ferme


Recherches associées à ferme: fermer

1. ferme

adj. [ lat. firmus, solide ]
1. Qui offre une certaine résistance à la pression : Un corps ferme musclé ; flasque compact, consistant ; meuble, mou
2. Qui montre de la sûreté, qui ne tremble pas : Elle marche d'un pas ferme décidé, résolu ; hésitant assuré ; tremblant
3. Qui ne faiblit pas, ne fléchit pas : Elle est ferme avec ses enfants inébranlable, inflexible ; faible résolu ; indécis
4. Qui est conclu : Une vente ferme définitif ; provisoire
5. Dont le cours est stable ou en hausse : Le cours de l'or est resté ferme sûr ; fluctuant
Terre ferme,
sol du rivage, du continent (par opp. à l'eau ou à l'air).
adv.
1. Avec assurance : Elle parle ferme sans admettre de réplique ; fermement, résolument
2. Beaucoup, fortement : Il s'ennuie ferme énormément
3. D'une manière définitive : Ils ont vendu ferme provisoirement
4. Sans sursis : Il a pris deux ans de prison ferme.

2. ferme

n.f.
1. Maison d'habitation et bâtiments annexes situés sur une exploitation agricole : La cour de la ferme.
2. Domaine agricole donné en fermage ; propriété, terre.
3. Exploitation agricole en général.
Ferme éolienne,
regroupement d'éoliennes parc éolien
Ferme marine,
exploitation d'aquaculture.

