fermé

fermé, e

adj.
1. Dont les limites ne comportent aucune interruption, aucune ouverture ; entièrement clos : Le cercle est une courbe fermée. Une mer fermée
contenue à l'intérieur des terres
2. Où il est difficile de s'introduire : C'est un milieu très fermé
3. Qui ne laisse rien transparaître ; peu expansif : Un visage fermé
énigmatique, impénétrable ; expressif : Il est fermé sur lui-même
4. Insensible, inaccessible à qqch, à un sentiment : Un cœur fermé à la compassion
sourd ; accessible, sensible : Il est complètement fermé aux nouvelles technologies

ferme

FERME. adj. des deux genres. Qui a de la consistance, qui ne cède pas. Le terrain est ferme. Du poisson qui a la chair ferme. De la pâte ferme.

Terre ferme, Le continent, et tout ce qui tient au continent, sans être environné d'eau, à la différence des îles. Passer d'une île en terre ferme.

FERME se dit aussi d'une Personne qui se tient solidement ou qui se tient sans chanceler, sans reculer, sans s'ébranler. Marcher d'un pas ferme. Être ferme à cheval. Être ferme sur ses étriers.

Être ferme sur ses étriers signifie aussi figurément Défendre ses sentiments, persister dans ses résolutions avec fermeté, sans se laisser ébranler.

De pied ferme, Sans bouger d'un lieu. Il y a deux heures que je vous attends de pied ferme. Fig., Attendre quelqu'un de pied ferme, Attendre quelqu'un dans la résolution de lui résister, témoigner qu'on ne le craint pas. En termes militaires, Attendre l'ennemi de pied ferme, L'attendre dans la résolution de lui bien disputer le terrain s'il se présente. Combattre de pied ferme, Soutenir les attaques de l'ennemi sans reculer, sans s'ébranler. Conversion de pied ferme, Celle dont le pivot est fixe.

FERME signifie encore Qui est vigoureux, fort. Avoir la main ferme, les reins fermes, le jarret ferme, le poignet ferme.

Avoir la main ferme signifie aussi Avoir la main sûre. Cet enfant, lorsqu'il écrit, n'a pas la main ferme. Il signifie encore figurément Exercer son autorité d'une façon sévère et vigoureuse. Cet administrateur n'a pas la main assez ferme : il laisse aller les choses.

Fig., Tracer d'une main ferme le tableau d'une époque, le portrait d'un personnage historique, etc., Dans un style précis et rapide.

Fig., Avoir le jugement ferme, l'esprit ferme, la tête ferme, Avoir l'esprit droit et solide.

Fig., Style ferme, Style qui a de la concision et de la force.

En termes de Beaux-Arts, surtout dans les Arts du dessin et en Musique, FERME se dit d'une Manière d'exécuter vigoureuse et hardie. La manière, le faire de ce peintre est ferme. Avoir un pinceau ferme, un burin ferme. Ce dessinateur a une touche très ferme. Ce musicien a un jeu ferme. Il a un coup d'archet très ferme.

Il signifie figurément Qui est assuré, en parlant de la Voix, de la vue. Ce ton ferme et résolu déconcerta l'adversaire. Un regard ferme.

Il signifie encore figurément Qui est constant, invariable, inébranlable. C'est un homme ferme dans ses résolutions, ou C'est un homme ferme. Rester ferme dans sa foi. Faire un ferme propos. Avoir une ferme espérance.

Il signifie particulièrement Qui ne se laisse point abattre par l'adversité; qui ne peut être intimidé, ni ébranlé. Avoir l'âme ferme. Il a une volonté ferme. Demeurer ferme dans le péril. Un courage ferme.

Proposition ferme, convention ferme, Dont on ne peut plus se dédire.

En termes de Bourse, Achat ou vente ferme, Achat ou vente d'effets publics payables à un terme fixe, lequel étant arrivé, on ne peut se dispenser de livrer ou de prendre les effets, quel qu'en soit le cours. On dit dans un sens analogue Marché ferme.

Il s'emploie aussi comme adverbe avec le sens de Fortement, d'une manière ferme. Tenir quelque chose bien ferme. Frapper ferme. Parler ferme. Il tient ferme pour telle opinion. En termes de Bourse, Acheter, vendre ferme.

Tenir ferme, Résister courageusement, vigoureusement. Il se dit au propre et au figuré. Il tint ferme contre l'ennemi, contre les assauts de la critique. Tenez ferme.

