fautif, ive

FAUTIF, IVE

(fô-tif, ti-v') adj.
Qui est sujet à faillir.
Il est manifeste que, nonobstant la souveraine bonté de Dieu, la nature de l'homme, en tant qu'il est composé de l'esprit et du corps, ne peut qu'elle ne soit quelquefois fautive et trompeuse [DESC., Médit. VI, 22]
L'homme est fautif ; nul vivant ne peut dire N'avoir failli.... [PIBRAC, dans le Dict. de Trévoux, au mot fautif.]
La vue est de tous les sens le plus fautif [J. J. ROUSS., Ém. II]
Plein de fautes.
Rien n'est si fautif que ces lois qui redressent les fautes [PASC., Vrai bien, 4 (éd. FAUGÈRE).]
On ne peut montrer plus de respect pour ses ancêtres ; mais on ne peut supputer les temps d'une manière plus fautive en comparaison de nos nations modernes [VOLT., Dict. phil. Chronologie.]
Pièce de bois fautive, celle qui a quelque défaut, ou qui n'est pas carrée.

REMARQUE

  • On dit souvent et populairement, mais à tort, fautif dans le sens de qui a failli : J'ai été réprimandé, et pourtant je n'étais pas fautif.

ÉTYMOLOGIE

  • Faute ; génev. fautif, coupable (ne persiste pas à nier, avoue que tu es fautif). Le XVIe siècle se sert non de fautif, mais de faultier.