fenêtre

fenêtre

n.f. [ lat. fenestra ]
1. Baie munie d'une fermeture vitrée, pratiquée dans le mur d'un bâtiment pour y laisser pénétrer l'air et la lumière ; cette fermeture vitrée : Il ouvre la fenêtre pour aérer.
2. Ouverture pratiquée dans un matériau, un papier : Elle préfère les enveloppes à fenêtre avec une partie transparente
3. Zone rectangulaire qui s'affiche sur l'écran d'un ordinateur et dans laquelle s'inscrivent des informations.
Jeter l'argent par les fenêtres,
le dépenser sans compter.

FENÊTRE

(fe-nê-tr') s. f.
Ouverture ménagée dans les murs d'une construction pour introduire le jour et l'air à l'intérieur.
Bajazet et les siens entrés par les fenêtres Sont dans la grande cour qui demandent les traîtres [MAIRET, Soliman, V, 13]
Si vous vous avisez jamais de prononcer le nom de cet homme et de Mlle Lindane, je vous ferai jeter par les fenêtres de votre grenier [VOLT., Écoss. IV, 2]
Fenêtre rampante, fenêtre en talus, qui ne donne qu'un jour de servitude. Fenêtre dormante, ou à verre dormant, fenêtre qui ne s'ouvre point. Fausse fenêtre, fenêtre dont il n'y a que les tableaux, dont l'embrasement n'a jamais été pratiqué ou a été bouché.
Ceux qui font les antithèses en forçant les mots sont comme ceux qui font de fausses fenêtres pour la symétrie [PASC., Pensées, t. I, p. 289, édit. LAHURE.]
Se mettre à la fenêtre, passer la tête en dehors de la fenêtre.
Il se mit à la fenêtre pour y regarder les passants [HAMILT., Gramm. 8]
Si je sortais, tout le monde se mettait aux fenêtres [MONTESQ., Lett. pers. 30]
Qu'il est dangereux de se mettre à la fenêtre, et qu'il est difficile d'être heureux dans cette vie ! [VOLT., Zadig, 3]
Il est demain fête, les marmousets sont aux fenêtres, se dit quand on voit bien des gens qui regardent par les fenêtres. Fenêtre feinte, celle qui est figurée pour en accompagner d'autres qui sont réelles. Fenêtre gisante, celle qui a plus de largeur que de hauteur. Fenêtre rustique, celle qui a pour chambranle des pierres de refend. Fig. Jeter quelqu'un par la fenêtre, le faire sauter par la fenêtre, sorte de menace pour donner une haute idée de sa force.
Je l'aurais fait sauter par la fenêtre du juge de paix, s'il avait raisonné [PICARD, la Petite ville, I, 9]
Qu'aurais-tu fait à ma place, maître fou ? - Je l'aurais jeté par la fenêtre [CH. DE BERNARD, un Homme sérieux, § XX]
Familièrement. Jeter tout par les fenêtres, dissiper son bien en folles dépenses.
Sage mortel, j'ai su par la fenêtre Jeter gaiement l'argent de mon tombeau [BÉRANG., Mon tombeau.]
Il ne jettera pas son bien par les fenêtres, se dit d'un bon ménager. Si on n'y prend garde, il jettera la maison par les fenêtres, se dit d'un fanfaron. Chassez-le par la porte, il rentrera par la fenêtre, ou si vous le faites sortir par la porte, il rentrera par la fenêtre, se dit d'un importun dont on ne saurait se débarrasser. Il est entré par les fenêtres, se dit d'un homme indigne qui arrive dans un corps, à une fonction par brigues et artifices. Il faut passer par là ou par la fenêtre, se dit d'une nécessité à laquelle on ne peut se soustraire.
Cadre vitré qui ferme la fenêtre.
Quelques moments après elle ouvre une fenêtre [MAIRET, Mort d'Asdrub. v, 2]
Un enfant qui s'avise de casser une fenêtre [les vitres] [J. J. ROUSS., Ém. II]
Partout [dans Smolensk] les portes et les fenêtres des maisons, brisées et arrachées, ont servi à alimenter les bivouacs ; ils [les soldats] n'y trouvent point d'asiles [SÉGUR, Hist. de Nap. IX, 14]
Fig. et familièrement. Cette maison n'a ni portes ni fenêtres, cette maison est fort délabrée.
Terme d'anatomie. Fenêtre ronde et fenêtre ovale, noms donnés à deux ouvertures, séparant l'oreille interne ou labyrinthe, de l'oreille moyenne, et qui sont fermées par des membranes, en sorte que l'air qui par la trompe d'Eustache se rend dans l'oreille moyenne, ne peut passer dans l'oreille interne.
Terme de marine. Fausses fenêtres, espèces de mantelets volants employés dans les gros temps.

