femme


Recherches associées à femme: homme

femme

[ fam] n.f. [ lat. femina ]
1. Être humain du sexe féminin (par opp. à homme, à mâle) : Femmes et hommes sont séparés dans les saunas.
2. Adulte du sexe féminin (par opp. à fille, à jeune fille) : Elle est devenue une femme.
3. Personne mariée du sexe féminin : Voici sa femme
4. Adulte de sexe féminin considéré par rapport à ses qualités, ses activités, ses origines : Une femme de parole. Une femme de lettres.
5. Peut être suivi ou précédé d'un nom de profession du genre masculin, lorsque le nom de cette profession n'a pas encore de féminin : Un femme ingénieur. Un médecin femme.
Bonne femme
Femme au foyer,
femme sans profession, qui s'occupe de sa famille.
Femme de ménage,
femme employée à faire le ménage chez un particulier, dans des bureaux. (En Belgique, on dit femme d'ouvrage ou femme à journée.)

FEMME

(fa-m') s. f.
L'être qui dans l'espèce humaine appartient au sexe féminin ; la compagne de l'homme.
Et perdez-vous encor le temps avec des femmes ? [CORN., Hor. II, 7]
Que la vengeance est douce à l'esprit d'une femme ! [ID., Cinna, V, 2]
Mon père, je suis femme et je sais ma faiblesse [ID., Poly. I, 4]
Quoi que veuille exiger une femme adorée [ID., Othon, II, 4]
Vous aimez, vous plaisez, c'est tout auprès des femmes [ID., Pulch. III, 3]
Toute femme est puissante avecque la beauté [ROTROU, Bélis. I, 2]
Et femme qui compose en sait plus qu'il ne faut [MOL., Éc. des f. I, 1]
Ces femmes qui donnent toujours le petit coup de langue en passant [ID., Impr. 1]
Que le cœur d'une femme est mal connu de vous, Et que vous savez peu ce qu'il veut faire entendre, Lorsque si faiblement on le voit se défendre ! [ID., Tart. IV, 5]
Je ne suis pas de ceux qui disent, ce n'est rien, C'est une femme qui se noie ; Je dis que c'est beaucoup ; et ce sexe vaut bien Que nous le regrettions, puisqu'il fait notre joie [LA FONT., Fabl III, 16]
C'étaient principalement des femmes qui dogmatisaient sous le voile de la sainteté.... on ne les épargna pas sous prétexte qu'elles étaient femmes et qu'elles étaient ignorantes [BOSSUET, États d'oraison, I, 11]
Elle ne voit que des femmes ; mais les femmes sont aussi dangereuses que les hommes [MAINTENON, Lett. au card. de Noailles, 5 oct. 1708]
Je sais mes perfidies, Énone, et ne suis point de ces femmes hardies Qui, goûtant dans le crime une tranquille paix, Ont su se faire un front qui ne rougit jamais [RAC., Phèd. III, 3]
Les hommes et les femmes conviennent rarement sur le mérite d'une femme ; leurs intérêts sont trop différents [LA BRUY., III]
Il y a dans quelques femmes une grandeur artificielle attachée au mouvement des yeux, à un air de tête, aux façons de marcher, et qui ne va pas plus loin [ID., ib.]
La plupart des femmes n'ont guère de principes, elles se conduisent par le cœur [ID., ib.]
Un homme qui serait en peine de connaître s'il change, s'il commence à vieillir, peut consulter les yeux d'une jeune femme qu'il aborde et le ton dont elle lui parle [ID., ib.]
Il arrive quelquefois qu'une femme cache à un homme toute la passion qu'elle sent pour lui, pendant que de son côté il feint pour elle toute celle qu'il ne sent pas [ID., ib.]
Ce qui prouve bien que les femme n'ont point de si cher intérêt que celui de leur beauté [LESAGE, Diable boit. ch. 9]