FERME1

(fèr-m') adj.
Qui a de la consistance, de la dureté, par opposition à mou. Un terrain ferme. Un gâteau de pâte ferme. Ce poisson a la chair ferme.
Comme les os se rendent plus fermes dans les endroits des ruptures [BOSSUET, Sermons, jubilé, Pénitence, I]
La terre ferme, le continent, ce qui n'est pas entouré d'eau, par opposition aux îles.
Les vaisseaux s'abordaient par la proue ; on abaissait de part et d'autre des ponts-levis, et on se battait comme en terre ferme [VOLT., Mœurs, 75]
Particulièrement. Terre ferme, la partie des États de Venise qui était située sur le continent, par opposition à Venise et aux îles. Les nobles de terre ferme.
Qui tient fixement. Ce plancher est ferme.
[La paix].... Et de la majesté des lois Appuyant les pouvoirs suprêmes, Fait demeurer les diadèmes Fermes sur la tête des rois [MALH., III, 2]
La mer est dans un état ferme d'équilibre ; et, si, comme il est difficile d'en douter, elle a recouvert autrefois des continents aujourd'hui fort élevés au-dessus de son niveau, il faut en chercher la cause ailleurs que dans le défaut de stabilité de son équilibre [LAPLACE, Exp. IV, 12]
Fig.
Je ne sais s'il y a moyen de donner des règles fermes pour accorder les discours à l'inconstance de nos caprices [PASC., Pensées, I, 3]
Pour m'attacher à vous par de plus fermes nœuds [TH. CORN., Ariane, II, 4]
Il ne pouvait y avoir de paix ferme et durable que celle où toutes les parties trouvaient un avantage égal [ROLLIN, Hist. anc. Œuvres, t. v, p. 381, dans POUGENS]
La justice, plus exactement rendue sous le règne d'Élisabeth que sous aucun de ses prédécesseurs, fut un des fermes appuis de son administration [VOLT., Mœurs, 168]
Orbassan de nos lois est le plus ferme appui [ID., Tancr. I, 1]
Qui se tient sans chanceler. Être ferme sur ses pieds, à cheval. Être ferme sur ses étriers, se tenir d'aplomb à cheval. Fig. Défendre son sentiment, être immuable dans sa résolution. De pied ferme, loc. adv. Sans reculer. Attendre de pied ferme l'ennemi. Combattre de pied ferme.
Contre nous de pied ferme ils tirent leurs alfanges [CORN., Cid, IV, 3]
En un sens particulier. Sans bouger d'un lieu. Il y a deux heures que je vous attends ici de pied ferme. Dans les manœuvres militaires, conversion de pied ferme, conversion dont le pivot est fixe. Fig. et familièrement. Attendre quelqu'un de pied ferme, l'attendre avec la résolution de lui résister, témoigner qu'on ne le craint pas. Terme de droit coutumier. Pied ferme. héritage affermé à longues années. Un pas ferme, un pas dans lequel le pied se pose avec solidité sur le sol. Fig.
Avide de travaux, insensible aux délices, Il marchait d'un pas ferme au bord des précipices [VOLT., Henr. IX]
Terme de manége. Un cheval saute de ferme à ferme, il saute dans la même place.
Vigoureux, fort. Avoir la main ferme, les reins fermes.
L'artère, qui devait avoir un battement si continuel et si ferme [BOSSUET, Connaiss. II, 8]
À la paume, avoir le coup ferme, pousser vigoureusement la balle. Avoir la main ferme, signifie aussi avoir une main qui ne tremble pas. Cet enfant, lorsqu'il écrit, n'a pas la main ferme. Fig. Tracer d'une main ferme le tableau d'une époque, le portrait d'un personnage, etc. raconter ces événements, faire ce portrait, etc. dans un style ferme. Il se dit dans un sens analogue de la santé.
Malgré une constitution très ferme et une vie toujours très réglée, M. Méry se sentit tout d'un coup abandonné de ses jambes vers l'âge de soixante-quinze ans [FONTEN., Méry.]
Le baron : Votre santé, monsieur ? - Forlis : Assez ferme ; et la tienne ? [BOISSY, Dehors tromp. II, 10]
Termes d'arts et de littérature. Qui a le caractère de la vigueur. Un burin ferme. Manière, exécution ferme. Le jeu de ce musicien est ferme. Style ferme, style qui a de la concision et de la force.
Fig. Qui a de la solidité morale, qui ne se laisse ni changer ni détourner.
L'esprit sacré qui te conseille Est ferme en ce qu'il a promis [MALH., VI, 2]
Vous paraissiez plus ferme en vos intentions [CORN., Cinna, III, 2]
Oui, je lui dois assez, seigneur, quoi qu'il en soit, Pour vous payer pour lui de l'amour qu'il vous doit ; Et je vous le promets, entier, ferme et sincère [ID., Héracl. v, 3]
Il [Annibal] m'a surtout laissé ferme en ce point D'estimer beaucoup Rome et ne la craindre point [ID., Nicom. II, 3]
Je l'ai toujours connu ferme dans son devoir [ID., Œdipe, III, 4]
Le plus ferme souvent manque à ce qu'il propose [ROTROU, Herc. mour. I, 6]
Sitôt qu'il crut son fils ferme dans son devoir [LA FONT., Oies.]
Tous les hommes ensemble ont été fermes dans cette pensée, sans que jamais personne y ait contredit jusqu'à ce temps [PASC., Pesant. de l'air, Conclusion.]
Un cœur....noble pour s'élever au-dessus des passions et des intérêts, tendre pour assister les malheureux, ferme pour résister à l'iniquité [FLÉCH., Lamoignon.]
