fendant

fendant

n.m.
Variété de chasselas cultivée en Suisse ; vin blanc produit avec ce cépage.

FENDANT1

(fan-dan) s. m.
Celui qui veut se faire passer pour brave, se faire craindre. Faire le fendant.
N'étant passe-volant, soldat ni capitaine Depuis les plus chétifs jusques aux plus fendants [RÉGNIER, Sat. XII]
Faire ici du fendant pendant qu'on nous sépare, C'est montrer un esprit lâche autant que barbare [CORN., la Veuve, IV, 3]
Lesquels feront bien les fendants [SCARR., Virg. VI]

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    Un fierrabras, un rodomont, un taillant, fendant [PASQUIER, Lettres, t. I, p. 576]
    [Pour l'execution du président Brisson] sortirent de la maison de Cornouaille plusieurs fendants [coupe-jarrets] [ID., ib. t. II, p. 302]

ÉTYMOLOGIE

  • Fendre.

FENDANT2

(fan-dan) s. m.
Terme d'escrime qui vieillit. Coup de taille appliqué de haut en bas.
Et, entrant au combat, il reçut d'abord un fendant sur le jarret, dont il perdit beaucoup de sang [D'ABLANCOURT, Lucien, Toxaris.]

ÉTYMOLOGIE

  • Fendre.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    3. FENDANT (fan-dan), s. m.
    Fendant vert, nom d'un cépage dans le pays de Vaud ; c'est celui que les vignerons éclairés préfèrent, [CH. VITTEL., ]

fendant

FENDANT. n. m. Celui qui prend des airs de fanfaron et veut en faire accroire. Il ne s'emploie guère que dans cette locution : Faire le fendant.

fendant


FENDANT, s. m. FENDEUR, s. m. FENDRE, v. act. [Fandan, deur, dre: 1re lon. 2e lon. au 1er, e muet au troisième.] Fendant s'est dit aûtrefois pour, un coup doné du tranchant d'une épée de haut en bâs. — Il ne se dit que dans cette locution proverbiale, faire le fendant, le résolu, l'entendu. = Fendeur, celui qui fend, en parlant du bois. "Fendeur de bois. — Fendeur de naseaux (st. prov.) faux brâve, fanfaron. Qui fait le mauvais, qui menace.
   FENDRE, diviser. Il se dit des persones et des chôses, comme sujet, et des chôses seulement, comme régime. "Fendre un arbre, fendre du bois, fendre la tête d'un coup de sabre. "Il veut fendre un cheveu en quatre; il est trop rafiné dans ses distinctions, dans ses remarques. — "La trop grande sècheresse fend la terre. "La gelée fend les pierres. "Oiseau qui fend l'air; navire qui fend l' eau, les vagues, etc. — Figurément, fendre la presse, les bataillons, les escadrons des énemis. "Bruit qui fend la tête. "Cette triste nouvelle fend le coeur.
   FENDRE est aussi récip. et neutre. "Ce bois se fend aisément: cette muraille comence à se fendre. "La tête me fend du bruit qu'on fait. "Le coeur me fend de douleur, de voir soufrir, etc.

Synonymes et Contraires

fendant

adjectif fendant
Populaire. Très drôle.