Si une femme [dans les temps féodaux] appelait quelqu'un sans nommer son champion [dans les duels judiciaires], on ne recevait point les gages de bataille ; il fallait encore qu'une femme fût autorisée par son baron, c'est-à-dire son mari, pour appeler ; mais sans cette autorité, elle pouvait être appelée [MONTESQ., Esp. XXV, 25]
Elle paraît bien ferme dans la résolution de supporter ma solitude ; les femmes ont plus de courage qu'on ne croit [VOLT., Lett. Richelieu, 5 janv. 1755]
Les femmes, qui sont partout en pareil nombre que les hommes, à un quinzième ou seizième près, selon les observations de ceux qui ont calculé avec plus d'exactitude ce qui concerne le genre humain [ID., Mœurs, 1]
Les femmes, ayant les os plus ductiles que les hommes, arrivent en général à une plus grande vieillesse [BUFF., Prob. de la vie, t. X, p. 515, dans POUGENS]
Je vois, dans le moment actuel, plusieurs femmes en France qui cultivent les lettres avec gloire et dans différents genres [GENLIS, Veillées du chât. t. III, p. 207, dans POUGENS]
.... Telle femme est charmante, entre nous, Dont on serait fâché de devenir l'époux [COLLIN D'HARLEV., Vieux célib. I, 8]
Tous les soins d'une femme ont un charme si doux [DUCIS, Abufar, I, 3]
Et lorsqu'elle a péri sous les coups des bourreaux, La femme a disparu pour n'offrir qu'un héros [LEGOUVÉ, Épichar. et Nér. V, 5]
C'est la pure amitié ; tendre sans jalousie, Des hommes qu'elle unit elle enchaîne la vie ; Mais auprès d'une femme elle a plus de douceur ; C'est alors que d'Amour elle est vraiment la sœur.... On a moins qu'une amante, on a plus qu'un ami [ID., Mérite des femmes.]
Ô femmes, c'est à tort qu'on vous nomme timides ; à la voix de vos cœurs vous êtes intrépides, [LEGOUVÉ, Mérite des femmes]
Ce fut là [dans la Bérésina] qu'on aperçut des femmes, au milieu des glaçons, avec leurs enfants dans leurs bras, les élevant à mesure qu'elles s'enfonçaient ; déjà submergées, leurs bras roidis les tenaient encore au-dessus d'elles, [SÉGUR, Hist. de Nap. XI, 9]
Elle est femme, elle est bien femme, elle a les penchants, les qualités, les grâces, les faiblesses ordinaires à son sexe.
Elle flotte, elle hésite, en un mot elle est femme [RAC., Ath. III, 3]
Être femme à, n'être pas femme à, avec un verbe à l'infinitif, être capable de, n'être pas capable de. Elle est femme à se marier, si on ne la marie.Elle n'est pas femme à se laisser séduire.Terme d'ancienne législation. Femme de corps, femme de condition serve. Femme franche, femme de condition libre et non serve.
Familièrement. Une bonne femme, une femme dont le caractère est simple et bon.
Madame Dorval, c'était son nom, était ce qu'on appelle une bonne femme [DUCLOS, Confess. comte de ***, Œuvres, t. VIII, p. 126, dans POUGENS.]
Par extension. Bonne femme, une femme âgée.
Elle vit sous la conduite d'une bonne femme de mère qui est presque toujours malade [MOL., Avare, I, 2]
Ma bonne femme de mère aura dit quelque chose de mal à propos [DANCOURT, Bourg. à la mode, III, 12]
Une bonne femme, une femme d'une condition inférieure. Contes de bonne femme, contes qui ne méritent aucune créance, et que peut seule croire une vieille femme ignorante. Remède de bonne femme, un de ces remèdes dont la connaissance est familière aux femmes âgées.