Crois-tu que, toujours ferme au bord du précipice, Elle [la femme] marche toujours sans que le pied lui glisse ? [BOILEAU, Sat. X]
Je demeure ferme dans le dessein de quitter.... [MAINTENON, Lett. à l'abbé Gobelin, 6 août 1674]
Louis avait le cœur ferme et l'esprit timide [DUCLOS, Hist. Louis XI, Œuv. t. III, p. 358, dans POUGENS]
Avec une âme juste et ferme, j'ai désiré que mon enfant eût un esprit droit, éclairé, étendu [DIDEROT, Lett. à la comtesse de Coerbach, Œuv. t. III, p. 446, dans POUGENS.]
Deux cents de nos guerriers, amis fermes et sûrs [C. DELAV., Vêpr. sicil. III, 6]
Rester ferme, ne pas changer d'opinion.
Mon bon homme, qui avait tant d'envie de voir le roi, resta ferme : je crains les monopoleurs, dit-il [VOLT., Polit. et législation, Diatribe à l'auteur des éphém.]
En un sens péjoratif.
Le ladre a été ferme à toutes les attaques [MOL., l'Av. II, 6]
Particulièrement. Qui ne se laisse point abattre par l'adversité, intimider par le péril. Une âme ferme.
L'ébranlement sied bien aux plus fermes courages [CORN., Hor. I, 1]
Il [Valentinien] était chaste, libéral, humain, ferme dans la mauvaise fortune, et modéré dans la bonne [FLÉCH., Hist. de Théod. IV, 34]
Je vous crois fort au-dessus des revers que vous avez essuyés ; toutes les âmes nobles sont fermes [VOLT., Lett. de la Borde, 16 avr. 1770]
Il se dit des choses en un sens analogue. Une volonté ferme. Une ferme espérance. Une foi ferme.
La vertu la plus ferme évite les hasards [CORN., Poly. II, 4]
C'est peut-être un dessein mal ferme que le sien [ID., Sertor. IV, 1]
Louis XIV, après huit ans de désastres dans la guerre de la succession d'Espagne, prit la résolution ferme d'aller combattre lui-même à la tête de ce qui lui restait de troupes, quoique à l'âge de soixante-dix années [VOLT., Mœurs, Fragm. sur l'hist. art. XVIII]
Des actions fermes et des paroles simples, voilà le vrai caractère des anciens Romains [ID., Comm. sur Corn. Rem. Pompée.]
Avoir le jugement ferme, l'esprit ferme, la tête ferme, avoir l'esprit solide et droit. Qui révèle de la fermeté. Regard, contenance, voix ferme.
Voilà Ulysse lui-même ; voilà ses yeux pleins de feu et dont le regard était si ferme [FÉN., Tél. IX]
Terme de commerce et de bourse. Marché, achat, vente ferme, marché, achat, vente qui emporte obligation de faire ou de prendre livraison. Ferme contre prime, ou opération ferme contre prime, vente ferme et achat à prime. Terme d'administration. Marché à prix ferme, marché passé par les ministres avec les fournisseurs pour les approvisionnements de l'armée, etc.
10° Ferme, adv. D'une manière ferme, fortement. Tenir quelque chose bien ferme. Frapper ferme. Se tenir ferme, se tenir solidement.
Polyclète, se penchant trop sur ses chevaux, ne put se tenir ferme dans une secousse, il tomba [FÉN., Tél. v.]
Nous nous tenions ferme, de peur que, dans cette violente secousse [des vagues], le mât qui était notre unique espérance ne nous échappât [ID., ib. VI]
Faire ferme, s'arrêter dans une retraite, et tenir tête à l'ennemi.
Le général Stenau fit ferme avec deux régiments [VOLT., Charles XII, 2]
Fig.
[Il] Fit ferme quelque temps et puis se démentit [TRISTAN, M. de Chrispe, I, 3]
Il faut faire ici ferme et montrer du courage [CORN., Œdipe, v, 4]
Il se dit aussi de la solidité d'un terrain.
Vous trouverez de la consistance au milieu de l'inconstance des choses humaines.... vous demeurerez immuables comme si tout faisait ferme sous vos pieds [BOSSUET, Panég. St Benoît, 2]
Tenir ferme, opposer une résistance vigoureuse.
Toutefois il tient ferme et nous montre visage [DU RYER, Scévole, I, 3]
Tantôt, sur les rives de la Loire, suivi d'un petit nombre d'officiers et de domestiques, il court à la défense d'un pont, et tient ferme contre une armée [FLÉCH., Turenne.]
Il tient ferme pourtant et ne perd point courage [RAC., Théb. v, 3]
Fig. Il tint ferme contre la critique.
En tout cas, je suis très assuré que vous tiendrez ferme au milieu des ruines publiques [BALZ., liv. I, lett. 3]
Qu'il tienne ferme pour faire observer les lois [FÉN., Tél. XI]
Tenir ferme, ne pas renoncer à, ne pas abandonner.
Tenons ferme dans l'espérance [BOSSUET, Sermons, Ascension. 1]
Parler ferme à quelqu'un, lui parler avec force, et de manière à lui en imposer.
Vous me parlez bien ferme, et cette suffisance.... [MOL., Mis. I, 2]
Fort et ferme, avec force, avec ardeur, avec appétit, etc.
On disputera fort et ferme de part et d'autre [MOL., Critique, 8]
Comme il sentait une grande faim à son réveil, il mangea fort et ferme [HAMILT., Gramm. 9]
Ferme, loc. interj. qui s'emploie pour exciter, encourager.
Allons, ferme ! poussez, mes bons amis de cour [MOL., Mis. II, 5]
Ferme ! continuez à ne vous pas entendre [LACHAUSSÉE, Préjugé à la mode, I, 4]

