en face du fait accompli.

Il se dit souvent, dans une acception particulière, de l'Événement, du cas, de l'espèce dont il s'agit, et s'emploie surtout dans les discussions, les contestations, les plaidories. Il parla pendant une heure, sans dire un mot du fait. Exposer le fait. Voilà le fait. Ne nous écartons pas du fait. Revenons au fait. Venez au fait, ou, elliptiquement, Au fait. Il va droit au fait. Moyens de fait et de droit.

Aller au fait, venir au fait signifient, par extension, En venir à l'essentiel, au principal, à l'intéressant. Pourquoi tant de détours? venez donc au fait. C'est un homme qui va tout de suite au fait.

Au fait signifie quelquefois Tout bien considéré. Au fait, qu'est-ce que je risque? Voyez plus loin De fait.

En termes de Procédure, Faits et articles, Les faits sur lesquels, en matière civile, l'une des parties fait interroger sa partie adverse. On l'a interrogé sur faits et articles. Faits nouveaux, Ceux qui n'ont pas encore été allégués au procès et dont une partie demande à faire la preuve. En matière criminelle, on appelle Faits justificateurs Ceux qu'un accusé allègue pour prouver son innocence.

C'est un fait, cela est de fait, il est de fait que... se dit en parlant de Choses constantes et avérées, qu'on ne peut nier.

Mettre en fait, poser en fait, Avancer une proposition qu'on soutient être véritable. Je mets en fait que ces deux personnes...

C'est un fait à part, c'est un autre fait, C'est une autre chose, une autre affaire.

Le fait est que... La vérité est que... Le fait est que je n'en savais rien.

Pour la rareté du fait, À cause de la singularité de la chose. Je voudrais bien voir cela, pour la rareté du fait.

Être au fait, Être bien informé; Mettre au fait, Bien informer de ce dont il s'agit, et Se mettre au fait, S'informer. Quand vous serez au fait. Quand on vous aura mis au fait de toutes les circonstances, vous ne serez plus étonné. Vous vous mettrez aisément au fait de cette affaire. Ces locutions s'emploient également en parlant de l'Habitude, de l'habileté nécessaire pour faire certaines choses. Cette jeune fille est bien au fait du ménage. Il se fut bientôt mis au fait de son nouvel emploi.

En termes de Jurisprudence, FAIT se dit par opposition à Droit. Possession de fait, possession de droit. Moyens de fait, moyens de droit. Une question de fait. Une question de droit. Un point de fait, un point de droit.

Un gouvernement de fait, Un pouvoir récent qui n'existe en vertu d'aucun droit reconnu.

FAIT se dit encore particulièrement, tant au sens physique qu'au sens moral, de Toute chose dont on a reconnu, vérifié, constaté l'existence; et alors on l'emploie surtout en parlant de Systèmes, de théories. Faits physiques. Faits physiologiques. Il tire de ce fait des conséquences trop générales. De nouveaux faits sont venus confirmer ce principe. Toute sa doctrine est appuyée sur les faits. Ce système a pour base des faits incontestables. L'examen, l'observation, l'étude des faits. Un grand nombre de faits. C'est là un fait très remarquable. Aucun raisonnement ne saurait détruire un fait. Cette théorie s'évanouit devant les faits.

Il signifie en outre Ce qui convient à quelqu'un, ce qui s'adapte à ses besoins, à ses goûts. Cet emploi serait bien le fait d'un tel. Ce mariage n'est point votre fait.

Fam., Dire à quelqu'un son fait, Lui dire franchement ce qu'on pense de sa manière d'agir.

DANS LE FAIT, PAR LE FAIT, EN FAIT, loc. adv. Réellement, effectivement, au fond, quelles que soient les apparences. On envie sa condition, quoique, dans le fait, il soit très malheureux. Il se trouva, par le fait, maître absolu de tout le pays.

DE FAIT, loc. adv. En réalité, véritablement. Il se dit par opposition à Ce qui n'est que fictif, apparent. Il n'était roi que de nom, un autre l'était de fait.

Il signifie quelquefois Effectivement. On annonça qu'il tiendrait bientôt, et, de fait, un quart d'heure après il arriva.

Il est de fait que..., Il est sûr que.. ou Il faut convenir que... Il est de fait que vous ne pouviez guère vous aviser de cet inconvénient.