C'est encore une bonne femme qui en guérit [du ver solitaire], et le grand Tronchin en raisonne fort bien [VOLT., Lett. Mme du Deffant, 22 avr. 1764]
Une maîtresse femme, femme pleine de fermeté, qui sait bien gouverner sa maison.
Épouse.
Il vaut mieux demeurer avec un lion et avec un dragon que d'habiter avec une méchante femme [SACI, Ecclésiastique, XXV, 23]
Ô mère, ô femme, ô reine admirable et digne d'une meilleure fortune, si les fortunes de la terre étaient quelque chose ! [BOSSUET, Reine d'Angl.]
Une femme forte, pleine d'aumônes et de bonnes œuvres, précédée, malgré ses désirs, par celui que tant de fois elle avait cru devancer [ID., le Tellier.]
Considérez ce que peut dans les maisons la prudence d'une femme sage pour les soutenir, pour y faire fleurir dans la piété la véritable sagesse et pour calmer des passions violentes qu'une résistance emportée ne ferait qu'aigrir [ID., Marie-Thér.]
C'était la femme prudente qui est donnée proprement par le Seigneur [ID., ib.]
Son imprudente flamme Du tyran de l'Épire allait ravir la femme [RAC., Phèdre, III, 5]
J'ai vécu pour venger ma femme et ma patrie [VOLT., Tancr. v, 6]
Les rois francs, Gontran, Caribert, Sigebert, Chilperic, Dagobert, avaient eu plusieurs femmes à la fois, sans qu'on eût murmuré [ID., Mœurs, 30]
Ma femme, expression dont un mari se sert en parlant à sa femme ou en parlant d'elle.
Je vous nomme monsieur, appelez-moi madame, Ma femme est si bourgeois [HAUTEROCHE, Bourg. de qualité, II, 6]
À moins d'être du peuple, on ne dit point ma femme [BOURSAULT, Mots à la mode, sc. 1]
Ma femme est toute aimable ; oui, mais elle est ma femme [DESTOUCHES, Phil. marié, I, 1]
Prendre femme, se marier.
Et de quelque façon que vous tourniez l'affaire, Prendre femme est à vous un coup bien téméraire [MOL., Éc. des f. I, 1]
J'aurais bien mieux fait, tout riche que je suis, de m'allier en bonne et franche paysannerie que de prendre une femme qui se tient au-dessus de moi [ID., G. Dandin, I, 1]
Chercher femme, chercher à se marier.
Que le bon soit toujours camarade du beau, Dès demain je chercherai femme [LA FONT., Fabl. VII, 2]
Femme de bien, femme d'honneur, femme qui se conduit bien.
Une femme d'honneur peut avouer sans honte Ces surprises des sens que la raison surmonte ; Ce n'est qu'en ces assauts qu'éclate la vertu, Et l'on doute d'un cœur qui n'a point combattu [CORN., Poly. I, 3]
Croyez-moi, celles qui font tant de façons n'en sont pas estimées plus femmes de bien [MOL., Critique, 3]
Terme de jurisprudence. Femme commune, femme mariée sous le régime de la communauté. Femme non commune, se dit au contraire de celle dont le contrat porte qu'il n'y a point de communauté entre elle et son mari.
La femme ne peut ester en jugement sans l'autorisation de son mari, quand même elle serait marchande publique, ou non commune, ou séparée de biens [, Code Nap. art. 215]
Celle qui est ou a été mariée, par opposition à fille. Les femmes et les filles.
Il se dit quelquefois et familièrement de celle qui est parvenue à la nubilité. La voilà bientôt femme.
Femme de qualité, femme appartenant à la noblesse. Femme d'épée, se disait pour femme appartenant à la noblesse d'épée ; et femme de robe, pour femme appartenant à la noblesse de robe.
Je ne veux voir que des femmes de qualité, s'il vous plaît. - Eh bien ! oui, des femmes de robe. - Non, monsieur, des femmes d'épée ; c'est mon faible que les femmes d'épée, je vous l'avoue [DANCOURT, les Bourgeoises à la mode, IV, 6]