HISTORIQUE

  • XIIe s.
    Tant ai en li [elle] ferm assis mon corage, Qu'aillors [je] ne pense.... [, Couci, XI]
  • XIIIe s.
    Il lit le bref, car il rest [est] clers [clerc], Et de bien lire et haus et fers [, Partonop. v. 2741]
    L'on li amaine un bon ceval.... Bien afernés [garni de frein] et aaisiés, Et fers et en dos et en piés [, ib. v. 9634]
    Quant ferme fut la pais et la guerre fenie [AUDEFROY LE BASTARD, Romancero, p. 12]
    La covenance [la promesse] est moult grans, ne je ne puis maintenant veoir ne penser comment elle puisse estre ferme [VILLEH., LXXXVI]
    De peine et de travail [elle] dort si ferm et si dur [, Berte, XLI]
    À Socrates seras semblables, Qui tant fu fers et tant estables, Qu'il n'ert liés [gai] en prosperités, Ne tristes en aversités [, la Rose, 5872]
  • XIVe s.
    Dieu doint à nostre duc faire tele aiance De gens fermes, entiers, et de si grant puissance, Que des anemis puissent prendre entiere vengeance, Complainte sur la bat. de Poitiers [, Bibl. des chartes, 3e série, t. II, p. 263]
    Vertu est une ferme qualité de l'ame, par laquelle qualité nous sommes enclins à eslire le moyen entre excès et deffaute [ORESME, Eth. 46]
  • XVIe s.
    S'estant fichez la vue ferme l'un contre l'aultre [MONT., I, 102]
    Il fault avoir les reins fermes pour entreprendre de.... [ID., I, 55]
    Je marche plus seur et plus ferme à mont qu'aval [ID., I, 161]
    Une viande massive et ferme [une nourriture solide] [ID., I, 189]
    J'avois une santé ferme et entiere [ID., I, 195]
    Il le nioit fort et ferme [ID., I, 323]
    Les dogmatistes les plus fermes sont contraincts, en cet endroict, de... [ID., II, 304]
    Ce n'est point une isle, ains terre ferme et continente avecques.... [ID., I, 232]
    Quand ce venoit à choquer de près à pied ferme, les ennemis avoient avantage sur eulx [AMYOT, Philop. 13]
    Il les rendit encore plus fermes en l'alliance des Romains [ID., Flam. 30]
    Il fut contraint à faire quelque ferme, et là prit prisonniers de ceux qui le pressoient [D'AUB., Hist. III, 232]

ÉTYMOLOGIE

  • Bourguign. farme ; provenç. ferm ; espagn. et portug. firmo ; ital. fermo ; du lat. firmus, qui est rapporté au sanscrit dhar, dhri (i prend un accent bref), tenir étroitement, soutenir.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    1. FERME.
    Ajoutez :
  • Vendeur ferme, celui qui vend effectivement, par opposition à celui qui vend la marchandise sans l'avoir, et qui n'est que commissionnaire.
  • Fig. et par application du terme de bourse à la politique.
    Il y en a deux [propositions] : l'une, celle de la commission, qui consent à la prorogation des pouvoirs, avec une condition suspensive ; l'autre, qui vous demande la prorogation ferme, toujours avec la perspective des lois constitutionnelles ; mais cette condition n'altérera pas le caractère définitif de la prorogation des pouvoirs [, Journ. offic. 19 nov. 1873, p. 7040, 2e col.]
    .... et qu'il vous demande de le proroger dès à présent, d'une manière ferme, qu'il advienne ou qu'il n'advienne pas de constitution [J. GRÉVY, Journ. offic. 20 nov. 1873, p. 7082, 2e col.]
  • Ajoutez :
    11° Commandement pour déterminer un mouvement dans certaines manœuvres d'artillerie qui nécessitent le concours des efforts simultanés de plusieurs hommes. Dressez la pièce : ferme !
    12° S. m. Le ferme, le sol ferme, consistant.
    Les fouilles faites à l'extérieur de la première tour furent poussées à quatre mètres de profondeur pour atteindre le ferme [, Rev. d'anthr. t. IV, p. 507]

FERME2

(fèr-m') s. f.
Convention par laquelle un propriétaire abandonne à quelqu'un, pour un temps et moyennant un prix, la jouissance d'une terre, d'une maison, etc. Donner, prendre à ferme.
Une femme est chargée d'ordinaire de faire les fermes et de recevoir les revenus [FÉN., t. XVII, p. 89]
Bail à ferme, louage des héritages ruraux. Fig.
Si quelques alliés sans foi Prétendent que tu tiens à ferme Le trône que tu dis à toi [BÉRANG., Math. Bruneau.]
Par extension, convention par laquelle le propriétaire d'un droit abandonne à quelqu'un pour un temps et pour un prix déterminés la jouissance de ce droit. La ferme des chaises d'une église. La ferme des jeux, la faculté accordée par un État de tenir des maisons de jeu.
Délégation que le souverain fait du droit de percevoir certains revenus.
Le sénat disposait des deniers publics et donnait les revenus à ferme [MONTESQ., Esp. II, 17]
Dans l'ancienne monarchie, les fermes du roi, certaines portions de revenus royaux et des impôts publics, dont la levée était confiée par un bail à une ou plusieurs personnes, qui en rendaient la somme convenue au trésor royal.
Enfin elle [une compagnie] se chargea des fermes générales du royaume ; tout fut donc entre les mains de l'Écossais Lass [Law], et toutes les finances du royaume dépendirent d'une compagnie de commerce [VOLT., Louis XV, 2]
Il s'est dit aussi des administrations chargées de percevoir les revenus publics donnés à ferme. Il a fait sa fortune dans les fermes. Ferme générale, administration composée de tous les fermiers généraux réunis, Provinces des cinq grosses fermes, celles qui acceptèrent le tarif dressé par Colbert en 1664.
Domaines ruraux donnés à ferme. Acheter une ferme. Ce domaine comprend trois fermes.
Des fermes dont les plus petits détails renferment une foule de moyens de salubrité, de commodité ou de profit, moyens qui, suggérés par une physique éclairée, sont pour les habitants de la campagne, des leçons et des modèles [CONDORCET, Duhamel.]
Ferme école ou ferme modèle, établissement pour former des agriculteurs et perfectionner la culture. Habitation du fermier ; bâtiments d'exploitation de la ferme. Une belle ferme.
Jeu qui se joue avec 6 dés marqués d'un seul côté. Jeu de cartes à 10 ou 12 personnes.