EN FAIT DE, loc. prép. En matière de. En fait de procès, de littérature, de religion, etc. Il est maître en fait de ruse, en fait de flagornerie.

TOUT À FAIT, loc. adv. Entièrement. L'ouvrage est tout à fait terminé. Il était dans un état tout à fait déplorable. Il est tout à fait ruiné.

fait


FAIT, s. m. [Fèt: è moy. le t final s'y prononce toujours au singulier.] Ce qu'on fait, qu'on a fait. "Chacun répond de son fait, de ses faits. "C'est un fait singulier.
   On n'agit pas toujours aussi bien que l' on pense:
   Un beau raisonement ne détruit pas un fait.
       La Chaussée.
Il signifie souvent la chôse, le câs et l'espèce dont il s'agit. Il va droit au fait; ne nous écartons pas du fait. Poser, narrer, déduire le fait.
   Ce mot entre dans plusieurs expressions et manières de parler. — Venir au fait. "Venons au fait. * BOSSUET dit, à notre fait, ce qui n'est pas si bien. — Mettre ou poser en fait: (le 2d me parait le meilleur: l'Acad. les dit tous deux indiféremment.) Il régit la conjonct. que, et l'indicatif. "Il met en fait qu'ils ne peuvent produire aucun Père (de l'Église.) Boss. "Les Romains pôsent en fait que, etc. Id. — Rousseau s'élève contre les Impies qui ôsent
   Poser en fait qu'au corps subordonée,
   L'âme avec lui meurt, ainsi qu'elle est née.
Dire ou doner à quelqu'un son fait, lui répondre de manière à le confondre.
   Plus d'une fois ta piquante hyperbole
   À~ tes censeurs a su doner leur fait.
       ROUSS.
"Après lui avoir dit son fait, (au Roi) elle se retire fort tranquillement. Ext. Cirt. de Warvich.
   Être au fait de. * La Bruyère, dit dans le fait, ce qui est contre l'usage. "Leur avez-vous lu un seul endroit de l'ouvrage: c'est assez, ils sont dans le fait: ils entendent l'ouvrage. — On doit dire: ils sont au fait. Il régit quelquefois de: "Il est au fait de cette afaire. = Prendre sur le fait, surprendre quelqu'un, fesant une action qu'il voulait cacher. Fontenelle a dit, prendre la natûre sur le fait, deviner son secret, découvrir la caûse des phénomènes. = C'est votre fait, cela vous convient. "C'est mon fait, cela m'acomode.
   Une mouche, en faisant sa ronde,
   Vit un vâse rempli de lait.
   Bon! dit-elle aussi-tôt, c'est bien ici mon fait.
       L'Ab. Reyre.
  J'alois ofrir mon fait à part.
      La Font.
c. à. d. mon présent en particulier. = Cela vaut fait, vous pouvez y compter. = Le fait est que, etc. "Elle a une courbatûre éfroyable. — Il y a une demi-heure qu'elle sautoit dans le jardin. — C'est que je ne suis pas douillette; mais le fait est que je suis malade. Théat. d'Ed. Ces locutions ne sont que du style familier. "Le fait est que se trouvant maîtres absolus dans la Diète, ils s'enivrèrent de leurs succès. Hist. de la dern. Révol. de Suède. "Cette familiarité, le fait est que, pâsse dans la conversation, mais ne peut convenir à l'Histoire, dit un des Auteurs du Mercûre. = Prendre fait et caûse pour quelqu'un, ou prendre le fait de... prendre sa défense, son parti. = Je suis sûr de mon fait, de ce que je dis, de ce que j'avance. = Il entend bien son fait, il est habile dans ce qui le regarde. = Voie de fait, voie de violence, dont on ûse, sans avoir recours à la Justice. = Si-fait, oui. Voy. SI.
   DE FAIT, adv. En éfet, certainement. Il est du style familier et se met à la tête de la phrâse. = En fait de... en matière de... le 2d est plus noble. "En fait de religion, de litératûre, etc. = Tout-à-fait. Entièrement. "Il est tout-à-fait ruiné.

fait


FAIT, FAITE, adj. [, et devant une voyelle fèt, fète: 1reè moy.] Homme fait, qui est dans un âge mur. Bien fait, fait à plaisir, fait à peindre; beau, de belle tâille, de bonne mine. "Femme, fille bien faite. — Mal fait, laid, mal bâti. = On dit aussi d'un cheval, qu'il est bien fait, ou mal fait dans sa tâille. = Avoir la tête mal faite, être bizârre, déraisonable. — On dit, ironiquement, d'un homme qui tire vanité d'une chose, dont il ne résulte pour lui nul avantage. "Cela lui rend la jambe bien faite.