Je lui dis des duretés qu'un petit-maître n'oserait dire à une femme de robe [LESAGE, Crisp. riv. de son maître, sc. 15]
La femme une telle, se dit en parlant d'une femme d'une condition peu relevée.
Cet ami pourra-t-il trouver la femme Armand ? [COLLIN D'HARLEV., Vieux célib. IV, 2]
La femme une telle, se dit aussi en justice.
Envie, fantaisie de femme grosse, désir subit, appétit pressant, souvent désordonné, qui saisit parfois une femme enceinte. Fig. Il se dit de toute espèce de désir vif et peu raisonnable.
10° Femme de chambre, femme attachée, moyennant salaire, au service intérieur et particulier d'une personne du sexe.
Tel prince qui écrit comme une femme de chambre, a été fort mal élevé [VOLT., Dict. phil. Charles IX]
Où trouver une femme de chambre discrète ? voilà la sixième à laquelle je donne ma confiance [GENLIS, Théât. d'éduc. les Dangers du monde, III, 7]
Au plur. et absolument. Femmes, se dit de plusieurs femmes de chambre attachées au service de la même personne. Elle appela ses femmes.
Ses femmes, à toute heure, autour d'elle empressées [RAC., Bérén. IV, 6]
Femmes, gardes, vizir, pour lui j'ai tout séduit [ID., Bajaz. I, 3]
Femme de charge, femme attachée au service d'une maison, pour avoir soin du linge, de la vaisselle d'argent, etc. Femme de ménage, femme du dehors par laquelle on fait faire son ménage. Se dit aussi de la maîtresse de maison. C'est une excellente femme de ménage.Femme de journée, femme qu'on emploie à la maison pour un travail quelconque, et que l'on paye à tant la journée.
11° Femme publique, femme qui se livre à la prostitution.
Charlemagne avait tâché de bannir absolument de Paris les femmes publiques ; il avait ordonné qu'elles seraient condamnées au fouet, et que ceux qui les auraient logées, ou chez qui on les aurait trouvées, les porteraient sur leur cou jusqu'au lieu de l'exécution [SAINT-FOIX, Ess. Paris, Œuv. t. III, p. 72, dans POUGENS]
Femme de mauvaise vie, femme perdue, femme livrée à la débauche.
12° Sage-femme, voy. SAGE-FEMME.
13° Fig. C'est une femme, une vraie femme, se dit d'un homme sans énergie, sans courage. Demi-femme, se dit quelquefois d'un homme efféminé, mou comme une femme. En vérité, c'est une demi-femme.On dit qu'un homme fait la femme, lorsqu'il est oisif, efféminé.
14° Femme, dans le langage très familier, signifie souvent maîtresse. Faire une femme.À chaque instant il change de femme.
15° Femme, se prend quelquefois adjectivement.
Rien ne pèse tant qu'un secret ; Le porter loin est difficile aux dames ; Et je sais même sur ce fait Bon nombre d'hommes qui sont femmes [LA FONT., Fabl. VIII, 6]
J'ai été très contente de Mme la duchesse de Guiche ; elle m'a paru moins femme que je n'avais cru [MAINTENON, Lett. au card. de Noailles, 29 juill. 1698]
Il est vrai que rien n'est plus ridicule que de voir un nombre infini de femmelettes et d'hommes non moins femmes qu'elles.... [VOLT., Dict. phil. Médecins]
16° Femme, pour femelle, en parlant d'animaux.
Le castor est jaloux, et tue quelquefois sa femme pour cause ou soupçon d'infidélité [CHATEAUBR., Amér. Hist. natur. Castors.]
17° Terme de zoologie. Femmes marines, ou poissons-femmes, nom vulgaire donné aux lamentins, aux dugongs, etc.