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    Si comme deus compaignons prendent une ferme à trois ans [BEAUMANOIR, XXI, 30]
    Li secons cas si est se feme a baillié son doaire à ferme de grain ou de denier, et ele muert avant que les despuelles soient levées [ID., XIII, 16]
  • XVIe s.
    Cette grand ville ne demeura gueres à sentir de l'incommodité par ces petites garnisons ; la cavalerie qui estoit dedans ayant bientost pris à ferme les grands chemins de Normandie, du Perche et du Maine, et rendu celui d'Orleans dangereux [D'AUB., Hist. 1, 212]

ÉTYMOLOGIE

  • Picard, farme ; provenç. ferma ; bas-lat. firma ; de l'adj. latin firmus, chose ferme, établie, convenue.

FERME3

(fèr-m') s. f.
Terme de théâtre. Décoration montée sur un châssis et qui se détache de la toile du fond. Les fermes représentent une colonnade, un arbre, etc.
On appelle ferme, dans toutes les circonstances, une décoration qui s'élève de dessous, au lieu de descendre du cintre ou de rouler par les coulisses, [C. BLAZE, ]
Deux fermes, sur lesquelles on avait peint des charbons ardents, des flammes véritables qui s'élançaient à travers les découpements de la première ferme, percée de plusieurs trous ; cette première ferme s'ouvrant pour recevoir Olympie, et se refermant en un clin d'œil ; tout cet artifice enfin a été si bien ménagé que la pitié et la terreur étaient au comble [VOLT., Lett. Duc de Villars, 25 mars 1762]
Terme de charpenterie. Assemblage de pièces, sur lesquelles posent d'autres pièces qui portent un comble. Demi-ferme, la moitié de la ferme d'un comble. Demi-ferme de croupe, celle qui est placée dans le milieu de la croupe. Demi-ferme d'arêtier, celle qui est placée dans le plan de l'arêtier. Ferme brisée, la ferme d'un comble en mansarde.
Armoire qui était ordinairement dans le greffe du tribunal ou dans la sacristie de l'église paroissiale de chaque juridiction.

HISTORIQUE

  • XIVe s.
    L'une [copie] avons mis et consigné en nostre ferme [armoire] et arche de l'echevinage [BOUTILLIER, Somme rur. p. 887, dans LACURNE]
    Jusques à ce qu'il soit temps de les mettre [les éperviers] en la ferme [, Ménagier, III, 2]
  • XVe s.
    À tant chevaucherent les deux chevaliers, jusqu'à ce qu'ils trouverent le pont ; mais deffense y avoit pour gens de cheval ; car il y avoit une belle ferme [barrière] auprès d'ung pillier, auquel pendoit un cor d'ivoire [, Perceforest, t. v, f° 87]

ÉTYMOLOGIE

  • Fermer.

ferme

FERME. adj. des deux genres. Qui a de la consistance, qui ne cède pas. Le terrain est ferme. Du poisson qui a la chair ferme. De la pâte ferme.

Terre ferme, Le continent, et tout ce qui tient au continent, sans être environné d'eau, à la différence des îles. Passer d'une île en terre ferme.

FERME se dit aussi d'une Personne qui se tient solidement ou qui se tient sans chanceler, sans reculer, sans s'ébranler. Marcher d'un pas ferme. Être ferme à cheval. Être ferme sur ses étriers.

Être ferme sur ses étriers signifie aussi figurément Défendre ses sentiments, persister dans ses résolutions avec fermeté, sans se laisser ébranler.

De pied ferme, Sans bouger d'un lieu. Il y a deux heures que je vous attends de pied ferme. Fig., Attendre quelqu'un de pied ferme, Attendre quelqu'un dans la résolution de lui résister, témoigner qu'on ne le craint pas. En termes militaires, Attendre l'ennemi de pied ferme, L'attendre dans la résolution de lui bien disputer le terrain s'il se présente. Combattre de pied ferme, Soutenir les attaques de l'ennemi sans reculer, sans s'ébranler. Conversion de pied ferme, Celle dont le pivot est fixe.