Il est aussi interjection quand on veut exciter, encourager. Allons, ferme, mes amis!

ferme

FERME. n. f. Convention par laquelle le propriétaire d'un domaine, d'une terre, d'une rente, d'un droit, en abandonne la jouissance à quelqu'un, pour un certain temps et moyennant un certain prix. Donner ses terres à ferme. Prendre à ferme. La ferme des chaises d'une église, d'une promenade. La ferme des jeux.

Il s'est dit particulièrement des Conventions de ce genre par lesquelles le Roi déléguait à des particuliers le droit de percevoir certains revenus publics. Les fermes du roi. Les fermes des droits du roi. La ferme générale des gabelles, des aides, etc.

Il s'est dit également des Administrations chargées de percevoir les revenus publics donnés à ferme. Il obtint un emploi dans la ferme générale, dans les fermes. Un employé des fermes.

Il se dit aussi des Exploitations rurales données à ferme. Ferme modèle. Louer une ferme. Ce domaine comprend cinq ou six fermes. Valet de ferme. Fille de ferme.

Il se dit encore de l'Habitation du fermier, des bâtiments d'exploitation d'une terre donnée à ferme. La cour d'une ferme. Rebâtir une ferme. Rentrer à la ferme.

ferme

FERME. n. f. T. d'Architecture. Assemblage de pièces de bois ou de fer qu'on place de distance en distance pour porter le faîte et les chevrons d'un comble. La distance d'une ferme à l'autre est généralement de trois mètres au moins et de quatre mètres au plus.

En termes de Théâtre, il se dit de Tout décor monté sur un châssis qui se détache en avant de la toile de fond, tel qu'une colonnade, une fontaine, un arbre, etc.

ferme

Ferme, tantost est descendant du Latin Firmus, et ores nom de tout genre, signifiant constant et asseuré, comme, Il est ferme sur ses pieds, Firmiter pedibus insistit, et ores adverbe, comme, Il frappe fort et ferme, Acriter percutit, Tantost est naïf François, et signifie ores, une conduction d'aucun revenu faicte ou à prix d'argent, ou à moison de quelque denrée, Redemptio prouentus, Selon ce on dit, affermer, ou prendre à ferme une metairie d'un particulier, Villam conductam aut redemptam (comme dit Cesar) habere, et prendre à ferme les revenus d'aucun Prince, Republique ou communauté, Publica vectigalia redempta habere, Et ores la mesme metairie, Villa, Comme la ferme de Jehan, Iohannis villa, Et les mesmes revenus publiques, Vectigalia, comme, Les fermes du Roy sont à bailler au plus offrant, Regia vectigalia plurimum licenti redemptori prostant. Publicum, Selon ceste signification sont appelez Fermiers, ceux qui prennent les metairies, ou revenus publiques à ferme, Redemptores, Aucuns estiment qu'encores en ceste signification Ferme vienne du Latin, par ce disent-ils que lesdits fermiers afferment aux maistres et seigneurs des choses prinses à ferme, leur payer l'argent ou moison accordée, par chacun an, Se redemptionis conuentionem quotannis dominis dissoluturos esse affirmant, quod illi ratum ac firmum putant. Et cuydent que de la vient qu'on dit Affermer, pour prendre ou bailler à ferme, mais ils se trompent en cela, voyez Affermer.

Une ferme, Colonia, Villa.

Une petite ferme, ou piece de terre, Haeredium, Haerediolum.

Une ferme de cent arpens, Centurialis colonia, B.

Ferme ou moison de grain, Praestatio frumentaria.

Heritage baillé à loyer d'argent, ou ferme et moison de grain ou vin, Fundus pecuniariam praestationem domino pensitans et speciariam, Bud.

Bailler ses terres à fermes, Affermer ses terres, Constituere mercedes praediorum, B.

Ferme bastie sobrement, et sans despense superflue, Frugalis villa.

Le clerc de la ferme, Scripturarius.

Le fait de la ferme des pasturages, peages, et autres fermes publiques, Scriptura.

Prendre à ferme, Vectigalia redimere.

Quitter sa ferme, et la donner à ses creanciers en payement, Cedere villa creditoribus.

Les fermes du Roy, Redempturae Regiae, Liu. lib. 23.

ferme

Ferme, adject. com. gen. Firmus, Stabilis.

Chose ferme, constante et arrestée, Ratum.

Un empire ferme et de durée, Imperium graue.

Estre ferme et constant, Firmum stare, Pro firmato stare.

Estre ferme et robuste en vertu, Tenere firmitatem et robur in virtute.

Qui n'est point ferme, Infirmus, Incertus.

Qui n'est point ferme et se menuise tout, Fluidus.

Il nie fort et ferme qu'il ne peut, Sancte adiurat non posse.