PROVERBES

  • Maison faite et femme à faire, c'est-à-dire il faut acheter une maison toute bâtie, et épouser une jeune femme qu'on puisse accoutumer à son genre de vie.
  • Ce que femme veut, Dieu le veut, se dit pour exprimer que les femmes par leur persévérance finissent toujours par faire ce qu'elles veulent.
  • Le diable bat sa femme et marie sa fille, se dit quand il pleut et fait soleil en même temps.

HISTORIQUE

  • XIe s.
    Ki abate femme à terre pur faire lui forze [, L. de Guill. 19]
    [Ils] ne reverront lur meres ne lur femmes [, Ch. de Rol. CVII]
  • XIIe s.
    Puis tourne arriere comme famme adoulée [affligée] [, Ronc. p. 175]
  • XIIIe s.
    De là s'en ala il vers le roi Phelipe d'Alemaigne, qui sa serour avoit à fame [VILLEH., XLII]
    Ne qu'à Pepin le ber [je] soie fame espousée, Berte, XLIII Pourquoi ne prenez fame ? serez toujours ainsi ? [, ib. CVIII]
    Après mourut sa fame, la royne au vis clair [, ib. III]
    Une jeune pucele.... Qui gentis fame estoit, li rois ot fait nourrir [élever] [, ib. LXXXVII]
    Honeste coze est et bone à bailli qu'il ne sueffre pas que feme soit mise en prison por fas [faux] accusement ne por nul cas, se n'est par cas de crieme [BEAUMANOIR, 41]
    Car nous avon deux seurs à femmes, et sont nos enfans cousins germains [JOINV., 200]
    Par desus toutes ces choses, le roy donnoit chascun jour si grans et si larges aumosnes aus poures de religion.... à femmes decheues.... que à peine pourroit l'en raconter le nombre [ID., 298]
    L'aide de Dieu ne vient pas à la volonté de cels qui veulent vivre comme femmes [BRUN. LATINI, Trésor, p. 514]
  • XIVe s.
    Qui trop sa femme croit en la fin s'en repent [, Guesclin. 6263]
  • XVe s.
    Et estoit l'intention du duc qu'il emmenerc't avec lui femme et enfans, et feroit mariage en Castille et en Portugal avant que il retournast [FROISS., II, III, 32]
    Mon frere, je suys de la nature des femmes quant l'on me dit quelque chose en termes obscurs je veulx savoir incontinent que c'est, Lettre de Louis XI [, Bibl. des ch. 4e série, t. I, p. 16]
  • XVIe s.
    Beauté de femme n'enrichist homme [GÉNIN, Récréat. t. II, p. 235]
    Où il y a chiens, il y a puces ; où il y a pains, il y a souris ; où il y a femmes, il y a diables [ID., ib. p. 246]
    Pren le premier conseil de la femme et non pas le second [ID., ib. p. 248]
    Aucun n'est tenu à faire loy pour simple bateure qu'il a faite à son servant, ne à son filz, ne à son nepveu, ne à sa fille, ne à sa femme, ne à aucun qui soit de sa mesnie ; car l'on doit entendre qu'il le fait pour les chastier [, Anc. cout. de Norm. f° 104, dans LACURNE]
    Qui bat sa femme, il la fait braire ; Qui la rebat, il la fait taire [BOUGHET, Serées, p. 131, dans LACURNE]
    Abreuver son cheval à tous guetz, Mener sa femme à tous festins, De son cheval on faict une rosse, Et de sa femme une catin [LEROUX DE LINCY, Prov. t. I, p. 219]
    Bonne femme, bon renom, patrimoine sans parangon [ID., ib. p. 210]
    Ce que le baron [le mari] ayme, femme a en hayne [ID., ib. p. 221]
    Deux femmes font un plaid, trois un grand caquet, quatre un plein marché [ID., ib.]
    Femme et melon à peine les cognoist-on [ID., ib. p. 222]
    Femme qui envi file porte chemise vile [ID., ib. p. 224]
    La femme est la clef du menage [ID., ib. p. 226]
    Les femmes fenestrieres et les terres frontieres sont mauvaises à garder [ID., ib. p. 228]
    Souvent femme varie, bien fol est qui s'y fie [FRANÇOIS 1er, ]

ÉTYMOLOGIE

  • Wallon, feume ; bourguign. fanne ; ni vernais, fonne ; provenç. feme, femma, femena ; anc. catal. fembra ; espagn. hembra ; portug. femea ; ital femmina ; du latin foemina ou faemina ; d'après les derniers étymologistes, d'un radical foe, qui se trouve dans fœtus, fecundus, et de mina, suffixe participial, de sorte que foemina, participe du moyen, signifierait celle qui nourrit, allaite.

femme

FEMME. (On prononce Fame.) n. f. Être humain du sexe féminin, la compagne de l'homme. Un caprice de femme. Une femme mariée. Une jolie femme. Une belle femme. Une femme coquette. Une femme auteur. Une femme de lettres. Elle n'est pas femme à se laisser séduire.