FERME signifie encore Qui est vigoureux, fort. Avoir la main ferme, les reins fermes, le jarret ferme, le poignet ferme.

Avoir la main ferme signifie aussi Avoir la main sûre. Cet enfant, lorsqu'il écrit, n'a pas la main ferme. Il signifie encore figurément Exercer son autorité d'une façon sévère et vigoureuse. Cet administrateur n'a pas la main assez ferme : il laisse aller les choses.

Fig., Tracer d'une main ferme le tableau d'une époque, le portrait d'un personnage historique, etc., Dans un style précis et rapide.

Fig., Avoir le jugement ferme, l'esprit ferme, la tête ferme, Avoir l'esprit droit et solide.

Fig., Style ferme, Style qui a de la concision et de la force.

En termes de Beaux-Arts, surtout dans les Arts du dessin et en Musique, FERME se dit d'une Manière d'exécuter vigoureuse et hardie. La manière, le faire de ce peintre est ferme. Avoir un pinceau ferme, un burin ferme. Ce dessinateur a une touche très ferme. Ce musicien a un jeu ferme. Il a un coup d'archet très ferme.

Il signifie figurément Qui est assuré, en parlant de la Voix, de la vue. Ce ton ferme et résolu déconcerta l'adversaire. Un regard ferme.

Il signifie encore figurément Qui est constant, invariable, inébranlable. C'est un homme ferme dans ses résolutions, ou C'est un homme ferme. Rester ferme dans sa foi. Faire un ferme propos. Avoir une ferme espérance.

Il signifie particulièrement Qui ne se laisse point abattre par l'adversité; qui ne peut être intimidé, ni ébranlé. Avoir l'âme ferme. Il a une volonté ferme. Demeurer ferme dans le péril. Un courage ferme.

Proposition ferme, convention ferme, Dont on ne peut plus se dédire.

En termes de Bourse, Achat ou vente ferme, Achat ou vente d'effets publics payables à un terme fixe, lequel étant arrivé, on ne peut se dispenser de livrer ou de prendre les effets, quel qu'en soit le cours. On dit dans un sens analogue Marché ferme.

Il s'emploie aussi comme adverbe avec le sens de Fortement, d'une manière ferme. Tenir quelque chose bien ferme. Frapper ferme. Parler ferme. Il tient ferme pour telle opinion. En termes de Bourse, Acheter, vendre ferme.

Tenir ferme, Résister courageusement, vigoureusement. Il se dit au propre et au figuré. Il tint ferme contre l'ennemi, contre les assauts de la critique. Tenez ferme.

Il est aussi interjection quand on veut exciter, encourager. Allons, ferme, mes amis!

ferme

FERME. n. f. Convention par laquelle le propriétaire d'un domaine, d'une terre, d'une rente, d'un droit, en abandonne la jouissance à quelqu'un, pour un certain temps et moyennant un certain prix. Donner ses terres à ferme. Prendre à ferme. La ferme des chaises d'une église, d'une promenade. La ferme des jeux.

Il s'est dit particulièrement des Conventions de ce genre par lesquelles le Roi déléguait à des particuliers le droit de percevoir certains revenus publics. Les fermes du roi. Les fermes des droits du roi. La ferme générale des gabelles, des aides, etc.

Il s'est dit également des Administrations chargées de percevoir les revenus publics donnés à ferme. Il obtint un emploi dans la ferme générale, dans les fermes. Un employé des fermes.

Il se dit aussi des Exploitations rurales données à ferme. Ferme modèle. Louer une ferme. Ce domaine comprend cinq ou six fermes. Valet de ferme. Fille de ferme.

Il se dit encore de l'Habitation du fermier, des bâtiments d'exploitation d'une terre donnée à ferme. La cour d'une ferme. Rebâtir une ferme. Rentrer à la ferme.

ferme

FERME. n. f. T. d'Architecture. Assemblage de pièces de bois ou de fer qu'on place de distance en distance pour porter le faîte et les chevrons d'un comble. La distance d'une ferme à l'autre est généralement de trois mètres au moins et de quatre mètres au plus.