Qui tient ferme contre un autre, ne voulant ceder ne quitter, Peruicax.

Qui tient ferme et se tient fier à cause de la victoire qu'il a eu, Victoria subnixus.

Rendre ferme, Confirmare.

Tenir ferme, Substare.

ferme


FERME, adj. adv. et subst. [1re ê ouv. 2e e muet.] Ferme, adj. est, 1°. Qui tient fixement à quelque chôse. "Le plancher est ferme, la cloison n'est pas ferme. = 2°. Qui se tient sans chanceler, sans s'ébranler. "Être ferme à cheval, sur ses étriers, sur ses piés. Atendre, combatre de pied ferme. = 3°. Fixe, assuré, en parlant du regard, de la voix, de la contenance, de la parole, du ton. "Avoir la voix, le regard, la contenance, la parole ferme. Répondre d'un ton ferme. = 4°. Fort, robuste. La main, le poignet ferme, les reins fermes. = 5°. Compact et solide. "Terrein ferme. Poisson qui a la chair ferme. = 6°. Figurément, constant, inébranlable, invariable. "Âme, courage, résolution ferme. Ferme propos, ferme croyance, espérance, foi ferme. "Être ou demeurer ferme dans ses résolutions.
   Ferme suit, ou précède, au choix de l'Orateur, qui doit consulter l'oreille et le goût, "C'est un homme ferme. C'est le ferme soutien de cette maison. Ferme homme et soutien ferme seraient également ridicules. Voyez CONSTANT.= Il régit à et l'infinitif. "Il demeura ferme à la rejeter. "Ils sont laborieux, adonés au comerce, fermes à conserver la pureté des anciènes lois. Télém.
   FERME, adv. Fortement, d'une manière ferme. Parler ferme, heurter ferme, fraper ferme, ou fort et ferme. Tenir une chôse bien ferme. — Faire ferme, ne pas lâcher le pied. "Faites ferme, braves Troyens, ne fuyez pas devant les Grecs. Mme. Dacier, Iliade. — Tenir ferme, ne pas se laisser gâgner. * Marivaux dit, se tenir ferme, qui n'est pas si bon, qui est même mauvais. * L'Abé Prévot lui fait régir le datif. "Les Patriotes tenoient ferme aux vieilles maximes. Hist. des Stuarts. On dit plutôt avec le régime, tenir fortement à... Soutenir ou nier fort et ferme, avec beaucoup d'assurance et sans hésiter. Mme. de Sévigné dit aussi, penser ferme. Celui-ci n' est pas trop sûr. "Elle pense ferme, comme vous disiez: ce qu'elle a résolu est immanquable. = Ferme! interjection. Courage! Tenez ferme. "Ferme! ne mollissez pas.
   Mesdames, à votre aise! il ne faut point se rendre.
   Ferme! Continuez à ne vous pas entendre!
       La Chaussée.
  FERME, s. f. est, 1°. Petit domaine de campagne. 2°. Bail ou louage, moyénant certain prix qu'on done tous les ans au propriétaire. Bail à ferme. Bailler, prendre à ferme. "Les fermes du Roi, les cinq grosses Fermes. = 3°. Il se dit de la décoration du fond du théâtre.

Synonymes et Contraires

fermé

adjectif fermé
2.  Où il est difficile de pénétrer.
-littéraire: clos.
Traductions

fermé


fermée

closed, exclusive, shut, close, offבלום (ת), חתום (ת), מוגף (ת), מושבת (ת), מסוגר (ת), סגור (ת), סתום (ת), עצום (ת), קפוץ (ת), קצוץ (ת), סָגוּר, חָתוּם, בָּלוּם, סָתוּם, עָצוּם, מְסֻגָּרgesloten, dicht, ongevoelig, ontoegankelijkgeschlossenзакрытый, замкнутыйchiusoمُغْلَقuzavřenýlukketκλειστόςcerradosuljettuzatvoren閉まっている닫힌lukketzamkniętyfechadostängdปิดไม่รับสิ่งใหม่kapalıđóng kín关闭的затворен關閉 (fɛʀme)
adjectif
1. qui n'est pas ouvert des fenêtres fermées un magasin fermé le week-end
2. figuré qui n'exprime pas le désir de communiquer un visage fermé

fermé

[fɛʀme]
pp de fermer
adj
[maison, commerce] → closed, shut
La pharmacie est fermée → The chemist's is closed.
[gaz, eau] → off
Est-ce que le gaz est fermé? → Is the gas off?
[milieu] → exclusive
(fig) [personne] → uncommunicative