Prov. et fig., Ce que femme veut, Dieu le veut, Les femmes veulent ardemment ce qu'elles veulent, et elles finissent ordinairement par l'obtenir.

Bonne femme, outre sa signification ordinaire, veut dire aussi Femme âgée. La bonne femme n'en peut plus. Quelquefois même, Bonne femme se dit par familiarité et par hauteur en parlant à une femme du peuple ou de la campagne.

Contes de bonne femme, Remèdes de bonne femme, Contes, remèdes traditionnels et populaires, transmis par la mémoire des femmes.

C'est une maîtresse femme, se dit d'une Femme habile, ferme, et qui sait se faire obéir.

Elle est femme, elle est bien femme, se dit pour faire entendre que Celle dont on parle a les charmes, tous les traits caractéristiques de son sexe.

Femme de chambre, Celle qui est attachée au service intérieur d'une maison. On disait absolument, au pluriel, Femmes, en parlant de Plusieurs femmes de chambre attachées au service de la même personne. Elle appela ses femmes. Elle envoya une de ses femmes.

Femme de charge, Femme attachée au service d'une maison et ayant une certaine autorité sur la tenue et l'économie intérieure de cette maison.

Femme de ménage, Femme du dehors qui vient faire le ménage et qu'on paie le plus souvent à l'heure.

Femme de journée, Femme qu'on emploie à la maison pour un travail quelconque et qu'on paie à la journée.

Femme publique. Voyez PUBLIC. Femme de mauvaise vie, femme perdue, Femme livrée à la débauche.

Un homme adonné aux femmes, Un débauché. Un homme à femmes, Un homme recherché des femmes.

FEMME se dit encore de Celle qui est nubile. La voilà bientôt femme.

Il se dit de même de Celle qui est ou qui a été mariée; et, dans ce sens, il est opposé à Fille. Les femmes et les filles. Femme en puissance de mari. Mari et femme. Avoir une femme. Femme infidèle. Femme sage. Femme de bien. Honnête femme. Femme grosse. Femme veuve. C'est sa femme légitime. Femme divorcée. Femme séparée de son mari. Votre femme vous a-t-elle accompagné? Femme commune en biens. Femme autorisée en justice.

Prendre femme, Se marier. Ce vieux garçon a enfin pris femme.

Prov. et fig., Le diable bat sa femme, et marie sa fille. Voyez DIABLE.

femme

Femme, f. penac. Signifie ores tout le sexe des femmes, comme, Dieu crea l'homme et la femme, Masculum et foeminam, et ores l'espouse d'un chacun marié, Vxor, et n'a le François terme propre pour ceste derniere signification, horsmis espouse, comme, la femme à Pierre, Vxor Petri, Ma femme, Vxor mea, Qui est une particularisation de ladite generalité du mot par adjection de termes possessifs, mais l'Espagnol, l'Italien, le Languedoc, et autres ont termes propres en ceste signification, disans Muger, acut. Moglie penac. et Moulié acut. Pro vxore, Le tout de Mulier mot Latin, et Hombra penac. Foemina antepenac. et Fenne ou Feme penac. Le tout du Latin Foemina, comme aussi les Grecs et les Latins ont divers termes, thêlus, et Foemina ou Mulier pour le general, et gunê et vxor pour le particulier, comme dit S. Jerome, pour iceluy mesme particulier.

Une femme des principales de la ville, Foemina primaria, Terent. in Phormione.

Femme mariée, Nupta, Marita.

La femme de Jehan, Vxor Iohannis.

La femme de mon fils, Nurus.

La femme de mon frere, Fratria.

La femme de mon nepveu, Pronurus.

