fervent, ente


Recherches associées à fervent, ente: ferveur

FERVENT, ENTE

(fèr-van, van-t') adj.
Qui a beaucoup de ferveur.
Vous dormez trop pour un jeune novice qui doit être fervent [FÉNEL., Dial. des morts mod. X]
Par extension. Un amoureux, un adorateur fervent.
Où il y a de la ferveur, qu'on fait avec ferveur.
Je crains même que vous ne m'appreniez cette prière fervente que vous faites les matins et qui vous donne sujet de ne plus penser à Dieu tout le reste de la journée [SÉV., Lett. à Bussy, 19 mai 1677]
Cet amour prompt, fervent, constant, que rien n'arrête et que rien ne lasse [BOURDAL., Exhort. sur l'obs. des règles, t. I, p. 210]
Fervente contrition [ID., Ouvert. du jub. Myst. t. II, p. 547]

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    Tant ert [il était] fervenz en sun desir, Ne l'en puet li priurs partir [MARIE, Purgatoire, 573]
    Nule dolor n'est plus fervant [RUTEB., 194]
  • XIVe s.
    Uns homs mit en escript ses pecchiés, ce lisons, Puis les mist sur l'autel en fervens orisons [, Girart de Ross. v. 4489]
    La grant et copieuse multitude de livres de diverses sciences que vous [Charles V] avez assemblez chacun jour par vostre fervent diligence [, Hist. litt. de la Fr. t. XXIV, p. 184]
  • XVIe s.
    On y doit appliquer de l'huile toute fervente [PARÉ, VIII, 39]

ÉTYMOLOGIE

  • Provenç. fervent, ferven ; espagn. ferviente ; ital. fervente ; du latin ferventem, de fervere, être chaud (voy. FERVEUR).