En termes de Théâtre, il se dit de Tout décor monté sur un châssis qui se détache en avant de la toile de fond, tel qu'une colonnade, une fontaine, un arbre, etc.

ferme

Ferme, tantost est descendant du Latin Firmus, et ores nom de tout genre, signifiant constant et asseuré, comme, Il est ferme sur ses pieds, Firmiter pedibus insistit, et ores adverbe, comme, Il frappe fort et ferme, Acriter percutit, Tantost est naïf François, et signifie ores, une conduction d'aucun revenu faicte ou à prix d'argent, ou à moison de quelque denrée, Redemptio prouentus, Selon ce on dit, affermer, ou prendre à ferme une metairie d'un particulier, Villam conductam aut redemptam (comme dit Cesar) habere, et prendre à ferme les revenus d'aucun Prince, Republique ou communauté, Publica vectigalia redempta habere, Et ores la mesme metairie, Villa, Comme la ferme de Jehan, Iohannis villa, Et les mesmes revenus publiques, Vectigalia, comme, Les fermes du Roy sont à bailler au plus offrant, Regia vectigalia plurimum licenti redemptori prostant. Publicum, Selon ceste signification sont appelez Fermiers, ceux qui prennent les metairies, ou revenus publiques à ferme, Redemptores, Aucuns estiment qu'encores en ceste signification Ferme vienne du Latin, par ce disent-ils que lesdits fermiers afferment aux maistres et seigneurs des choses prinses à ferme, leur payer l'argent ou moison accordée, par chacun an, Se redemptionis conuentionem quotannis dominis dissoluturos esse affirmant, quod illi ratum ac firmum putant. Et cuydent que de la vient qu'on dit Affermer, pour prendre ou bailler à ferme, mais ils se trompent en cela, voyez Affermer.

Une ferme, Colonia, Villa.

Une petite ferme, ou piece de terre, Haeredium, Haerediolum.

Une ferme de cent arpens, Centurialis colonia, B.

Ferme ou moison de grain, Praestatio frumentaria.

Heritage baillé à loyer d'argent, ou ferme et moison de grain ou vin, Fundus pecuniariam praestationem domino pensitans et speciariam, Bud.

Bailler ses terres à fermes, Affermer ses terres, Constituere mercedes praediorum, B.

Ferme bastie sobrement, et sans despense superflue, Frugalis villa.

Le clerc de la ferme, Scripturarius.

Le fait de la ferme des pasturages, peages, et autres fermes publiques, Scriptura.

Prendre à ferme, Vectigalia redimere.

Quitter sa ferme, et la donner à ses creanciers en payement, Cedere villa creditoribus.

Les fermes du Roy, Redempturae Regiae, Liu. lib. 23.

ferme

Ferme, adject. com. gen. Firmus, Stabilis.

Chose ferme, constante et arrestée, Ratum.

Un empire ferme et de durée, Imperium graue.

Estre ferme et constant, Firmum stare, Pro firmato stare.

Estre ferme et robuste en vertu, Tenere firmitatem et robur in virtute.

Qui n'est point ferme, Infirmus, Incertus.

Qui n'est point ferme et se menuise tout, Fluidus.

Il nie fort et ferme qu'il ne peut, Sancte adiurat non posse.

Qui tient ferme contre un autre, ne voulant ceder ne quitter, Peruicax.

Qui tient ferme et se tient fier à cause de la victoire qu'il a eu, Victoria subnixus.

Rendre ferme, Confirmare.

Tenir ferme, Substare.

ferme


FERME, adj. adv. et subst. [1re ê ouv. 2e e muet.] Ferme, adj. est, 1°. Qui tient fixement à quelque chôse. "Le plancher est ferme, la cloison n'est pas ferme. = 2°. Qui se tient sans chanceler, sans s'ébranler. "Être ferme à cheval, sur ses étriers, sur ses piés. Atendre, combatre de pied ferme. = 3°. Fixe, assuré, en parlant du regard, de la voix, de la contenance, de la parole, du ton. "Avoir la voix, le regard, la contenance, la parole ferme. Répondre d'un ton ferme. = 4°. Fort, robuste. La main, le poignet ferme, les reins fermes. = 5°. Compact et solide. "Terrein ferme. Poisson qui a la chair ferme. = 6°. Figurément, constant, inébranlable, invariable. "Âme, courage, résolution ferme. Ferme propos, ferme croyance, espérance, foi ferme. "Être ou demeurer ferme dans ses résolutions.
   Ferme suit, ou précède, au choix de l'Orateur, qui doit consulter l'oreille et le goût, "C'est un homme ferme. C'est le ferme soutien de cette maison. Ferme homme et soutien ferme seraient également ridicules. Voyez CONSTANT.= Il régit à et l'infinitif. "Il demeura ferme à la rejeter. "Ils sont laborieux, adonés au comerce, fermes à conserver la pureté des anciènes lois. Télém.
   FERME, adv. Fortement, d'une manière ferme. Parler ferme, heurter ferme, fraper ferme, ou fort et ferme. Tenir une chôse bien ferme. — Faire ferme, ne pas lâcher le pied. "Faites ferme, braves Troyens, ne fuyez pas devant les Grecs. Mme. Dacier, Iliade. — Tenir ferme, ne pas se laisser gâgner. * Marivaux dit, se tenir ferme, qui n'est pas si bon, qui est même mauvais. * L'Abé Prévot lui fait régir le datif. "Les Patriotes tenoient ferme aux vieilles maximes. Hist. des Stuarts. On dit plutôt avec le régime, tenir fortement à... Soutenir ou nier fort et ferme, avec beaucoup d'assurance et sans hésiter. Mme. de Sévigné dit aussi, penser ferme. Celui-ci n' est pas trop sûr. "Elle pense ferme, comme vous disiez: ce qu'elle a résolu est immanquable. = Ferme! interjection. Courage! Tenez ferme. "Ferme! ne mollissez pas.
   Mesdames, à votre aise! il ne faut point se rendre.
   Ferme! Continuez à ne vous pas entendre!
       La Chaussée.
  FERME, s. f. est, 1°. Petit domaine de campagne. 2°. Bail ou louage, moyénant certain prix qu'on done tous les ans au propriétaire. Bail à ferme. Bailler, prendre à ferme. "Les fermes du Roi, les cinq grosses Fermes. = 3°. Il se dit de la décoration du fond du théâtre.