Femme aigre et aspre, Mulier amara.

Femme de noble lignée, ou de bonne maison, Mulier natalibus clara.

Une femme d'honneur, Mulier stolata, Matrona.

Femme des plus estimées de la ville, Primaria foemina.

Une femme engendrée de parens francs, Liberalis vxor.

Une femme fort belle, Luculenta foemina.

Femme fardée, Mulier ficta vel fucata.

Femme grosse d'enfant, Grauis vtero, Praegnans, Ferens vterum.

Femme laissée et separée d'avec son mari, Dimissa e matrimonio.

Femme mariée estant en la puissance de son mari, Materfamilias.

Une sage femme, qui aide aux femmes qui sont en travail d'enfant, Obstetrix.

Femme qui a son flux de sang, Menstrualis mulier.

Femme qui n'est point sur les hommes, Remotissima a viris foemina.

Femme qui appete fort compagnie d'homme, Virosa mulier.

La femme qui travaille d'enfant, Parturiens.

Femme vertueuse et qui fait actes d'homme, Virago.

La femme escoute soigneusement son mari, Narrantis coniunx pendet ab ore viri.

Ceste femme a perdu le nom de femme de bien, elle ne se doit plus trouver entre les femmes de bien, Matronae nomen amisit haec mulier, B. ex Vlp.

Cestuy a mis toutes femmes en terre, il ne luy arreste femme, Hic effert omnes vxores, B. ex Martiale.

¶ Femmes agenouillées, Nixae genibus matronae.

Femmes qui apportent beaucoup d'argent à leur mari, Dotatae mulieres.

Femmes qu'on louoit anciennement pour plorer la mort d'un trespassé, et ses hauts faits, Praeficae praeficarum.

Les femmes s'accordent mieux ensemble, Congruit mulier mulieri magis.

Quand la femme ou les bestes portent tous les ans, Restibilis foecunditas.

Qui s'abstient, et se garde principalement de hanter femmes, Continens.

Bailler sa fille ou parente à femme, Vxorem alicui dare.

Coucher avec la femme d'aucun, Cubile alicuius inire.

Engrossir une femme, Praegnantem facere.

Faire semblant d'estre femme, Mentiri sexum muliebrem.

Prendre à femme, Vxorem sibi adiungere, Ducere vxorem, Ducere in matrimonium.

Prendre une femme à force, Vim afferre mulieri.

Recouvrer une femme en mariage, Adipisci nuptias.

Rejetter sa femme pour quelque chose honteuse qu'elle a commis, Repudiare, Repudium vxori remittere.

Soliciter une femme en toute maniere de faire quelque chose, Animum muliebrem versare in omnes partes.

Appartenant à femme et femelle, Foeminea res, Mulierosa res.

Chose appartenant à femme mariée, Vxoria res.

Né de vraye et legitime femme, Vxore iusta natus.

Qui est trop addonné aux femmes, Mulierosus, Mulierarius.

Qui a deux femmes espousées, Digamus.

De quelles femmes me parles-tu? Quas mulieres narras?

Quelle sorte de femme as-tu? Quel diable de femme as-tu? Quid mulieris vxorem habes? aut quibus moratam moribus?

¶ En femme, Effoeminate.

Comme font les femmes, Muliebriter.

Quand une femme s'abandonne à tous venans, Prostrare dicitur mulier.

Quand l'homme est trop addonné aux femmes, Mulierositas.

Delivrement du ventre, quand une femme est accouchée, Enixus huius enixus.

Femme qui porte un cachenez, Angeronia matrona, vel puella, quae ore obstructo et obligato procedit, epistomium seu bucculam habens. Erat autem Angerona, silentij praeses, B.