Synonymes et Contraires

fait

nom masculin fait
2.  Ce qui est incontestable.
Traductions

fait

()

faite

(fɛt)
adjectif
1. exécuté un travail bien fait C'est fait main.
tout prêt un plat tout fait
2. qui a un bel aspect, un beau corps une femme bien faite
3. un fromage dont l'intérieur est mou

fait

Tatsache, ausgewachsen, erwachsen, reif, Fakt, Faktum, Wirklichkeit, Ereignis, erledigtfact, mature, adult, full‐grown, ripe, de facto, deed, event, done, occurrencevolwassen, gedaan, feit, belegen, bezonken, groot, rijp, volgroeid, gemaakt, uitgevoerd, gebeurtenis, voorvalאירוע (ז), מאורע (ז), מבוצע (ת), עובדה (נ), עשוי (ת), מְבֻצָּע, עֻבְדָּהфактfetfakt, hotový, událostkendsgerning, virkelighed, afsluttet, faktum, forekomstčinjenica, slučaj, učinjentényfakta, kenyataanfatto, dunque (venire al dunque), avvenimentofakt, sporządzony, występowaniefacto, fato, feito, ocorrênciafaptфакт, происшествие, сделанныйdejstvoحُدُوثً, حَقِيقَة, مُكَمَّلγεγονός, περιστατικό, τετελεσμένοςhecho, incidenciatapaus, tehty, tosiasia事実, 出来事, 終了した끝난, 발생, 사실ferdig, realitet, tilfellefaktum, gjord, händelseเสร็จสิ้น, เหตุการณ์ที่เกิดขึ้น, ความจริงgerçek, olay, yapılmışchuyện xảy ra, đã xong, sự kiện事实, 发生, 完成了 ()
nom masculin
1. action de faire le fait d'écouter
2. ce qui a eu lieu, événement un fait divers expliquer les faits
3. à propos
4. en réalité
5. surprendre qqn en train de faire qqch Le voleur a été pris sur le fait.
6. aller à l'essentiel Viens-en au fait !
7. complètement être tout à fait libre

fait

[fɛ]
vb
voir faire
nm
(= événement) → event
les faits survenus le mois dernier à Genève → the events that took place last month in Geneva
un fait nouveau → a new development
(= réalité) → fact
C'est un fait, on ne peut pas prétendre le contraire → It's a fact, we can't pretend otherwise.
le fait de faire → the fact of doing
le fait de manger → the fact of eating
le fait que → the fact that
du fait de ... → because of ..., on account of ...
du fait que ... → because of the fact that ..., on account of the fact that ...
du fait qu'il a menti → because of the fact that had lied, on account of his lying
de ce fait → therefore, for this reason
(= acte) faits de guerre → acts of war
être le fait de → to be the work of
prendre qn sur le fait → to catch sb in the act
les faits et gestes de qn → sb's doings
(autres locutions) au fait (= à propos) → by the way
Au fait, est-ce que tu as aimé le film d'hier? → By the way, did you enjoy the film yesterday?
en venir au fait → to get to the point
être au fait de → to be informed of
mettre qn au fait → to inform sb, to put sb in the picture
prendre fait et cause pour qn → to side with sb
dire son fait à qn → to give sb a piece of one's mind
de fait → de facto
en fait → in fact, actually
En fait je n'ai pas beaucoup de temps → I haven't got much time actually.
en fait de repas → by way of a meal

fait

[fɛ, fɛt]
pp de faire
adj
[fromage, melon] → ripe
[yeux] → made-up; [ongles] → painted
(autres locutions) tout fait, toute faite (= préparé à l'avance) → ready-made
c'en est fait de notre tranquillité → that's the end of our peace
c'est bien fait pour lui → it serves him right
Il n'a pas réussi - c'est bien fait! → He failed - which served him right.
fait d'armes nmplfeat of arms
fait divers nmshort news item