Synonymes et Contraires

ferme


ferme

adverbe ferme
2.  De manière intense.

ferme

nom féminin ferme
Exploitation agricole.
Traductions

ferme

(fɛʀm)
nom féminin
1. grand bâtiment à la campagne acheter une ferme
2. propriété agricole travailler à la ferme

ferme

(fɛʀm)
adjectif
1. qui n'est pas mou du beurre ferme
2. qui est décidé une réponse ferme avoir la ferme intention de faire qqch
3. qui ne se laisse pas influencer se montrer ferme avec qqn

ferme

fest, Bauernhof, feststehend, firm, gediegen, stabil, wiederstandsfähig, Ackerhof, Bauerngut, Bauernhaus, Farm, Farmhaus, Gehöft, Gutshof, Kleinbauernhof, Pachthof, Wirtschaftshof, ruhigfarm, firm, fast, stable, steady, steadfast, stiff, farmhouse, homestead, secure, determined, hard, resolute, solid, terra firma, unflinchingstevig, vast, gevestigd, hecht, boerderij, vastberaden, dakstoel [bouwkunde], definitief, flink, hard, intens, krachtig, onveranderlijk, pacht(overeenkomst), stabiel [economie], veel, verpachting, strak, taai, beslist, boerenhoeve, standvastigאיתן (ת), דעתן (ת), חווה (נ), יציב (ת), מאושש (ת), מוצק (ת), משק (ז), נמרץ (ת), שריר (ת), תקיף (ת), תַּקִּיף, חַוָּה, יַצִּיב, מֶשֶׁק, מוּצָק, אֵיתָן, דַּעְתָּןfermfast, gård, stuehus, vedholdendefirmafirme, firmo, resistente, sólido, duro, finca, granja, vivienda del granjeroluja, kiinteä, maatalo, maatila, vakaafermo, fattoria, casa colonica, cascina, chiuso, consolidato, masseria, podere, costante, sodofirmusconstante, firme, consistente, firmo, casa de fazenda, casa de quinta, exploração agrícola, fazendaσταθερός, γερός, αγροικία, αγρόκτημα, σφιχτόςfast, gård, stabil, våningshusبَيْتُ الـمُزارِع, راسِخ, مَزْرَعَة, مُنْتَظِمfarma, pevný, stabilníčvrst, farma, seoska kuća, stabilanしっかりした, 堅い, 農場, 農家농가, 농장, 단단한, 안정된budynek wiejski, farma, mocny, stałyжилой дом на ферме, твердый, устойчивый, фермаbondgård, fast, stadigเรื่อยๆ, แข็ง, ที่เพาะปลูกและเลี้ยงสัตว์, บ้านไร่çiftlik, çiftlik evi, sabit, sıkıchắc chắn, nhà ở trang trại, trang trại农场, 农舍, 稳定的, 结实的ферма農場
adverbe
1. beaucoup s'ennuyer ferme
2. de façon déterminée discuter ferme
3. condamnation sans remise de peine possible Il a fait trois ans de prison ferme.

ferme

[fɛʀm]
adj [personne, réponse] → firm
Elle s'est montrée très ferme à mon égard → She was very firm with me.
adv [travailler] → hard
discuter ferme → to have a lively discussion
tenir ferme → to stand firm
nf (= exploitation) → farm (= maison) → farmhouse