Femmes à chaperon, Matronae capitiatae.

femme


FEMME, s. f. [Fame: 2e e muet.] La femelle de l'homme. Trév. Acad. Cette définition parait contraire aux Remarques du mot Femelle; mais on se sert de ce mot pour abréger. "Dieu tira la femme de la côte d'Adam. "Les femmes sont naturellement timides. = Femme se dit plus particulièrement de celles qui sont mariées, et par oposition à Fille. "Les Femmes et les Filles; et relativement au mari. "C'est la femme de M. un tel. "C' est sa femme.
   Vous ne vous direz point, ni Monsieur, ni Madame;
   Il sera votre époux, et vous serez sa femme.
       Destouches.
  Il faut que je ménage un cruel qui me brâve!
  Sa femme est sa compagne, et non pas son esclâve.
       La Chaussée.
= On dit quelquefois la femme pour les femmes. Voy. SINGULIER à la fin. = En style familier, prendre femme, se marier. "Il y a des chôses qu'il faut faire sérieusement, comme de prendre femme, par exemple. Sév. — On dit, burlesquement, quand il pleut et qu'il fait soleil en même temps, que le diable bat sa femme. Voy. APPÉTIT, DIEU.
   Rem. 1°. Femme s'emploie quelquefois comme adjectif. "Faute de pouvoir se rendre homme, les femmes nous rendent femmes. J. J. Rouss. "Chaque femme de Paris renferme dans son apartement un serrail d'hommes plus femmes qu'elles. Id.
   2°. On dit, cette femme est Auteur, Poète, Philosophe, Médecin, Peintre, etc. et non pas Autrice, Poétesse, Philosophesse, Médecine, Peintresse. Réflex. Voy. AMATRICE.
   3°. Femme de Chambre, femme ou fille, qui sert une Dame à la chambre. Le peuple dit volontiers, fille de chambre, quand elle n'est pas mariée, mais ce n'est pas le bel usage. — Au pluriel, il est du bon ton de dire mes femmes, ses femmes, sans ajouter de chambre. "Vos femmes sont étonées d'employer plus de temps à s'ajuster elles-mêmes, qu'à parer leur maîtresse. Coyer. "Ma maîtresse même voulut me voir, sur le récit que ses femmes lui firent de moi. Mariv.

Synonymes et Contraires

femme

nom féminin femme
1.  Épouse.
compagne, conjointe -familier: bobonne, dame, moitié -populaire: bonne femme, bourgeoise, mousmé, poule.
conjoint, époux, mari -populaire: homme.
2.  Adulte de sexe féminin.
dame -argotique: meuf -familier: bonne femme, greluche, poulette -populaire: gonzesse, moukère, mouquère, nana, nénette, pépée, poupée, souris.
homme -familier: keum -populaire: mec.
Traductions

femme

Frau, Gemahlin, Weib, Ehefrau, Gattinwoman, wife, broad, dame, female, mate, sheila, spousevrouw, echtgenote, gemalin, mens, vrouwmens, vrouwspersoonאישה (נ), אשת איש (נ), נקבה (נ), רעיה (נ), רַעֲיָה, אִשָּׁהgade, vrouженаdonažena, manželkakvinde, ægtefælle, hustru, koneγυναίκα, σύζυγοςedzino, virinomujer, esposaasszony, feleség, nőeiginkona, kona, kvenmaðurdonna, moglie夫人, 女, 女性kvinne, ektefelle, konekobieta, kobièta, żonamulher, esposafemeie, soţieженщина, жена, колонисткаkvinna, äkta maka, hustru, makamke, mwanamkeaile, avrat, , karı, kadınдружина, жінкаاِمْرَأَةnainenžena여자ผู้หญิงđàn bà女人女人 (fam)
nom féminin
1. être humain de sexe féminin les femmes et les hommes
2. épouse Il est venu avec sa femme.

femme

[fam] nf
(personne de sexe féminin)woman
être très femme → to be very much a woman
devenir femme → to reach womanhood
(= épouse) → wife
C'est la femme du directeur → She's the headmaster's wife.
femme au foyer nfhousewife
femme d'affaires nfbusinesswoman
femme de chambre nfchambermaid
femme de ménage nfcleaning lady
femme de tête nfassertive woman
femme d'intérieur nfhomemaker
femme du monde nfsocialite, society woman
femme fatale nffemme fatale