fastidieux, euse

FASTIDIEUX, EUSE

(fa-sti-di-eû, eû-z') adj.
Qui cause de l'ennui, du dégoût.
Il [M. de Voltaire] fut le premier qui dérogea à l'usage fastidieux de ne remplir un discours de réception que des louanges du cardinal de Richelieu [VOLT., Mél. littér. Comment. hist. sur les œuvres de l'auteur de la Henriade.]
Il se dit aussi des personnes.
Je vois beaucoup de gens à la cour qui, se servant de cette liberté, ne font point de difficulté de dire : Cet homme est fastidieux, pour dire ennuyeux, et qui n'oseraient l'écrire [, Opusc. lang. franç. p. 253, dans POUGENS]
Je me tins pour dit qu'il fallait absolument nous débarrasser d'un si fastidieux personnage [LESAGE, Guzm. d'Alf. III, 9]
Substantivement.
J'irais de ma pensée interrompre le cours.... Pour un fastidieux, qui n'a pour l'ordinaire Ni le don de parler, ni l'esprit de se taire [REGNARD, Distr. IV, 7]

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    Je vous jure que je n'ay jamais rien trouvé de trop long ni de fastidieux dans vostre entretien [SULLY, t. VI, p. 212, dans LACURNE]

ÉTYMOLOGIE

  • Provenç. fastigos ; espagn. et ital. fastidioso ; du lat. fastidiosus, de fastidium, dégoût.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    FASTIDIEUX. Ajoutez :
    Dégoûté, difficile à satisfaire (c'est un latinisme).
    La critique la plus fastidieuse fut obligée de reconnaître que... [ED. SCHERER, Études critiques sur la littér. contemp. p. 22]