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    [Idoine] Qui s'est mise as fenestres [AUDEFROI LE BASTARD, Romancero, p. 18]
    Tandis que le roy oy ses graces, je alai à une fenestre ferrée qui estoit en une reculée devers le chevet du lit le roy [JOINV., 256]
  • XVe s.
    Plusieurs joustans veïssiez sur les rens Lances brisier ; mainte dame jolie Aux fenestres [loges] pour le pris aviser [EUST. DESCH., Poésies mss. f° 162, dans LACURNE]
    On dit qu'il [le vin] nuit aux yeulx ; Mais seront-ils les maistres ? Le vin est guarizon De mes maulx ; j'aime mieux perdre les deux fenestres Que toute la maison [BASSELIN, Vau de vire, VI]
    Tous vous fauldra clorre fenestre [fermer boutique], Quand deviendrez vieille flestrie [VILLON, La belle Heaulmière.]
    Le suppliant marchant espicier estant en l'ouvrouer ou fenestre [boutique] de l'hostel où il demeure [DU CANGE, fenestra.]
  • XVIe s.
    Que tous ceux qui voudront tenir ouvrouers et fenestres ouverts à vendre toutes viandes habillées [, Ordonn. mars 1509]
    Quelles fenestres ouvrent-ils à l'heresie de Marcion, si.... [CALV., Instit. 1108]
    Elles faisoient porter au navire anglois toutes les hardes plus precieuses, que la nuit elles leur delivroient par une fausse fenetre [YVER, p. 116]
    Fenestres basses [du rez-de-chaussée] [D'AUB., Hist. I, 276]
    Nous avons fait sauter nos loix par la fenestre, pource qu'elles parloyent trop haut [LANOUE, 164]
    Tu addresseras la dite fenestre de la cannule sur la carnosité [PARÉ, XVI, 27]
    Il feit ouvrir une petite fenestre [armoire], où, d'une bourse qui dedans estoit, tira cent escus [, Hist. du chev. Bayard, p. 27, dans LACURNE]
    Quand la teste commencera à blanchir, et la barbe à grisonner, quand les oreilles demanderont cotton, les yeulx des fenestres [lunettes], les mains un baston [CARTHENY, Voy. du chev. errant, f° 69, dans LACURNE]
    Passer vous fault, mon amy doulx, Ou par là ou par la fenestre [, Departie d'amour, p. 280, dans LACURNE]
    Celuy à qui appartient un mur sans moyen, joignant à l'heritage d'aultruy, ne peut y poser fenestres prenantes jour ou aspect sur l'heritage de son voisin ; bien peut-il y en mettre des borgnes et aveugles, avec battes, pour tesmoignage, que le mur luy est propre [, Nouv. coust. gén. t. II, p. 1137]

ÉTYMOLOGIE

  • Wallon, finièse ; provenç. fenestra ; catal. finestra ; du latin fenestra, de même radical que le verbe grec traduit par éclairer.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    FENÊTRE.
    Ajoutez :
  • Fig. Entrer par la fenêtre, entrer dans une corporation par une voie irrégulière.
    Qu'il [un médecin qui plaidait contre les médecins de Lyon] aurait bonne grâce d'entrer dans votre collége avec la bienveillance de tous ses confrères, plutôt que par la fenêtre, à quoi il ne gagnerait que leur indignation particulière et la haine publique [GUI PATIN, Lett. t. II, p. 343]

fenêtre

FENÊTRE. n. f. Ouverture faite dans certaines parties d'un bâtiment, pour donner du jour et de l'air à l'intérieur. Fenêtre basse. Fenêtre haute. Fenêtre carrée, ronde, ovale. Fenêtre à balcon. Se mettre à sa fenêtre. Regarder par la fenêtre. Jeter par la fenêtre. Passer par la fenêtre. Sauter par la fenêtre. L'impôt des portes et fenêtres. Fenêtre à tabatière. Voyez TABATIÈRE. Fenêtre à guillotine. Voyez GUILLOTINE.

Fenêtre rampante, Fenêtre dont l'appui et la fermeture sont en pente.

Fenêtre dormante. Voyez DORMANT.

Fenêtre borgne. Voyez BORGNE.

Fausse fenêtre, Fenêtre dont le cadre existe à l'extérieur, mais dont l'embrasure n'a pas été pratiquée ou a été bouchée. On fait de fausses fenêtres pour la symétrie.

Il se dit aussi du Bois et du vitrage qui composent la croisée. Ouvrir les fenêtres. Fermer les fenêtres.

Fig., Jeter son argent par les fenêtres. Voyez JETER.

Fam., Chassez-le par la porte, il rentrera par la fenêtre, se dit d'un Importun dont on ne peut se débarrasser.

En termes d'Anatomie, il se dit des Deux ouvertures placées à la paroi interne de la cavité du tympan. La fenêtre ronde. La fenêtre ovale.

Traductions

fenêtre

Fensterwindowraam, vensterאשנב (ז), חלון (ז), צוהר (ז), שמשה (נ), אֶשְׁנָב, צֹהַר, חַלּוֹן, חלוןvensterfinestraoknovindueπαράθυροfenestroventanaikkunaablakjendelagluggifinestra窓, ウィンドウ, ウィンドーfenestravinduoknojanelafereastrăокноfönsterpencere窗户, 視窗, نَافِذَةprozorหน้าต่างcửa sổпрозорец (fənɛtʀ)
nom féminin
ouverture dans un mur laissant passer la lumière ouvrir les fenêtres regarder par la fenêtre

fenêtre

[f(ə)nɛtʀ] nf [maison, voiture] → window
fenêtre à guillotine → sash window